Le Japon envisage une réglementation plus stricte sur les cryptos pour renforcer les sanctions russes.

Les autorités japonaises prévoient d’introduire de nouvelles règles plus strictes pour les commerçants de crypto afin d’empêcher la Russie d’utiliser des crypto-monnaies pour échapper aux sanctions. La décision législative intervient après que Tokyo a demandé aux bourses d’actifs numériques d’accroître la surveillance des transactions ce mois-ci.

Des nouvelles réglementations pou empêcher le Russe d’échapper aux sanctions

Les autorités japonaises sont sur le point de renforcer la réglementation sur les échanges de crypto-monnaies, dans le but d’empêcher l’utilisation de crypto-monnaies de Russie pour contourner les sanctions internationales. Les plateformes seront tenues de vérifier si les destinataires des transactions font l’objet de sanctions financières imposées en réponse à la décision de Moscou d’envahir l’Ukraine.

Selon Japan Today, citant des sources gouvernementales, l’exigence sera introduite par le biais de modifications des lois sur les changes et les lois commerciales du pays. L’amendement vise également à priver les personnes et entités sanctionnées de la possibilité de transférer des actifs cryptographiques vers des comptes tiers.

A découvrir aussi : Circle choisit BNY Mellon comme principal dépositaire de ses réserves d’USDC.

La Russie fait face à des sanctions sans précédent qui restreignent son accès aux marchés financiers mondiaux et à ses réserves de change et d’or. Les rapports indiquent que les responsables russes s’intéressent aux crypto-monnaies et sont même prêts à accepter le bitcoin pour les exportations d’énergie. Le soutien de Moscou à la légalisation des crypto-monnaies augmente alors que les législateurs et les experts se bousculent pour adopter un cadre réglementaire complet.

Début mars, le gouvernement japonais a exhorté les plateformes de crypto-trading à renforcer la surveillance et leur a demandé d’informer les autorités financières de toute transaction suspecte susceptible de violer les sanctions. La Financial Services Agency (FSA) et la Japan Virtual and Crypto Asset Exchange Association auraient cherché des moyens d’empêcher les entités russes d’échapper aux sanctions tout en excluant tous les utilisateurs russes du blocage.

Actuellement, la loi japonaise oblige les banques à vérifier si les destinataires des envois de fonds sont limités, mais les échanges de crypto-monnaie ne sont pas encore soumis à cette obligation. Le Premier ministre Fumio Kishida a annoncé lundi que le gouvernement se préparerait à introduire les amendements correspondants lors de cette session du parlement.

Les membres de la communauté de l’industrie de la cryptographie ont réagi différemment au conflit ukrainien. Par exemple, de grandes plateformes mondiales telles que Binance et Kraken ont rejeté une demande du gouvernement ukrainien de geler unilatéralement tous les comptes d’utilisateurs russes en raison des échanges sud-coréens limitant l’accès aux Russes.

Pour aller plus loin : Le plan de BitMEX d’acheter la banque allemande Bankhaus échoue.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires

Iran cbdc

L’Iran a lancé un projet pilote pour sa CBDC.

La Banque centrale d’Iran a commencé à piloter l’utilisation de son CBDC « crypto rial », cette semaine, selon une annonce de la Chambre de commerce iranienne. Par ailleurs, la décision de