Le Giec alerte le monde en lançant le dossier climatique « code rouge pour l’humanité ».

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié lundi son premier rapport sur le climat en 8 ans, lançant un avertissement sévère sur les progrès du réchauffement climatique.

Un code rouge pour l’humanité

Les scientifiques ont averti dans un rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat que le niveau de gaz à effet de serre dans l’atmosphère est suffisamment élevé pour garantir le changement climatique pendant des décennies, voire des siècles.

Source : The Independent

En plus de cela, il y a des vagues de chaleur mortelles, de puissants ouragans et d’autres événements météorologiques extrêmes qui se produisent et peuvent s’aggraver.

à lire également : L’offre de Philip Morris pour l’acquisition de Ventura fait monter l’enchère.

Le secrétaire général des ONU ou Nations Unies, António Guterres, a qualifié le rapport de « code rouge de l’humanité » et a appelé à un arrêt immédiat de l’utilisation du charbon et d’autres combustibles fossiles, hautement polluants.

Un rapport met en garde contre des effets catastrophiques.

Selon le rapport, les émissions « clairement causées par les activités humaines » font que la température moyenne mondiale actuelle est supérieure de 1,1 °C à la température moyenne préindustrielle. Cela signifie qu’à mesure que la société s’éloignera des combustibles fossiles, la plupart des aérosols dans l’air disparaîtront – les températures pourraient monter en flèche.

Les scientifiques préviennent qu’une température supérieure à 1,5 °C au-dessus de la moyenne préindustrielle peut déclencher un changement climatique incontrôlable et avoir des effets catastrophiques, tels que des températures élevées qui entraînent de mauvaises récoltes ou la mort de personnes simplement parce qu’elles sont à l’extérieur.

Pour chaque augmentation de 0,5 degrés Celsius de la température, l’intensité et la fréquence des températures extrêmement élevées et des fortes pluies, ainsi que des sécheresses dans certaines régions, augmenteront également. Comme la température fluctue chaque année, les scientifiques utilisent des moyennes sur 20 ans pour mesurer le réchauffement climatique.

Bonus : L’adoption du projet de loi sur la rénovation des infrastructures provoque de vifs débats au Sénat américain.

L’incitation lors de la Cop26, le sommet mondial sur le climat

Source :
Climate Chance

Si le monde réduit considérablement les émissions au cours des dix prochaines années, la température moyenne peut augmenter de 1,5 degrés Celsius en 2040 et de 1,6 degrés Celsius en 2060 avant de se stabiliser.

Si le monde ne réduit pas radicalement ses émissions et continue de se développer conformément à son orbite actuelle, la Terre pourrait se réchauffer de 2,0 degrés Celsius d’ici 2060 et de 2,7 degrés Celsius d’ici la fin de ce siècle.

« Le rapport du GIEC souligne l’urgence absolue de ce moment », a déclaré l’envoyé américain pour le climat John Kerry dans un communiqué. « Avant que la possibilité de limiter le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius ne devienne hors de portée, le monde doit s’unir. »

En effet, la France a déjà consolidé sa volonté de continuer à agir face à la situation. Bref, « le G20 en Italie en octobre, puis la COP26 en Ecosse en novembre, permettront de mesurer l’implication réelle des dirigeants mondiaux ».

 

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des