Le Conseil de surveillance de Facebook confirme l’interdiction de Trump


Bien que le conseil d’administration ait approuvé la décision d’interdire Trump, il a déclaré que Facebook était trop «vague» dans sa décision d’imposer une interdiction indéfinie.

Le Conseil de surveillance de Facebook a confirmé l’interdiction du réseau social contre l’ancien président américain Donald Trump.

L’Oversight Board, qui agit comme une sorte de système judiciaire pour les décisions contentieuses de modération de contenu sur la plate-forme, avait enquêté sur la décision d’interdire à Trump de Facebook et Instagram à la suite de l’attaque du 6 janvier au Capitole.

Facebook a suspendu définitivement Trump de ses sites à la suite de publications qu’il a publiées qui semblaient féliciter les émeutiers et potentiellement inciter à de nouvelles violences.

Le Conseil de surveillance a estimé que ses propos «violaient gravement» les directives communautaires de Facebook et d’Instagram et que «compte tenu de la gravité des violations et du risque de violence persistant, Facebook était justifié de suspendre les comptes de M. Trump».

Bien que le conseil ait confirmé la décision, il a critiqué la décision de Facebook de mettre en œuvre une interdiction permanente indéfinie. Il a conseillé de revoir cette pratique et la manière dont elle est appliquée à tout utilisateur.

« (Il) n’était pas approprié pour Facebook d’imposer la peine indéterminée et sans norme de suspension indéfinie », a déclaré la décision.

Soutenir Silicon Republic

«Le Conseil insiste pour que Facebook examine cette question pour déterminer et justifier une réponse proportionnée qui est cohérente avec les règles qui sont appliquées aux autres utilisateurs de sa plate-forme.»

Facebook a six mois pour répondre à la décision du Conseil de surveillance et à ses conseils sur la suspension indéfinie, ce qui remet effectivement la décision difficile de restaurer le compte de Trump sur les genoux de Mark Zuckerberg.

«En appliquant une sanction vague et sans norme, puis en renvoyant cette affaire au Conseil pour la résoudre, Facebook cherche à se soustraire à ses responsabilités», a-t-il déclaré.

Le Conseil de surveillance a été créé par Facebook en tant qu’entité indépendante qui examinerait les décisions controversées de modération ou de suspension du contenu prises par l’entreprise. Plusieurs universitaires, avocats et militants siègent au conseil.

Trump a été définitivement banni par Twitter et plusieurs autres sites de médias sociaux et services en ligne à la suite des attaques du Capitole.

Hier (4 mai), Trump a lancé sa propre plate-forme de «communication» qui est essentiellement un blog pour les courants de conscience de l’ancien président. Trump n’a pas encore publié sur sa nouvelle plate-forme la décision du comité de surveillance.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires