Le Parlement européen retarde la législation sur la cryptographie pour répondre aux préoccupations concernant une éventuelle interdiction de la PoW.

Le Parlement européen ne tiendra pas de vote prévu sur la réglementation des crypto-monnaies après un contrecoup sur un texte qui pourrait être interprété comme une tentative d’interdire les pièces de monnaie de grande puissance.

L’annulation de vote sur la réglementation des crypto-actifs en Europe

Le 28 février, le Parlement européen ne votera pas sur la nouvelle proposition de marché des actifs cryptographiques (MiCA) comme prévu. Le rapporteur sur le plan législatif, Stefan Berger, a annoncé sur les réseaux sociaux qu’à sa demande, il serait retardé.

La nouvelle intervient après qu’un projet divulgué aux médias se soit avéré contenir des dispositions interdisant la fourniture de services liés à la crypto-monnaie basés sur des « mécanismes de consensus écologiquement non-durables ». Ceux-ci n’ont fait craindre que les pièces basées sur la preuve de travail (PoW), telles que Bitcoin, soient interdites à partir du 1er janvier 2025.

Des députés européens de gauche, des Verts et des responsables de plusieurs États membres, dont l’Allemagne et la Suède, ont appelé à une interdiction à l’échelle de l’UE de l’exploitation minière PoW. Cela en citant son utilisation croissante des énergies renouvelables au détriment de la transition d’autres industries vers la neutralité climatique.

L’idée a été soutenue par Erik Thedéen, vice-président de l’Autorité européenne des marchés financiers (ESMA), en janvier. Il a déclaré que les régulateurs européens devraient s’efforcer d’orienter l’industrie de la cryptographie vers une exploitation minière à forte intensité énergétique.

A découvrir : L’Ukraine fait appel aux plateformes de trading cryptographiques pour geler tous les comptes russes.

Un cadre réglementaire pour empêcher la Russie d’utiliser les cryptos comme échappatoire aux sanctions

Cependant, la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, a exhorté l’Union européenne à approuver rapidement le règlement pour empêcher la Russie d’utiliser des crypto-monnaies pour échapper aux sanctions imposées après l’invasion militaire de l’Ukraine.

« Il existe toujours des moyens criminels d’essayer de contourner l’interdiction, c’est pourquoi il est si important de passer par la MiCA le plus tôt possible afin que nous ayons un cadre réglementaire. »

En cas d’approbation de la MICA, le Parlement européen devra obtenir le soutien de chaque État membre et de la Commission européenne, qui sera chargée d’évaluer la proposition. Une décision finale sur le programme est attendue plus tard cette année. Plusieurs États membres de l’UE, menés par l’Allemagne, insistent sur une nouvelle agence de lutte contre le blanchiment d’argent qui devrait superviser les crypto-monnaies dans l’UE.

Pour aller plus loin : Coinbase embauche un dirigeant de Goldman Sachs pour gérer ses opérations financières mondiales.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires