Les commissions européennes adoptent une loi interdisant les transactions cryptographiques anonymes.

Le jeudi 31 mars, le Parlement de l’Union européenne (UE) a voté de nouvelles règles strictes pour sévir contre les portefeuilles non-dépositaires. Cependant, la proposition représentant un coup dur pour les défenseurs de la confidentialité des crypto-monnaies en Europe, a également attiré l’ire de la communauté crypto

L’adoption d’une règle controversée anti-anonymat

Les commissions ECON et LIBE ont voté le 31 mars pour approuver une proposition de lutte contre le blanchiment d’argent et les transferts d’actifs cryptographiques. Malgré des votes serrés sur les amendements à la réglementation sur les transferts d’argent, le projet final a été adopté à une écrasante majorité de 90 législateurs.

Cependant, la loi pourrait avoir un impact négatif sur les entreprises et les investisseurs liés à la cryptographie dans l’Union européenne. La loi stipule des exigences obligeant les fournisseurs de services de crypto-monnaie, tels que les échanges, à collecter des données personnelles sur les personnes qui utilisent des portefeuilles auto-hébergés pour des transactions de crypto-monnaie d’une valeur supérieure à 1 000 € avant d’autoriser les transferts.

Pour rappel, les portefeuilles auto-hébergés sont essentiellement les portefeuilles qui ne sont pas détenus par des intermédiaires tiers tels que Trezor, Ledger et MetaMask.

La nouvelle législation n’est pas une décision finale. Elle sera prochainement discutée dans le cadre d’une trilogie entre les représentants du Parlement européen, du Conseil européen et de la Commission européenne dès la mi-avril. Cela fournira une fenêtre d’opportunité pour contester et examiner la législation controversée.

A lire aussi : L’inde adopte une loi imposant une taxe sur les plus-values de 30 % sur les crypto-monnaies.

Les nouvelles règles européennes sur les cryptos évoquent la colère de la communauté

Cependant, la communauté crypto a critiqué les règles interdisant les transactions cryptos anonymes. Brian Armstrong, PDG de Coinbase, un échange de crypto-monnaie, a noté que la législation est « anti-innovation, anti-vie privée et anti-application de la loi ». Il a ajouté que la proposition traite essentiellement les crypto-monnaies différemment des monnaies fiduciaires.

Paolo Ardoino, directeur de la technologie de Tether et Bitfinex, s’est dit déçu de la proposition adoptée jeudi. Il a affirmé que ces règles « représentent un énorme pas en arrière en termes de droits de l’homme ». Il espère que le vote final sur le projet de loi tiendra compte des atteintes potentielles à la vie privée et des risques de sécurité qui pourraient survenir si le projet de loi devenait loi.

Certains législateurs sont également opposés aux réglementations proposées, comme le porte-parole économique du Parti populaire européen (PPE), Markus Ferber.

A découvrir : Binance embauche plus de 100 employés après l’obtention d’une licence du nouveau régulateur du Dubaï.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires