La Suisse gèle les actifs cryptographiques des citoyens russes pour protéger l’intégrité de son industrie de la crypto-monnaie.

Le vendredi 4 mars, le gouvernement fédéral suisse a annoncé son intention de geler tous les actifs cryptographiques détenus sur son territoire appartenant à des citoyens russes et à des sociétés agréées par l’UE. Cela dans le cadre des sanctions imposées par l’Union européenne suite à l’invasion de l’Ukraine par le pays.

Le blocage des actifs numériques et physiques des Russes en Suisse

Le Conseil fédéral suisse prévoit de geler les actifs cryptographiques des citoyens et entreprises russes sur son territoire conformément aux sanctions imposées à Russie.

La semaine dernière, le ministre suisse des Finances, Guy Parmelin, a déclaré que la Suisse avait gelé les comptes bancaires et les avoirs physiques de 223 Russes, dont des proches du président Vladimir Poutine. Un autre fonctionnaire réputé a en outre expliqué que la décision vise à protéger l’intégrité de l’écosystème des crypto-monnaies en suisse.

En fait, le pays est la première destination des entreprises de l’industrie de la blockchain. La Suisse, longtemps un centre économique mondial, embrasse maintenant le potentiel des crypto-monnaies et des jetons numériques. Le pays est compatible avec la crypto-monnaie et la blockchain et abrite de nombreuses entreprises industrielles et des réglementations sensibles à l’industrie.

Plus de 1100 entreprises du secteur se sont installées en Suisse après la réglementation conviviale de la cryptographie. La mesure coïncide également avec une décision unilatérale des pays de l’UE d’empêcher la Russie d’utiliser les crypto-monnaies pour échapper aux sanctions économiques.

Voir plus : L’Union européenne révise sa législation relative au minage de crypto-monnaie avec preuve de travail.

Les échanges centralisés sont obligés de s’entendre.

Selon le commissaire fédéral suisse Guy Parmelin, la mesure concerne les actifs numériques détenus sur des plateformes centralisées :

« Si quelqu’un possède ses clés de crypto-monnaie, il est presque impossible de les identifier où qu’elles se trouvent. Mais s’il utilise des services de crypto-monnaie centralisés, des fonds, des échanges, etc. Alors nous pouvons facilement le cibler.« 

Coinbase et Binance, les deux plus grands échanges de crypto-monnaie ont annoncé qu’ils ne voulaient pas empêcher tous les citoyens russes d’accéder à leurs plateformes. Selon eux, une telle mesure serait contraire à l’éthique cryptographique. Cependant, si la communauté internationale décide d’imposer des sanctions plus sévères à la Russie, les échanges centralisés devront agir conformément à la loi.

L’adhésion de la Suisse aux sanctions de l’UE, abandonnant ainsi son rôle historiquement neutre. En fait, outre le gel des comptes bancaires susmentionné, le pays a également interdit à plusieurs oligarques russes dont les noms ont été tenus secrets d’entrer sur son territoire. 

Bonus : Virginia présente un projet de loi qui permettrait aux banques d’offrir des services de dépositaire de crypto-monnaie.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires

Iran cbdc

L’Iran a lancé un projet pilote pour sa CBDC.

La Banque centrale d’Iran a commencé à piloter l’utilisation de son CBDC « crypto rial », cette semaine, selon une annonce de la Chambre de commerce iranienne. Par ailleurs, la décision de