L’architecte Key Superclusters soutient que le programme a besoin de plus de temps pour être pleinement évalué dans un nouveau rapport


John Knubley, l’une des personnes responsables de la création du programme des supergrappes du gouvernement du Canada, soutient que l’initiative doit être évaluée dans une perspective plus large.

Knubley a exposé son cas dans un article récent publié par le Brookfield Institute for Innovation and Entrepreneurship. Le document examine les progrès de l’initiative des supergrappes trois ans après sa création en 2018 et demande que l’impact du programme soit évalué d’un point de vue à plus long terme compte tenu de sa portée.

«L’évaluation par le DPB des supergrappes était à tout le moins prématurée et, en tout cas, basée sur un cadre d’évaluation étroit», a écrit Knubley.

De 2012 à 2019, Knubley a été sous-ministre d’Innovation, Sciences et Développement économique (ISDE) Canada, où il a contribué au lancement de l’Initiative des supergrappes d’innovation financée par le gouvernement fédéral. L’article de Knubley vise à répondre à un rapport d’octobre publié par le directeur parlementaire du budget (DPB), Yves Giroux, selon lequel les supergrappes étaient loin derrière leurs objectifs de dépenses et de création d’emplois en mars 2020.

«L’évaluation par le DPB des supergrappes était à tout le moins prématurée et, en tout cas, basée sur un cadre d’évaluation étroit, comme si l’objectif était simplement des projets», a écrit Knubley.

Knubley soutient que «par-dessus tout, les supergrappes devraient être jugées en fonction de la façon dont elles déplacent l’aiguille sur la performance d’innovation du Canada.» Pour lui, «cela signifie utiliser des mesures de l’innovation qui donnent une image de la façon dont elles créent de la valeur socio-économique de manière qualitative et quantitative.»

L’Initiative des supergrappes d’innovation a été lancée en 2018 avec un financement fédéral de 950 millions de dollars sur cinq ans pour promouvoir la collaboration à grande échelle entre les chefs de file de l’industrie, les petites et moyennes entreprises et les établissements postsecondaires, afin de développer et de mettre à l’échelle des technologies à fort potentiel au Canada. .

Selon Knubley, le gouvernement du Canada a lancé le programme des supergrappes pour relever certains des plus grands défis liés à l’innovation au pays, notamment le manque d’échelle et d’investissement des entreprises, la faiblesse de la gouvernance dirigée par les entreprises, les chaînes d’approvisionnement sous-développées, le faible soutien aux talents, un manque de concentration et d’image de marque, et réseaux faibles.

CONNEXES: Ocean Supercluster engage 12 millions de dollars dans l’analyse en temps réel du projet d’aquaculture

Le Canada compte cinq supergrappes: la supergrappe de la technologie numérique de la Colombie-Britannique, la supergrappe Protein Industries Canada basée dans les Prairies, la supergrappe de la fabrication de la prochaine génération (NGen) de l’Ontario, la supergrappe de l’IA à l’échelle du Québec et la supergrappe océanique du Canada atlantique.

Le gouvernement fédéral prévoyait que ses dépenses dans la Supergrappe créeraient 50 000 emplois et augmenteraient le produit intérieur brut du pays de 50 milliards de dollars sur une décennie. Mais le rapport d’octobre du DPB a révélé qu’en mars 2020, les supergrappes du Canada n’avaient distribué que 30 millions de dollars, bien loin des 104 millions de dollars qu’elles avaient prévu de dépenser à ce moment-là, et ne pouvaient représenter que 2594 nouveaux emplois.

Cependant, après la publication du rapport, l’ancien ministre de l’Innovation Navdeep Bains, qui a depuis été remplacé par François-Philippe Champagne, a déclaré à BetaKit que les Superclusters avaient vu «d’énormes progrès» depuis le début du COVID-19, alors que les Superclusters intensifiaient leur dépenses en réponse à certains des défis les plus urgents de la pandémie.

Les affirmations de Bains sont étayées par les dernières données sur les dépenses: en février, ISDE signale que les supergrappes ont dépensé 515 millions de dollars combinés, tirant parti des investissements de l’industrie pour un total de plus de 1,2 milliard de dollars dans plus de 285 projets.

Ces perspectives de dépenses ont tellement changé que, selon The Logic, les supergrappes sont désormais sur la bonne voie pour maximiser leurs budgets «dans les mois à venir», avec deux ans d’avance sur le calendrier. Par conséquent, les supergrappes de NGen, de technologie numérique et de protéines ont commencé à faire pression sur le gouvernement du Canada pour obtenir plus de financement, selon The Logic.

CONNEXES: À la suite du rapport du DPB, le ministre Bains dit que les supergrappes ont vu «d’énormes progrès»

La supergrappe NGen a récemment engagé près des deux tiers de son budget total avec de nouveaux projets de technologie de fabrication COVID-19. En mars, la supergrappe océanique avait dépensé 90 millions de dollars sur son budget fédéral total de 153 millions de dollars. En janvier, The Logic a noté que la supergrappe de la technologie numérique était à moins de deux mois d’engager pleinement son budget de 153 millions de dollars.

«Évaluer la performance des supergrappes n’est pas chose facile, et il est relativement tôt dans la vie de ces initiatives quinquennales pour porter des jugements définitifs», a écrit Knubley. «Construire des écosystèmes et investir dans des projets connexes est un jeu à long terme, même au-delà de la période de cinq ans prévue.»

Selon Knubley, les Superclusters ont été confrontés à un certain nombre de défis communs depuis leur formation. Ces défis comprennent des exigences de rapport et de gouvernance «peut-être trop rigoureuses» mises en œuvre par le gouvernement du Canada et des démarrages lents liés aux engagements et aux dépenses liés aux projets. Ils impliquent également une confusion sur l’utilisation stratégique de l’intellectuel (PI).

En octobre dernier, Jim Balsillie, président du Conseil des innovateurs canadiens, a déclaré au Globe and Mail que les gains d’emplois promis par les supergrappes n’étaient tout simplement pas réalistes et a souligné le manque de stratégie claire en matière de propriété intellectuelle et de données.

«Si ce programme avait commencé avec une stratégie de propriété intellectuelle et de données, nous pourrions générer les résultats économiques nécessaires dans une fourchette normale plutôt que des rêves d’innovation sans innovation», a-t-il déclaré au Globe.

CONNEXES: La supergrappe NGen approche les deux tiers du budget de 230 millions de dollars engagés avec de nouveaux projets d’approvisionnement en COVID-19

Dans son évaluation, Knubley a écrit qu’à l’avenir, le gouvernement du Canada doit se concentrer «davantage sur les résultats et moins sur les intrants bureaucratiques», et les supergrappes doivent renforcer les relations de la chaîne d’approvisionnement dans les projets et promouvoir plus de dialogue et d’éducation autour de l’utilisation et la valeur de la propriété intellectuelle.

À ce jour, Knubley a déclaré que les super grappes avaient démontré des résultats positifs dans quelques domaines importants: encourager les investissements des entreprises dans l’innovation, les effets de réseau, le développement inclusif des talents, et l’image de marque et les partenariats internationaux.

Il a également caractérisé la capacité des Superclusters à soutenir les projets COVID-19 comme «un signe de succès et d’adaptabilité». Pour Knubley, cela «suggère que chacun peut à nouveau pivoter, au besoin, et tirer parti de son modèle commercial pour répondre aux besoins à court terme tout en augmentant l’impact d’autres objectifs à plus long terme.»

Knubley demande à ISDE d’engager une tierce partie «pour établir un cadre d’évaluation continue pour les supergrappes».

À l’avenir, Knubley demande à ISDE d’engager un tiers «pour établir un cadre d’évaluation continue pour les supergrappes».

L’ancien sous-ministre pense que ce cadre devrait tenir compte des progrès du programme des supergrappes en termes d’avantages technologiques, d’effets de réseau, de demande et d’attributs dirigés par les entreprises, l’investissement des entreprises dans la recherche et le développement, les collaborations, l’adoption accrue de la propriété intellectuelle, les avantages commerciaux. , la résilience de la chaîne d’approvisionnement, les avantages de la formation et des talents, et les partenariats mondiaux.

«Ce type d’évaluation générale nécessite un changement de mentalité de la part des critiques et des évaluateurs, en mettant davantage l’accent sur la mesure des extrants et des résultats qui correspondent à l’économie réelle et aux écosystèmes en jeu, par opposition à de simples évaluations et mesures de projet». selon Knubley.

Après la pandémie, Knubley pense que l’initiative des supergrappes pourrait jouer un rôle important dans la reprise du Canada, citant la course technologique continue du pays avec d’autres pays et la nécessité pour le Canada de renforcer sa chaîne d’approvisionnement comme deux facteurs connexes à long terme à prendre en compte.

«De par leur nature même, les supergrappes soutiennent directement une économie canadienne renouvelée qui est plus résiliente, innovatrice et diversifiée», a écrit Knubley. Si le Canada «veut gagner au jeu de l’innovation à long terme», a-t-il ajouté, «placer plus de paris sur ses cinq supergrappes est tout à fait logique du point de vue d’une politique d’innovation et d’un cadre d’évaluation plus larges.

Photo gracieuseté de la supergrappe de la technologie numérique.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des