Les actions chutent à cause des craintes sanitaires et monétaires.

Ce jeudi 19 août, les Bourses en Europe ont clôturé en baisse significative. Les craintes concernant le ralentissement de la croissance économique mondiale et la possibilité que les États-Unis commencent à resserrer, leur politique monétaire en fin d’année a relancé l’attrait pour les actifs refuges.

Impact sur le marché.

À Paris, le CAC 40 recule de 2,43 % à 6.605,89 pointsFootsie au Royaume-Uni a chuté de 1,54 % et Dax en Allemagne a chuté de 1,25 %.

à lire aussi : Etats-Unis : Facebook fait l’objet d’une nouvelle plainte de la part de la FTC pour antitrust.

L’indice EuroStoxx 50 a chuté de 1,54 %, l’indice FTSEurofirst 300 a clôturé en baisse de 1,57 % et l’indice Stoxx 600 a enregistré sa plus forte baisse sur un jour en un mois soit une chute de 1,51 %,

L’indice de volatilité EuroStoxx 50 est passé à plus de 25 en séance, établissant un nouveau plus haut sur un mois, puis clôturant à 22,13 points, soit une hausse de 19,81 %.
Cette vague d’aversion au risque s’est produite au lendemain de la publication du compte-rendu de la réunion de la Fed de juillet, qui montrait que le mois dernier la plupart des responsables de la banque centrale avaient jugé leurs objectifs d’emploi (une condition de la réduction du soutien de la politique monétaire à l’économie) réalisables avant la fin de l’année.

Selon les données publiées par le département américain du Travail, le nombre de demandes initiales de chômage aux États-Unis est tombé à 348 000 la semaine dernière, le niveau le plus bas depuis la mi-mars 2020.

Mike Loewengart, directeur général de la stratégie d’investissement chez E*Trade Financial, a déclaré que :

« Si la diminution du nombre des inscriptions est assurément un élément positif, en particulier face à la montée des craintes liées au variant Delta du coronavirus, les investisseurs pourraient éprouver une certaine appréhension en considérant comment cela s’inscrit dans le plan d’action de la Fed ».

Les valeurs.

Parmi les principaux indices sectoriels de Stoxx, seules les valeurs des services publics (+0,77 %) ont clôturé dans le vert, grâce à l’allocation défensive des « utilités ».

Les baisses les plus importantes ont été enregistrées dans le secteur des matières premières (-4,15 %), le secteur de la distribution (-4,06 %) et le secteur de l’énergie (-3,26 %).
TotalEnergies, Royal Dutch Shell (AS : RDSa), BP (LON : BP), ArcelorMittal (AS : MT) et Anglo American (LON : AAL) ont perdu entre 3,76 % à 8,35 %.

Les actions de luxe, qui sont fortement influencées par la Chine, ont également appris que Pékin envisageait un plan de redistribution de la richesse, ce qui pourrait entraîner une augmentation des impôts sur les personnes les plus fortunés.

À Paris, Kering Group (PA : PRTP) a subi sa plus forte baisse depuis le début de la pandémie de COVID-19 le 12 mars 2020 soit -9,47 %. LVMH (PA : LVMH) chuté de 6,38 % et Hermès (PA : HRMS) recule de 4,69 %.

Ailleurs en Europe.

Les actions de Salvatore Ferragamo, Tod’s, Burberry (LON : BRBY), Richemont (SIX : CFR)Moncler (MI : MONC) et Swatch ont chuté de 4,74 % à 6,56 %.

À Wall Street.

Après la clôture en Europe, l’indice de référence de Wall Street a regagné le terrain perdu en début de bourse, l’indice S&P 500 a progressé de 0,3 %, l’indice Nasdaq de 0,2 %, et l’indice Dow Jones était presque stable. En raison des « minutes » de la Fed, il avait baissé de près de 1 % la veille.

Les Indicateurs à surveiller.

Outre la baisse du nombre de demandes d’allocations chômage, le marché a également remarqué que l’indice d’activité économique de la Fed de Philadelphie s’est détérioré pour le quatrième mois consécutif, passant de 21,9 en juillet et 0 attente à 19,4 alors que l’attente est de 23.

Matières première, taux, change.

Le dollar profite de l’aversion au risque et la perspective d’un resserrement monétaire aux Etats-Unis, l’indice, qui mesure les variations du dollar américain par rapport à un panier de six principales devises, a grimpé de 0,28 % à 93,397 après-avoir atteint un plus haut de 9 mois à 93,5.
L’euro face au dollar est tombé à 1,1664 dollar un plus bas depuis le 4 novembre, puis est retombé aux alentours de 1,169 %.

L’intérêt pour ce qui est considéré comme l’actif le plus sûr, profite aux obligations, ce qui fait baisser les rendements. L’obligation du Trésor américain à 10 ans a perdu plus de trois points de base à 1,2383 %.

autre article : Les responsables de la Réserve fédérale américaine encore divisée sur l’emploi et les achats.

Le rendement de l’emprunt d’État allemand à 10 ans a terminé en baisse à -0,485 %.
Kevin Flanagan, responsable de la stratégie taux chez WisdomTree a déclaré que :

« Je pense que, pour l’essentiel, ce que nous voyons est une réaction aux inquiétudes concernant le Delta et les suites de l’annonce d’une dégradation du moral des ménages américains vendredi dernier ».

Les prix du pétrole brut ont continué de baisser en raison des inquiétudes concernant l’augmentation des cas de COVID-19, la hausse du dollar américain et l’augmentation inattendue des stocks d’essence de la semaine dernière aux États-Unis.
Le pétrole brut Brent a chuté de 3 % à 66,18 $, tandis que le pétrole brut léger américain (WTI) a chuté de 3,3 % à 63,3 $. Ils sont tout au plus bas depuis le 21 mai.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des