Le Canada maintient la quatrième place dans le classement mondial des écosystèmes de StartupBlink


Le Canada a maintenu sa quatrième position dans le classement des écosystèmes mondiaux de StartupBlink 2021, mais l’écart entre le Canada et les trois premières entreprises s’est creusé.

StartupBlink classe les écosystèmes de startups de pays et de villes du monde entier en notant les écosystèmes sur la quantité de startups et d’entités de support, la qualité de l’écosystème de startups et l’environnement commercial d’un écosystème. Les scores de qualité, de quantité et d’environnement commercial sont combinés pour déterminer un score global pour un écosystème de startups donné.

« Le Canada doit s’assurer que ses entrepreneurs les plus talentueux restent au pays tout en s’efforçant d’attirer des talents étrangers de grande qualité.

En 2020, le Canada occupait également la quatrième place au classement général, derrière les États-Unis, le Royaume-Uni et Israël (qui ont tous maintenu ou amélioré leurs notes globales de 2020). En 2021, la note globale du Canada s’élevait à 19,8, soit près de 10 points de moins que le pays classé troisième, Israël, creusant l’écart entre le Canada et les trois premiers pays.

StartupBlink a déclaré dans son rapport 2021 que le score de qualité inférieur du Canada est le principal obstacle empêchant le Canada d’entrer dans les trois premiers.

Dans le rapport de l’année dernière, StartupBlink a déclaré que la principale raison pour laquelle le Canada a obtenu un score de qualité inférieur était le manque de startups du pays ayant une «présence mondiale». De même, en 2021, StartupBlink a déclaré que même si le Canada a du potentiel, le pays doit générer « plus de licornes et de réussites » pour améliorer son score global.

StartupBlink a spécifiquement désigné Slack et Shopify comme deux entreprises nées au Canada qui ont eu un impact mondial massif, mais ont également souligné le succès et les défis rencontrés par la création de licornes canadiennes.

StartupBlink a déclaré que le cas de Slack, qui a été fondé à Vancouver mais a déménagé son siège social aux États-Unis, révèle le défi de garder les entreprises canadiennes chez eux.

CONNEXES: Un rapport révèle une croissance des emplois technologiques depuis février, le Canada connaît toujours une fuite des cerveaux

« Les leçons à tirer ici sont que le Canada doit s’assurer que ses entrepreneurs les plus talentueux restent au pays tout en s’efforçant d’attirer des talents étrangers de haute qualité », indique le rapport. « Le système économique axé sur le marché, le niveau de vie élevé, la langue maternelle anglaise, la proximité des États-Unis et la position solide des écosystèmes de startups du pays rendent déjà le pays attrayant pour les talents étrangers, ce qui signifie que le Canada gagnerait à se concentrer sur la rétention des entrepreneurs. « 

Au cours de la dernière année, le Canada a démontré sa capacité à créer des entreprises technologiques mondiales de grande valeur. Depuis le début de la pandémie de COVID-19, plus de 10 startups canadiennes ont dépassé la valorisation estimée de la licorne. Cette liste comprend des entreprises de partout au pays, telles que Trulioo, Visier et Dapper Labs de Vancouver, ApplyBoard de Kitchener-Waterloo et Ada et Clearbanc de Toronto.

StartupBlink attribue également des scores aux villes dans le cadre du classement des écosystèmes. Alors que de nombreuses villes canadiennes ont diminué dans le classement mondial, Toronto, Vancouver et Montréal restent toutes dans le top 50 mondial.

Toronto s’est historiquement classée la plus élevée en termes de villes canadiennes et s’est maintenue en 2021. Cependant, la ville a perdu deux places, passant du 24e au 26e en 2021. Vancouver a perdu cinq places dans le classement et est maintenant classée au 42e.

CONNEXES: Toronto en tête des talents technologiques, le Canada bien positionné au milieu de la pandémie, selon un rapport de CBRE

Edmonton et Calgary, qui figuraient parmi les 50 meilleures villes de StartupBlink en 2020, ont considérablement baissé en classement. Ottawa a perdu 32 places pour se classer 89e, mais d’autres villes canadiennes ont connu un solide élan au cours de la dernière année. Ottawa a perdu 32 places pour se classer 89e, mais d’autres villes canadiennes ont connu un solide élan au cours de la dernière année.

Kitchener Waterloo, 101e, est sur le point d’entrer dans le top 100 mondial des écosystèmes après avoir bondi de 19 places en 2021. La ville de Québec est maintenant classée 125e à l’échelle mondiale après avoir augmenté de 14 places cette année. Selon le rapport de StartupBlink, le Canada se classe au troisième rang mondial dans deux secteurs : EdTech et cleantech. Les startups EdTech en particulier ont profité de la pandémie de COVID-19. L’une des sociétés les plus importantes dans ce domaine est Top Hat, qui, après avoir réalisé plusieurs acquisitions perturbatrices pour l’industrie, a levé 130 millions de dollars auprès de son investisseur de longue date, Georgian Partners.

Le rapport a également mis en évidence plusieurs startups canadiennes notables que StartupBlink considère comme des «champions» de leurs écosystèmes respectifs, notamment ApplyBoard, PointClickCare et Unbounce, basée à Vancouver (les deux premières ont toutes deux atteint le statut de licorne l’année dernière).

Les trois entreprises ont enregistré une croissance notable au cours de la dernière année et démontrent que le Canada a la capacité de produire non seulement des licornes, mais aussi des entreprises technologiques avec une forte présence mondiale.

Source de l’image Unsplash. Photo de Greg Rosenke.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires