Lancement d’un nouveau conseil pour faire progresser l’industrie canadienne des semi-conducteurs


Un groupe d’intervenants du secteur technologique canadien a lancé un Conseil national des semi-conducteurs, chargé de faire du Canada une plaque tournante mondiale pour la recherche, la conception et la fabrication de semi-conducteurs.

«Le Canada doit occuper le podium et obtenir notre avantage concurrentiel en tant que chef de file dans le secteur mondial des semi-conducteurs.
– Melissa Chee, ventureLAB

Le conseil envisage d’élaborer une «stratégie et un plan d’action nationaux sur les semi-conducteurs» et de mener diverses actions visant à renforcer l’industrie canadienne des semi-conducteurs, y compris sa compétitivité et la résilience de sa chaîne d’approvisionnement.

Les membres fondateurs du nouveau conseil comprennent plusieurs acteurs clés de l’innovation au Canada, tels que Salim Teja, partenaire chez Radical Ventures; Sarah Prevette, fondatrice et PDG de Future Design School (et membre fondatrice de BetaKit); et Melissa Chee, présidente et chef de la direction de ventureLAB.

Le conseil se concentrera sur l’activation d’une masse critique de sociétés de semi-conducteurs riches en propriété intellectuelle, l’attraction et la rétention des talents, la mise à l’échelle des bassins de capitaux d’investissement du Canada pour ces sociétés et l’expansion des possibilités d’investissement stratégique au Canada.

La création de ce nouveau conseil intervient dans un contexte de pénurie mondiale de puces semi-conductrices. Selon la Semiconductor Industry Association, les ventes mondiales de semi-conducteurs ont augmenté de 6,5% en 2020, indiquant une forte demande de puces.

Mais l’offre n’a pas été en mesure de répondre à cette demande. De nombreux producteurs, tels que les constructeurs automobiles et les fabricants de technologie, ont récemment signalé une pénurie de composants pour les puces à semi-conducteurs et constatent en conséquence un ralentissement de la production.

Dans une déclaration à BetaKit, Teja a noté que les puces à semi-conducteurs soutiennent l’ensemble du secteur technologique, de l’électronique grand public aux véhicules électriques et aux appareils médicaux. Bien que le Canada dispose d’une solide base de talents, attribués aux divers programmes postsecondaires en STIM du Canada, le conseil a déclaré qu’il y avait un manque pour les fondateurs de semi-conducteurs dans l’accès au capital à tous les stades de croissance.

«L’un des plus grands obstacles auxquels sont confrontées les entreprises canadiennes de matériel et de semi-conducteurs au Canada est le manque d’accès au capital de risque», a déclaré Teja. «En conséquence, de nombreux créateurs de technologie sont contraints de rechercher des capitaux étrangers, ce qui entraîne souvent des sorties prématurées à faible valeur vers la propriété étrangère.»

Ce conseil est le dernier effort visant à renforcer l’industrie canadienne des semi-conducteurs. Dans son budget récemment publié, le gouvernement fédéral a affecté 90 millions de dollars sur cinq ans au Conseil national de recherches pour moderniser le Centre canadien de photonique. La photonique est la science derrière la fibre optique, les semi-conducteurs avancés et un certain nombre d’autres technologies critiques.

CONNEXES: La société de semi-conducteurs Peraso lève un financement de série C de 20 millions de dollars pour faire face à la prochaine génération de WiFi

L’une des principales priorités du nouveau conseil est de retenir les talents techniques au Canada. Selon les données de Statistique Canada, près du quart de toutes les inscriptions au niveau postsecondaire étaient dans des programmes liés à l’informatique et à l’électronique en 2019.

«Le Canada est riche de talents en STIM à tous les niveaux, des jeunes diplômés aux professionnels expérimentés», a déclaré Prevette à BetaKit. « Le défi est de les garder ici, plutôt que de les perdre au profit d’autres pays. »

Les nations du monde entier mobilisent une réponse à la pénurie mondiale de semi-conducteurs. Le plan d’infrastructure du président américain Joe Biden consacre 50 milliards de dollars à l’industrie américaine des semi-conducteurs. L’Union européenne a également été ouverte sur les plans visant à renforcer sa capacité de fabrication de semi-conducteurs et à moins dépendre des producteurs étrangers.

«Compte tenu des investissements que d’autres pays font dans ce secteur, il est essentiel que les priorités du Canada soient identifiées et mises en œuvre de manière significative», a déclaré Teja.

«Le Canada doit occuper le podium et obtenir notre avantage concurrentiel en tant que chef de file dans le secteur mondial des semi-conducteurs», a ajouté Chee. «C’est notre opportunité de réfléchir avec audace à une stratégie du secteur industriel pour atteindre les objectifs de décarbonisation et pérenniser nos secteurs de l’automobile, de l’énergie, des sciences de la vie et de la fabrication.»

Le conseil a déclaré à BetaKit qu’il commencerait à travailler avec davantage de parties prenantes de l’industrie au cours des prochains mois, après quoi il commencerait à créer sa stratégie et son plan d’action.

Source de l’image Jonas Svidras via Unsplash.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires