Refus de la Grèce d’être un point d’entrée dans l’UE pour les Afghans

Mardi, le ministre grec de l’immigration Notis Mitarachi a déclaré que la Grèce ne peut pas devenir une porte d’entrée dans l’Union européenne pour les réfugiés afghans qui fuient leur pays. Il appelle donc l’UE à une réponse commune face à la crise.

Le souhait d’Athènes d’une réponse commune de l’Union européenne

Notis Mitarachi a reconfirmé qu’Athènes souhaitait une réponse collective de l’Union européenne sur le sujet, tandis que la question de l’expulsion des demandeurs d’asile afghans refusés a accentué la semaine dernière les désaccords entre les Etats membres.

Source : theworldnews.net

Le ministre grec de l’immigration a fait une déclaration la télévision publique ERT qu’ils affirmaient clairement qu’ils ne seront pas et ne pourront pas être le point d’entrée dans l’Europe des réfugiés et des migrants qui tenteraient de venir dans l’Union européenne.

A découvrir également : Ventes au détail USA : pour ce mardi, JP Morgan présageait une énorme mauvaise surprise

En 2015, la Grèce était en première ligne de la crise migratoire européenne, quand environ un million de personnes qui fuyaient les conflits en Irak, en Syrie et en Afghanistan sont passé par son territoire avant de remonter vers les pays européens plus riches. Comme d’autres pays membres de l’UE, il est inquiet que les développements en Afghanistan puissent provoquer une répétition de cette situation de crise.

Une reproduction du schéma syrien avec l’Afghanistan

L’eurodéputé belge a mis en évidence que l’UE se comporte une fois de plus comme un « spectateur passif », poussant Bruxelles à accueillir les réfugiés afghans. En effet, selon Mr Verhofstadt, l’Union européenne est de nouveau un spectateur passif, alors que celui qui fera face aux retombées sera principalement l’Europe. C’est-à-dire, donner un foyer aux Afghans qui sont actuellement les plus à risque et installer un système européen commun pour la gestion.

Le ministre grec pousse également l’Union européenne à décider collectivement pour empêcher la Grèce et l’Italie, de façon moins importante, d’assumer seule l’arrivée massive des réfugiés afghans. Pour lui, dans des crises comme celle-ci, il faut absolument éviter toute pression ressemblant à celle à laquelle ils ont fait face auparavant.

Pour l’heure, l’Europe semble être partagée sur la question. Selon les Echos, Armin Laschet, président de la CDU allemande et héritier déclaré d’Angela Merkel a déclaré les jours suivant la chute de Kaboul qu’il ne fallait « pas envoyer le signal que l’Allemagne peut accueillir tous ceux qui ont besoin ». Il a également ajouté qu’à la place d’un accueil massif, il est préférable de fournir « l’aide humanitaire sur site, à la différence de 2015 ».

Bonus : Justin Trudeau prévoit d’anticiper les élections législatives du Canada à la date du 2 septembre

 

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Investir dans Air Liquide

Air Liquide est un groupe français spécialisé dans la production du gaz. La fourniture de technologies est également une de ses principales activités. A travers