L’Eurosystème recherche des fournisseurs d’un prototype de solution de paiement pour tester l’euro numérique.

L’Eurosystème, l’autorité monétaire de la zone euro, a annoncé l’ouverture des candidatures pour les sociétés financières qui sont désireuses de développer des solutions frontales de l’euro numérique. Le plan est de mener un « exercice de prototypage » cette année pour tester les transactions back-end développées par le régulateur.

La sélection d’un fournisseur frontal pour le projet d’euro numérique

Dans le cadre d’une enquête en cours sur l’éventuelle émission d’une monnaie numérique en euros, l’Eurosystème a l’intention de mener une expérience qui, entre autres objectifs, testera une banque de transactions de bout en bout (BCE) avec la CBDC ou monnaie numérique de la Banque centrale européenne.

L’agence, composée de la Banque centrale européenne et des banques centrales des États membres de la zone euro, recherche des parties intéressées pour fournir des prototypes frontaux à tester. Les transactions débuteront avec son prototype frontal et seront traitées via une interface dorsale, toutes deux développées par Eurosystem.

Les prestataires de services de paiement, les banques et autres entreprises liées ont été invités à participer en tant que fournisseurs frontaux de solutions technologiques visant à faciliter les paiements en euros numériques. Leur date limite de candidature est le 20 mai. Les travaux de prototypage devraient commencer en août et pourraient se poursuivre jusqu’au premier trimestre 2023.

A lire également : La Belgique exige que les sociétés cryptographiques s’enregistrent auprès du régulateur financier du pays FSMA.

Les critères de sélection

Le but est de rassembler un groupe de fournisseurs frontaux pour développer des prototypes destinés aux utilisateurs. Les autorités inviteront les participants potentiels à expliquer les cas d’utilisation de leurs prototypes. Un nombre limité de fournisseurs sera ensuite sélectionné, jusqu’à 5 selon l’Eurosystème.

La sélection des fournisseurs frontaux se fera en fonction de leurs capacités et des cas d’utilisation qu’ils proposent. Bien que les participants ne soient pas tenus d’avoir une expérience préalable du service qu’ils prototyperont, cette expérience sera prise en compte lors du processus de sélection.

Les fournisseurs de prototypes devront développer des applications front-end basées sur l’interface existante du système et les spécifications back-end. Ils sont libres de donner leur avis sur le système existant, y compris sur la manière dont il répond à leurs exigences techniques, et ils seront invités à suggérer des services supplémentaires à valeur ajoutée.

Il s’agit de la dernière d’une série d’étapes vers un euro numérique qui a parfois été controversée. Pour rappel, le projet de lancement d’une version numérique de la monnaie commune européenne est entré en phase d’investigation en octobre 2021. En février, la Commission européenne a annoncé qu’elle prévoyait de présenter un projet de loi au début de l’année prochaine pour établir la base juridique de la monnaie. Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE, a récemment déclaré que la banque concentrait ses efforts sur un euro numérique.

Bonus : LGT Bank s’associe à Seba Bank pour le lancement des services de trading des crypto-monnaies.

 

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires