Les grosses transactions ont alimenté la saine année 2020 de Calgary, mais l’Ouest canadien pourrait avoir un problème de financement à un stade précoce


Bien que les startups technologiques de Calgary aient levé plus de fonds de capital-risque grâce à plus d’ententes en 2020 que l’année précédente, un manque d’ententes à un stade précoce pourrait indiquer un déficit de financement à ce stade s’étendant à l’ouest du Canada.

Hockeystick a suivi quatre transactions de moins de 250000 USD en 2019 et 2020, indiquant un écart de démarrage.

Le Calgary Tech Report de Hockeystick examine comment l’écosystème technologique de la province s’est comporté en termes d’ententes et de dollars, avec des données provenant de partenariats exclusifs avec des organisations comme l’Association canadienne du capital-risque et du capital-investissement (CVCA). Hockeystick compile également des données de startups à l’aide de sa plate-forme, ainsi que des sources de données publiques.

Dans l’ensemble, l’écosystème de Calgary a affiché une croissance saine à la fois en termes de financement et de volume de transactions en 2020. Les startups de la ville ont levé un total de 307 millions de dollars au cours de l’année, soit une augmentation de 88% par rapport à 2019. Un total de 34 transactions conclues en 2020, en hausse de 26% à partir de 2019.

«La majorité de cette augmentation peut être expliquée dans les trois plus grandes transactions en 2020, deux de ces transactions étant dans des sociétés FinTech», a déclaré Rob Darling, partenaire de recherche chez Hockeystick. «Ce que nous constatons, c’est un changement dans l’écosystème de Calgary, ce qui montre que c’est aussi un excellent endroit pour démarrer et faire croître une entreprise FinTech ou Healthtech.

Dans son rapport, Hockeystick a attribué la solide année d’activité de capital-risque de Calgary au vaste bassin de talents de la ville et à la solide base de soutien aux startups. Calgary abrite plusieurs établissements postsecondaires, qui alimentent un bassin de talents que l’on retrouve dans deux des plus importantes transactions de l’année.

Symend, qui a levé 73 millions de dollars de financement de série B en mai, affirme que 37% de ses employés ont obtenu leur diplôme ou suivi des cours dans des établissements postsecondaires de Calgary. Ce nombre est de 24 pour cent pour Neo Financial, qui a levé une ronde de financement de série A de 50 millions de dollars au cours de 2020. Les transactions de Neo Financial et de Symend représentaient les plus grandes séries A et B de l’histoire récente de l’Alberta.

«Nous pouvons voir l’impact considérable que les écoles postsecondaires de Calgary ont sur le développement de diplômés possédant les compétences nécessaires pour les entreprises technologiques en croissance», a déclaré Darling.

Calgary abrite également un certain nombre d’organisations de soutien à l’écosystème, telles que des espaces de coworking, des incubateurs et des programmes d’accélération. Au cours de la dernière année, la ville a attiré l’attention d’organisations canadiennes remarquables cherchant à exploiter l’écosystème de Calgary.

L’année dernière, MaRS a entamé des pourparlers exploratoires avec l’Université de Calgary pour créer un nouveau pôle d’innovation dans l’Ouest canadien. Cette semaine, Platform Calgary et la DMZ, l’incubateur technologique de l’Université Ryerson, ont lancé un nouveau partenariat pour favoriser la collaboration à long terme entre les communautés de démarrage de Toronto et de Calgary.

Calgary FY - Top verticales 2020

La FinTech a dominé toutes les autres verticales en termes d’investissement total, attirant 124 millions de dollars, soit 37% de l’investissement total en 2020 (Source: Hockeystick)

En tant qu’économie historiquement pétrolière et gazière, l’activité de capital-risque technologique de Calgary est généralement largement dominée par les transactions dans les secteurs des technologies propres et de l’énergie. Bien que ce fût le cas en 2019, selon Hockeystick, la technologie de la santé est devenue le deuxième plus grand nombre de transactions en 2020, la FinTech et le SaaS à égalité au troisième rang. La FinTech a dominé tous les autres secteurs verticaux en termes d’investissement total, attirant 124 millions de dollars, soit 37% de tous les investissements en 2020.

«Les entreprises du secteur de l’énergie auraient été beaucoup plus faciles à comprendre et à soutenir pour l’écosystème au début, mais avec les succès de la FinTech et la croissance des technologies de la santé, nous constatons vraiment que Calgary est bien plus que de l’énergie», a déclaré Darling.

L’Ouest canadien a-t-il un problème de financement à un stade précoce?

Le Calgary Tech Report de Hockeystick n’a suivi que quatre transactions conclues dans la fourchette de 0 $ à 250000 $ en 2019 et 2020, montrant des signes d’un déficit de financement de démarrage à Calgary similaire à l’écart observé en Colombie-Britannique l’année dernière. En Colombie-Britannique, deux transactions ont été conclues entre 0 $ et 250000 $ en 2020, pour un total de 280000 $.

À l’instar de l’écosystème de la Colombie-Britannique, Hockeystick a déclaré que l’écart pourrait être attribué au fait que de petites transactions ne sont pas divulguées. Au total, neuf transactions ont été classées comme «inconnues» en 2019 et 2020. Mais les données de Hockeystick pourraient également indiquer que la fracture préoccupante dans les transactions de démarrage n’est pas seulement un problème de la Colombie-Britannique, mais aussi un problème de l’Ouest canadien.

Calgary FY 2020 - Répartition des tailles des transactions

Seules quatre transactions ont été conclues entre 0 $ et 250000 $ en 2019 et 2020, ce qui montre des signes d’un déficit de financement de démarrage à Calgary similaire à l’écart observé en Colombie-Britannique l’année dernière. (Paquet source: Hockeystick)

Darling a comparé les startups en démarrage en Alberta aux prospecteurs de pétrole, en ce sens qu’un arrêt au stade précoce peut conduire à l’effondrement de toute une industrie. Darling a déclaré: «tout écart dans une phase de démarrage finit par avoir un impact sur toutes les étapes futures, ce qui aura un impact sur le progrès économique dans une région.»

«À ce stade, ce que nous pouvons dire, c’est que l’Ouest canadien semble plus bas que [other regions] au Canada et qu’il y a des initiatives… qui ont été lancées en réponse à l’activité des investisseurs providentiels dans l’Ouest canadien », a-t-il ajouté.

L’absence de transactions à un stade précoce pourrait être due au faible nombre de nouvelles entreprises ou d’investisseurs disponibles à ce stade. L’une des raisons potentielles invoquées par Hockeystick pour cela était que l’annulation par le gouvernement de l’Alberta du crédit d’impôt pour les investisseurs de l’Alberta (AITC) en 2019 pourrait jouer un rôle.

«À ce stade, ce que nous pouvons dire, c’est que l’Ouest canadien semble plus bas que [other regions] au Canada. »

En 2019, le gouvernement de l’Alberta, sous la direction du Parti conservateur uni, a suspendu les crédits d’impôt, une décision censurée par de nombreux acteurs du secteur technologique de la province. À l’époque, un fondateur basé en Alberta avait déclaré à BetaKit que son entreprise n’existerait pas sans des programmes comme l’AITC, tandis qu’un autre a qualifié la décision de la province de couper l’AITC à courte vue.

L’AITC faisait partie d’un certain nombre de coupes de programme initiées par l’UPC qui ont fait face à la réaction du secteur de la technologie. L’UCP a par la suite créé un groupe de travail pour conseiller le gouvernement sur sa stratégie du secteur de la technologie et a pris des engagements envers le secteur dans ses budgets ultérieurs et son plan de reprise économique, mais n’a pas rétabli l’AITC.

Darling a dit qu’il avait entendu parler d’investisseurs providentiels qui ont suspendu ou complètement cessé d’investir dans des entreprises de l’Alberta lorsque l’AITC a été annulé.

« Qui ne ferait pas de pause s’ils ne savaient pas si un crédit d’impôt de 30% allait revenir ou si un nouveau programme allait être annoncé? » il ajouta. «Bien que le gouvernement de l’Alberta ait changé de cap et lancé de nouveaux programmes pour le secteur de la technologie pour la R-D et le capital de risque, il laisse encore un vide dans les incitations à l’investissement providentiel, en particulier pour les transactions de moins de 250 000 $.

La poussée d’investisseurs de l’année dernière pourrait combler le déficit de démarrage en 2021

Bien que les plus petites transactions de la région divergent du trimestre prometteur de l’écosystème de Calgary, il semble que certains groupes cherchent à combler l’écart. Au cours de la dernière année, plusieurs groupes d’investisseurs providentiels en début de carrière ont déménagé à Calgary l’année dernière, cherchant à injecter du capital dans l’écosystème.

En octobre, le groupe d’investisseurs providentiels Allied Venture Partners a été lancé à Calgary, en se concentrant sur les entreprises technologiques en démarrage. Plus récemment, la NACO a lancé son propre programme d’investissements providentiels ainsi qu’un centre technologique de Calgary pour soutenir les activités de démarrage dans la région. Ces mesures sont intervenues un an après que le PDG de l’OCNA, Claudio Rojas, ait signalé son désir d’étendre la portée de l’organisation en Alberta.

Le rapport de Hockeystick reflète certains de ces développements récents. Le nombre d’investisseurs en Alberta a grimpé en flèche en 2020 pour atteindre 62, soit une augmentation impressionnante de 195%.

Le Calgary Tech Report de Hockeystick a également indiqué que la répartition de l’année dernière de la taille des transactions à Calgary semble saine de 250 000 $ à la hausse. Un total de 53% des transactions inférieures au financement de série A et 47% des transactions de série A ou supérieure en 2019 et 2020.

«Je pense que les chiffres pour 2021 connaîtront une légère augmentation en fonction de l’établissement de ces organisations, de l’établissement des relations et du démarrage du pipeline pour le flux des transactions», a déclaré Darling. «Mais il faudra du temps à Calgary pour se réadapter à la dynamique de l’absence de crédit d’impôt pour les investissements de démarrage.


Le rapport Hockeystick Calgary Tech complet, parrainé par Calgary Economic Development, peut être consulté ici.


BetaKit est un partenaire média de Hockeystick Tech Report.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Investir dans Air Liquide

Air Liquide est un groupe français spécialisé dans la production du gaz. La fourniture de technologies est également une de ses principales activités. A travers