Facebook teste une nouvelle façon de lutter contre les contenus extrémistes


Le géant des médias sociaux teste des invites sur certains utilisateurs américains qui pourraient avoir été exposés à du contenu extrémiste.

Facebook teste des invites qui demandent aux utilisateurs aux États-Unis s’ils craignent que quelqu’un qu’ils connaissent ne devienne un extrémiste.

Selon CNN Business, les invites font partie de l’initiative de redirection du géant des médias sociaux, qui vise à lutter contre l’extrémisme violent. Pour ce faire, il redirige les termes de recherche liés à la haine et à la violence vers des groupes de ressources, d’éducation et de sensibilisation.

Dans le cadre des tests, certains utilisateurs sont également alertés qu’ils peuvent avoir été exposés à du contenu extrémiste.

Les alertes incluent : « Craignez-vous que quelqu’un que vous connaissez devienne un extrémiste ? et « Les groupes violents essaient de manipuler votre colère et votre déception ».

Les invites dirigent ensuite les utilisateurs vers une variété de ressources telles que Life After Hate, une organisation américaine à but non lucratif pour aider les gens à quitter les groupes d’extrême droite.

S’adressant à CNN Business, un porte-parole de Facebook a déclaré que le test faisait « partie de notre travail plus large pour évaluer les moyens de fournir des ressources et un soutien aux personnes sur Facebook qui ont pu interagir ou avoir été exposées à du contenu extrémiste ou connaître quelqu’un qui est à risque ». .

Les nouvelles invites sont les dernières de plusieurs mesures prises par Facebook pour lutter contre le contenu préjudiciable et extrémiste, la désinformation et les abus sur ses plateformes.

Soutenir la Silicon Republic

En mai 2020, les 20 premiers membres du conseil de surveillance de Facebook ont ​​été choisis. Ce conseil a été créé en tant qu’entité indépendante chargée d’examiner les décisions controversées de modération ou de suspension du contenu prises par la société.

En octobre de l’année dernière, il a déclaré qu’il renforcerait ses mesures pour lutter contre le mouvement complot radical d’extrême droite QAnon sur ses plateformes à la suite d’un certain nombre d’incidents au cours de l’année.

Facebook a également été l’une des nombreuses sociétés de médias sociaux à interdire l’ancien président américain Donald Trump à la suite de la violente attaque contre le Capitole américain au début de l’année.

En termes de contenu abusif, la société a introduit une nouvelle fonctionnalité pour permettre aux utilisateurs de contrôler qui peut commenter une publication Facebook plus tôt cette année.

Cette semaine, la plateforme a lancé un Women’s Safety Hub, qui vise à centraliser les ressources pour les femmes leaders, les journalistes et celles qui ont été victimes d’abus en ligne.

Les ressources vont de la formation des politiciens utilisant Instagram pour l’engagement civique au blocage des mots-clés et au contrôle des commentaires pour ceux qui sont aux yeux du public.

En tant que société mère d’Instagram, Facebook a également lancé une fonctionnalité permettant de filtrer les messages abusifs et indésirables au sein de la plate-forme de partage de photos.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires