Scalapay a une capitalisation boursière de 700 millions de dollars.

Scalapay, une société italienne, a levé 155 millions de dollars en un paiement fractionné

La course en tête continue dans le secteur du paiement fractionné. Grâce à ce nouveau tour de table, Scalapay a une capitalisation boursière de 700 millions de dollars.

Scalapay se développe à un rythme rapide

L’effervescence se poursuit dans le secteur du paiement fractionné. Scalapay, une start-up italienne fondée il y a seulement deux ans, a levé 155 millions de dollars auprès de Tiger Global, Baleen Capital, Woodson Capital, Fasanara Capital et Ithaca Investments. Elle est désormais valorisée à 700 millions de dollars. Un précédent tour de table, en février, lui avait permis de lever des fonds à hauteur de 40 millions d’euros.

à lire aussi : Yavin lève 1,2 million d’euros pour déployer ses terminaux de paiement sous Android pour les petites et moyennes entreprises 

Scalapay est une option gratuite de paiement en trois fois qui est intégrée au parcours client en ligne de 3000 commerçants en Europe, dont plusieurs enseignes de mode, à partir de 2020. Son application, qui peut également être utilisée en magasin, génère un code-barres qui doit être présenté à la banque. L’entreprise séduit les commerçants en proposant une augmentation moyenne de 20 à 48 % des stocks et un taux de conversion moyen de 11 %.

Une nouvelle réglementation européenne

Depuis les premiers confinements, le secteur du paiement fractionné a explosé, les achats en ligne devenant encore plus rapides. Les investisseurs portent leur attention sur les spécialistes des technologies de paiement, qui font grimper leurs valorisations : Klarna vaut 46 milliards de dollars, tandis qu’ Affirm, qui a fait ses débuts en bourse en janvier, vaut 23 milliards. En outre, le marché a connu un certain nombre de fusions et d’acquisitions : PayPal a récemment annoncé l’acquisition de Paidy au Japon pour 2,75 milliards de dollars, et Square à payer la somme record de 29 milliards de dollars en juin pour acquérir la société australienne Afterpay.

Lecture connexe : Le gouvernement a réservé 250 millions d’euros pour la sécurité informatique

En France, cette activité est exemptée des dispositions de la loi sur le crédit à la consommation (Loi Lagarde de 2010), tant que le crédit n’est pas d’une durée supérieure à trois mois. Toutefois, la loi pourrait changer à l’avenir. En juillet, la Commission européenne a proposé de réviser le règlement de 2008 sur le crédit à la consommation afin d’intégrer les paiements fractionnés dans le cadre réglementaire. Cela obligera les acteurs du secteur à vérifier la solvabilité de leur clientèle.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires