Virtual Gurus de Calgary lance une application d’assistant virtuel pour Slack


La startup dirigée par des autochtones, Virtual Gurus, a lancé une nouvelle application d’assistant virtuel qui vise à aider les utilisateurs à déléguer leurs listes de tâches. La société a présenté sa nouvelle application askBetty, téléchargeable gratuitement dans n’importe quel espace de travail Slack, la semaine dernière.

askBetty accorde aux utilisateurs l’accès à un assistant personnel en direct qui peut effectuer des tâches administratives de base, telles que la révision de la copie des médias sociaux, l’obtention de devis auprès de fournisseurs de services et la transcription de fichiers audio.

«AskBetty démocratise l’espace de l’assistant virtuel.»
– Bobbie Racette, fondateur et PDG de Virtual Gurus

La startup relie les entrepreneurs et les entreprises à son bassin de professionnels de l’administration indépendants basés au Canada et aux États-Unis, grâce à son algorithme exclusif. Grâce à askBetty, Virtual Gurus vise à rendre ce pool disponible pour les utilisateurs nord-américains de Slack, dans un contexte de demande croissante pour les services de Virtual Gurus en raison du COVID-19 et du passage au travail à distance.

«Tout le monde n’a pas besoin d’un assistant virtuel à plein temps, voire fractionné», a déclaré Bobbie Racette, fondateur et PDG de Virtual Gurus, à BetaKit. «AskBetty démocratise l’espace de l’assistant virtuel, le rendant accessible pour avoir un assistant, que vous soyez un PDG de démarrage, un directeur d’une grande organisation ou un parent occupé.»

askBetty fournit un accès à la demande à son pool d’assistants virtuels, qui, selon elle, contourne le besoin d’intégration. Les interactions via l’application sont interhumaines et gérées sur le tableau de bord de l’entreprise. Pour les assistants virtuels, l’entreprise propose un moyen flexible de gagner de l’argent: «Think Uber», a déclaré Racette. « Connectez-vous lorsque vous souhaitez gagner de l’argent supplémentaire, déconnectez-vous et appelez-le un jour où vous avez terminé. »

Racette, qui est une femme crie et métisse, a fondé Virtual Gurus en 2016 après avoir été mise à pied de son emploi dans le secteur de l’énergie de Calgary. Elle a d’abord lancé l’entreprise pour aider à créer des opportunités d’emploi pour les personnes marginalisées. En octobre 2019, Racette a remporté le prix de l’entrepreneur autochtone Startup Canada.

Racette a démarré la startup jusqu’en février 2020, date à laquelle elle a levé 1,2 million de dollars canadiens. Virtual Gurus a utilisé ce financement pour alimenter ses plans de croissance et embaucher dans les régions éloignées, y compris les communautés autochtones.

Au cours du COVID-19, Racette a déclaré que la base de clients de Virtual Gurus s’était «considérablement élargie». Depuis janvier 2020, elle a déclaré que les prospects entrants de l’entreprise avaient augmenté de 148% et que l’année dernière, le nombre de ses clients avait presque doublé par rapport à 2019. L’équipe à temps plein de Virtual Gurus a également triplé de taille depuis février 2020, passant de six à 19 employés , avec quelques autres prêts à rejoindre le mois prochain.

CONNEXES: Une pandémie et l’expansion de l’espace au sol retardent l’ouverture du Centre autochtone pour l’innovation et l’entrepreneuriat de Toronto jusqu’en 2022

Afin de répondre à la demande des clients, Racette a déclaré que Virtual Gurus prévoyait de tripler sa communauté d’assistants virtuels d’ici la fin de 2021.

Racette a refusé de divulguer la taille du bassin de talents de la société, qui, selon elle, change tous les mois, mais a ajouté que la société recevait plus de 500 candidatures par mois et avait plus de 3000 heures facturables la dernière semaine de janvier.

Racette a déclaré que 91 pour cent des assistants virtuels de l’entreprise sont des femmes et 40 pour cent s’identifient comme membres d’une communauté marginalisée – BIPOC, autochtone, LGBTQ + ou en alternance.

«Nos clients nous disent qu’ils veulent également soutenir les assistants marginalisés et embrasser notre mission sociale», a déclaré Racette.

«Notre étoile du Nord doit que 65% de nos assistants virtuels s’identifient comme membres d’une communauté marginalisée d’ici la fin de 2022», a déclaré Racette. Les gourous virtuels ont récemment fait un pas en avant pour atteindre cet objectif, en s’associant à Native Women Lead pour recruter davantage d’assistantes virtuelles autochtones.

En plus de Slack, Racette espère proposer «bientôt» askBetty à Microsoft Teams, Facebook Messenger, Whatsapp et Telegram.

Cette année, la société prévoit de lever une ronde de série A et de poursuivre des plans d’expansion agressifs aux États-Unis.

Photo de Bobbie Racette par Julie Vincent

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires