Le Brésil compte plus de 20 millions de personnes infectées au coronavirus

Durant les dernières 24 heures, le Brésil a compté 40 716 nouveaux cas de contamination au coronavirus. Mercredi, le ministère de la Santé a publié des statistiques révélant 1 175 décès de plus liés au COVID-19.

Le Brésil, le troisième pays le plus touché par le coronavirus

https://pixabay.com/fr/photos/br%c3%a9sil-rio-paysage-le-tourisme-4809011/

D’après les données gouvernementales, depuis le début de la crise sanitaire, le pays d’Amérique du Sud compte 20 026 533 contaminations et 559 607 décès.

Après les Etats-Unis et l’Inde, le Brésil se trouve en troisième place des pays au monde les plus touchés par la crise sanitaire concernant le nombre de cas de contamination. Ceci dit, juste après les Etats-Unis, le pays révèle le deuxième bilan le plus important en nombre de décès.

Même si les chances sont minimes, il se peut que le Président brésilien, Jair Bolsonaro soit sous pression sur plusieurs figures. Bien que l’enquête du Sénat n’aboutisse pas à sa destitution, la Cour suprême a accordé une enquête criminelle. Il faut dire que la cote de popularité du Président a beaucoup diminué et des manifestations dans tout le pays ont été constaté.

La pandémie du COVID-19 minimiser par le Président brésilien

Il est à rappeler que le Brésil est un pays à revenu intermédiaire et dispose d’un système établi de vaccination contre les maladies. De ce fait, pour de nombreuses personnes, le président brésilien détient une part de responsabilité sur la situation actuelle. En effet, selon elles, il aurait pu solliciter tout le monde à prendre les bonnes mesures.

Pendant que le Brésil ne cesse d’enterrer ses morts, la gestion de la pandémie est analysée par le sénat brésilien. Depuis le mois d’avril, les auditions sont diffusées en direct et sont devenues une émission incontournable. Parmi les témoignages les plus accablants figurent celui d’un représentant du fabricant de vaccins Pfizer. Il a révélé à la commission d’enquête que l’entreprise avait, à plusieurs reprises, proposé la vente de vaccins au gouvernement l’année dernière, mais elle a été, pendant des mois, sans réponse.

Une propagation importante du coronavirus qui aurait pu être évitée

La vie de nombreux Brésiliens aurait pu être si le gouvernement avait décidé d’acheter des vaccins plus tôt. Malheureusement, le président ne croit pas en la science, mais à l’immunité de masse et entraîne le Brésil dans un cauchemar éveillé.

Depuis le début de la pandémie, le dirigeant du Brésil a qualifié le COVID-19 comme étant simplement « une petite grippe ». L’année dernière quand il a été questionné sur les décès liés au virus, il a répondu : « c’est une question pour un fossoyeur ». Pour privilégier la continuité du fonctionnement de l’économie, il a négligé la distanciation sociale tout en ajoutant que rester chez soi était pour les « idiots ».

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des