L’UE supprime la clause stipulant une interdiction de la preuve de travail sur le règlement MiCA.

La législation européenne historique régissant les actifs cryptographiques devrait entrer dans la prochaine phase des négociations sans clauses controversées limitant l’utilisation de la cryptographie de preuve de travail.

L’interdiction de l’utilisation des cryptos de PoW supprimée du cadre MICA

Pour rappel, le MICA ou Markets in Crypto-Assets est une loi proposée par la Commission Européenne. C’est un cadre réglementaire conçu pour aider à simplifier la technologie des registres distribués et la réglementation des actifs virtuels dans l’UE, tout en protégeant les utilisateurs et les investisseurs. 

L’Union européenne a voté pour le cadre proposé pour la réglementation des marchés des crypto-actifs (MiCA). Durant la vote, il a été décidé que la clause concernant l’interdiction des mécanismes PoW ou preuve de travail ne seront plus adaptable au cadre MiCA à l’avenir.

Le projet de loi sera ensuite discuté et négocié entre le Parlement, les conseils et les commissions, les dirigeants européens travaillant ensemble pour parvenir à un accord final afin d’établir des réglementations à l’échelle régionale.

Bonus : Le protocole Anchor réduira progressivement l’intérêt APY de stablecoin UST.

Les algorithmes de consensus de preuve de travail tels que Bitcoin et Ethereum ont suscité les critiques concernant son impact environnemental et l’empreinte carbone. Ces préoccupations ont donc conduit à un soutien accru aux réglementations interdisant ces réseaux miniers et les opérations minières connexes.

Avec le récent vote, cependant, le soutien à une telle interdiction semble avoir diminué et la réglementation se tournera vers d’autres aspects de la MiCA. Ce que cela signifie finalement pour le bitcoin et l’éthereum dans l’UE n’a pas encore été déterminé, mais pour l’instant, il semble qu’ils restent pleinement légaux en vertu des nouvelles règles, tandis que l’exploitation minière reste libre.

Stefan Berger, le parlementaire dirigé les propositions réglementaires de MiCA depuis sa création, a en outre déclaré qu’il recommandait d’intégrer le cadre MiCA dans la taxonomie européen de la finance durable.

Le procès MiCA débutera cette semaine, et le Parlement discutera de sujets tels que les jetons non-fongibles (NFT) et la finance décentralisée (DeFi), ainsi que d’autres préoccupations concurrentes concernant l’espace crypto et son émergence en tant qu’industrie dominante.

Selon les statistiques, l’Europe détient environ 14% de la puissance minière mondiale de Bitcoin (BTC), et l’Irlande et l’Allemagne ont le plus d’équipements miniers de tout le continent.

A lire aussi : Robinhood annonce le lancement d’une nouvelle carte de débit pour simplifier l’investissement cryptographique.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires