Voici pourquoi l’activité de fusions et acquisitions augmente dans le secteur technologique canadien


L’impact mondial de la pandémie du COVID-19 a donné lieu à de nouvelles conditions de marché dans le secteur technologique canadien qui obligent les startups à changer leur approche de la croissance.

Au fur et à mesure que la conclusion d’accords s’éloigne et que les entreprises de technologie saisissent les nouvelles opportunités créées par la nouvelle normalité, de nombreuses facettes de l’écosystème technologique du Canada ont radicalement changé en réponse. L’un des domaines qui a le plus changé est la manière dont les entreprises sont achetées et vendues.

«Les entreprises leaders du futur sont celles qui ont la technologie au cœur de leur stratégie.»

Des rapports récents ont noté que la pandémie a eu un impact considérable sur les activités de fusions et acquisitions au Canada et que cet impact s’est poursuivi en 2021. Les données de CBI indiquent que les activités de fusions et acquisitions du secteur de la technologie ont ralenti au deuxième trimestre 2020, passant de 92 transactions à seulement 61. Cependant, en Au troisième trimestre, l’activité est revenue à son niveau d’avant la pandémie de 92 transactions et est montée en flèche à 113 transactions au quatrième trimestre.

La valeur totale de la transaction pour chaque trimestre a suivi une tendance similaire, la valeur de la transaction ayant chuté à 2,2 milliards de dollars au deuxième trimestre 2020 de 3,9 milliards de dollars au premier trimestre 2020, puis à 9,9 milliards de dollars au quatrième trimestre, le niveau le plus élevé des cinq dernières années.

De nombreuses startups canadiennes sont également devenues publiques au cours des derniers mois et ont utilisé leurs actions publiques pour alimenter des acquisitions, tandis qu’un autre groupe d’entreprises technologiques canadiennes a été impliqué dans des acquisitions de grande valeur après avoir connu une croissance rapide et significative.

BetaKit s’est entretenu avec des membres clés de l’écosystème d’innovation canadien pour déterminer pourquoi l’activité de fusions et acquisitions est en hausse et où elle va.

Valorisations élevées, taux d’intérêt bas

Andrew Popliger, associé de PwC et chef du secteur de la technologie à l’échelle nationale, a déclaré que des facteurs spécifiques sur le marché canadien entraînent une augmentation des activités de fusions et acquisitions dans le secteur de la technologie.

Au début de la pandémie, la Banque du Canada a abaissé son taux d’intérêt à un niveau de crise de 0,25%, ce qui a conduit les plus grandes banques du Canada à réduire leurs propres taux. Il s’agissait d’une mesure visant à protéger l’économie canadienne et, à son tour, à créer plus de capital disponible au Canada, y compris dans son secteur technologique.

«Les gens doivent investir leur argent quelque part, ce qui crée des valorisations plus élevées à tous les niveaux.»

La baisse des taux d’intérêt se traduit également par de meilleures conditions de prêt qui peuvent réduire le coût des acquisitions potentielles. Ce changement, associé à l’augmentation du capital disponible, a noté Popliger, a créé plus d’opportunités pour les entreprises d’investir dans des fusions et acquisitions.

«Les gens doivent investir leur argent quelque part, et cela crée des valorisations plus élevées à tous les niveaux», a déclaré Popliger à BetaKit.

«Si quelqu’un a du capital disponible, il ne voudra pas l’investir pour, disons, un rendement de 1%», a ajouté Popliger. «Ils vont chercher un rendement élevé. Et pour le moment, les marchés financiers peuvent offrir aux investisseurs un meilleur rendement. »

À l’instar des activités de fusions et acquisitions, l’activité de financement du CR n’a pas non plus ralenti pendant la pandémie. Selon les données de mars de l’Association canadienne du capital de risque et du capital-investissement (CVCA), le Canada a encore connu son deuxième niveau d’investissement en capital de risque le plus élevé jamais enregistré en 2020, malgré la pandémie.

CONNEXES: Une société américaine de capital-investissement acquiert une participation majoritaire dans Axonify pour 313 millions de dollars canadiens

Une enquête menée par OMERS Ventures a révélé que la majorité des transactions des entreprises canadiennes de CR ont augmenté ou sont demeurées relativement constantes en 2020.

Grâce à cet investissement accru, la prochaine cohorte de licornes canadiennes et de licornes potentielles est dans une meilleure position pour sortir ou alimenter sa croissance grâce à des fusions et acquisitions. Des exemples de ces types d’entreprises incluent Applyboard, qui a atteint le statut de licorne après son tour de financement 2020 totalisant 100 millions de dollars, et Wealthsimple, qui a annoncé avoir franchi le seuil de la licorne lors de l’augmentation de son investissement 2020 de TCV.

Opportunités en plein essor dans les secteurs touchés par le COVID

L’impact de la pandémie COVID-19 sur la vie quotidienne a également augmenté la demande de solutions technologiques, incitant davantage d’acteurs de ce secteur à participer aux transactions et à consolider leur part de marché. Laura Lenz, associée chez OMERS Ventures, reconnaît que la pandémie joue un rôle dans cette activité accrue.

«La pandémie a forcé une numérisation dans tant d’industries qui n’avaient jamais envisagé la numérisation auparavant», a déclaré Lenz à BetaKit. «Vous constatez donc une augmentation des revenus, une augmentation de la croissance, [and] augmentation de la vitesse là-bas, ce qui entraîne également des fusions-acquisitions et des introductions en bourse. »

À mesure que les écoles et les universités se sont éloignées, la demande de solutions d’apprentissage virtuel a augmenté en conséquence. Cela a ouvert la voie à de nombreuses startups technologiques pour évoluer par acquisition. Dans ce domaine, l’une des startups de technologie électronique les plus actives au Canada est Top Hat, qui a mis en œuvre une stratégie visant à rassembler les éditeurs de manuels traditionnels.

«Il y a beaucoup d’excitation qui monte au Canada en ce moment. C’est le moment idéal pour être fondateur ici, et c’est le moment idéal pour être investisseur ici. »

Au cours de la dernière année, la société a acquis Fountainhead Press et l’entreprise nationale canadienne de manuels d’enseignement supérieur de Nelson Education, cette dernière étant l’un des plus grands éditeurs d’éducation au Canada.

«La santé numérique, je ne pense pas que sans la pandémie, serait aussi mousseuse qu’elle l’est. Edtech? Même chose. Ce ne serait probablement pas aussi mousseux qu’aujourd’hui », a déclaré Joon Chan, chef de file du secteur de la technologie en Alberta chez PwC.

Kim Furlong, PDG de la CVCA, a déclaré que pour de nombreuses entreprises, COVID-19 à lui seul n’a pas nécessairement créé cette croissance pour les startups; il a plutôt solidifié un chemin vers la croissance qui existait déjà.

« Dialogue, par exemple, avait probablement une introduction en bourse dans ses premiers plans de sortie potentiels », a déclaré Furlong à BetaKit. «Mais la croissance de Dialogue n’est pas seulement liée à COVID, mais COVID solidifie cette idée que [the digital health] l’espace va être perturbé. »

CONNEXES: Dialogue clôture l’introduction en bourse de la TSX, levant 100 millions de dollars

Alors que les soins de santé et l’éducation se sont tournés vers la technologie pendant la pandémie, les détaillants, qui ont été largement touchés par les ordonnances de verrouillage à travers le pays, l’ont également fait. Le commerce électronique a été l’un des véritables gagnants de la pandémie, les entreprises, grandes et petites, capitalisant sur la demande croissante des commerçants.

Au cours des six derniers mois, la société montréalaise de PDV Lightspeed a réalisé plusieurs acquisitions depuis son inscription à la Bourse de New York en septembre, qui totalisent collectivement plus d’un milliard de dollars. Parmi les plus notables, citons l’achat de Vend pour 350 millions de dollars et d’Upserve pour 430 millions de dollars.

Chan a noté que certains autres secteurs de niche ont également vu des accords notables pendant la pandémie. Benevity, qui opère dans le secteur environnemental, social et de la gouvernance d’entreprise, a été acquise par Hg en décembre, portant sa valorisation à plus d’un milliard de dollars.

Rajveer Hundal, chef de file technologique de la région de la Colombie-Britannique chez PwC Canada, a déclaré que les entreprises qui créent de la valeur pendant la pandémie sont bien préparées pour diverses voies de croissance, y compris les fusions et acquisitions.

«La technologie a un impact sur toutes les industries à travers le conseil d’administration, mais nous voyons certainement des entreprises qui utilisent la technologie potentiellement voir un coup de pouce COVID, en raison de leur plate-forme et de ce sur quoi leur technologie est axée», a déclaré Hundal. «Ces entreprises, en particulier, connaissent des multiples bien plus forts du point de vue du chiffre d’affaires et de l’EBITDA.»

Les fusions et acquisitions liées à la flambée des introductions en bourse

Une autre voie parallèle de croissance est apparue en 2020 pour les entreprises technologiques, à savoir les offres publiques initiales, les rachats inversés gagnant également du terrain comme voie alternative pour entrer en bourse. Selon les données de PwC, environ 41 introductions en bourse ont eu lieu au Canada l’année dernière, malgré la pandémie du COVID-19. Sur ces 41 introductions en bourse, environ 13 étaient des sociétés de technologie et de biotechnologie, levant 2,8 milliards de dollars, soit 56% du total levé.

Chan a noté que cette activité d’introduction en bourse considérable est également directement liée à l’activité de fusions et acquisitions, car les entreprises capables de lever des fonds sont en mesure de stimuler les acquisitions. Lightspeed, qui a réalisé un certain nombre d’acquisitions de grande valeur, a commencé à conclure ces transactions après son introduction en bourse de 397,7 millions de dollars à la Bourse de New York en septembre.

«Vous voyez des entreprises privées canadiennes qui utilisent la voie des introductions en bourse pour lever des fonds afin de faire des acquisitions afin de poursuivre leur stratégie de croissance», a fait écho Popliger. «C’est une façon mais toi [also have] baisse des taux d’intérêt en termes de dette. Les entreprises peuvent obtenir des financements à des taux très compétitifs afin de réaliser les acquisitions auxquelles elles font face. »

CONNEXES: L’introduction en bourse de Thinkific à 13 $ par action pour 160 millions de dollars

Lenz a noté qu’une introduction en bourse peut souvent être un «événement déclencheur» pour de futures acquisitions, car les introductions en bourse peuvent avoir un impact sur la valorisation d’une entreprise, indiquant que la hausse des fusions et acquisitions et l’augmentation des activités d’introduction en bourse sont liées.

Hundal a déclaré qu’en raison de la disponibilité accrue du capital via les marchés publics, les introductions en bourse et les fusions et acquisitions plus accessibles pour les entreprises de technologie, et par conséquent, sont plus compétitives les unes par rapport aux autres.

«Cela incite les entreprises à vraiment regarder ce que ces multiples pourraient être dans une transaction de fusion et d’acquisition par rapport à une transaction d’introduction en bourse, et où cette valorisation est plus élevée, ou où ce multiple a le plus de sens», a-t-elle déclaré. «Je pense que cela amène les entreprises à se pencher sur la voie qu’elles empruntent… plus qu’elles ne l’ont probablement jamais fait par le passé.»

L’activité devrait se poursuivre

Un rapport du cabinet d’avocats Norton Rose Fulbright a noté que les entreprises qui envisagent des opportunités de fusions et acquisitions en 2020 et qui auraient dû suspendre leurs projets envisagent désormais de se poursuivre en 2021. Le rapport a également noté que cette activité retardée peut également avoir conduit les entreprises à rechercher de meilleures évaluations pour les cibles qu’ils envisageaient auparavant les années précédentes.

CONNEXES: Absorb Software sera acquis par une société américaine de capital-investissement pour une valeur de 630 millions de dollars canadiens

Furlong a déclaré que l’appétit des investisseurs signifie que cette poussée des activités d’introduction en bourse et de fusions et acquisitions ne va nulle part.

«Nous entendons beaucoup parler d’un arriéré concernant ces transactions, simplement parce qu’il y a tellement d’activités en ce moment», a ajouté Hundal.

«Avec cet arriéré créé, vous vous attendez à voir… même après le COVID, une partie de ce niveau d’activité continue de couler.»

Lenz a déclaré que, bien qu’elle soit enthousiasmée par l’élan vers l’avant du Canada, son espoir est de voir plus d’entreprises canadiennes acheter d’autres entreprises canadiennes, afin de maintenir les perturbateurs dans le pays le plus longtemps possible.

«Il y a beaucoup d’excitation qui monte au Canada en ce moment», a déclaré Lenz. «C’est le moment idéal pour être fondateur ici, et c’est le moment idéal pour être investisseur ici.»

«À la suite de tout ce qui s’est passé au cours de la dernière année, la plupart, sinon la totalité, des entreprises qui réussissent aujourd’hui, quel que soit leur secteur, utilisent la technologie», a ajouté Popliger. «C’est quelque chose que nous espérons continuer à voir à l’avenir: les entreprises leaders du futur sont celles qui ont la technologie au cœur de leur stratégie.»

Source de l’image BetaKit.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires