Covid-19 provoque une «  shecession  », déclare PwC


Le dernier indice des femmes au travail de PwC affirme que la pandémie est en train d’inverser les mesures prises en faveur de l’égalité des sexes au cours de la dernière décennie.

La pandémie a posé des défis aux travailleurs du monde entier au cours de l’année écoulée. Un nouveau rapport de PwC affirme cependant que les employées ont été les plus durement touchées. Son indice annuel des femmes au travail, publié aujourd’hui (5 mars), indique que les progrès des femmes au travail pourraient revenir aux niveaux de 2017 d’ici la fin de cette année.

Cliquez ici pour découvrir les meilleurs employeurs de science-technologie qui embauchent actuellement.

L’indice des femmes au travail de PwC mesure l’autonomisation économique des femmes dans 33 pays de l’OCDE à l’aide de cinq indicateurs; l’écart de rémunération entre les sexes, la participation au marché du travail et l’écart entre les hommes et les femmes dans cette participation, et les taux de chômage et d’emploi à plein temps des femmes.

Les résultats de cette année suggèrent que les dommages causés par la pandémie, ainsi que les voies que les réponses gouvernementales et les politiques de relèvement ont empruntées, ont un impact disproportionné sur les femmes dans ces pays.

«Afin de réparer les dommages causés par Covid-19 aux femmes au travail, même d’ici 2030, les progrès vers l’égalité des sexes doivent être deux fois plus rapides que leur rythme historique», déclare PwC.

Les pays de l’OCDE ont réalisé des progrès constants en matière d’autonomisation économique des femmes au cours des neuf dernières années, ajoute-t-il, mais Covid-19 a fait reculer l’indice global de 2,1 points entre 2019 et 2021. L’indice ne devrait pas se redresser avant 2022, d’ici quel point il aurait dû regagner 0,8 point.

Obligations de garde d’enfants disproportionnées

Selon PwC, les femmes devant consacrer plus de temps à la garde des enfants que les hommes pendant la pandémie sont l’une des raisons du recul. L’ONU affirme qu’avant l’arrivée de Covid, les femmes consacraient en moyenne six heures de plus que les hommes à la garde d’enfants non rémunérée chaque semaine. PwC a constaté que ce chiffre avait grimpé à une moyenne de près de huit heures par semaine au cours de l’année écoulée.

«Ce« deuxième quart de travail »équivaut à 31,5 heures par semaine; presque autant un travail supplémentaire à plein temps », déclare PwC. «Cette augmentation du travail non rémunéré a déjà réduit la contribution des femmes à l’économie.

«Si ce fardeau supplémentaire persiste, il incitera davantage de femmes à quitter définitivement le marché du travail, inversant les progrès vers l’égalité des sexes et réduisant la productivité dans l’économie.»

La place de l’Irlande dans l’indice des femmes au travail

L’Irlande a progressé de quelques places dans l’indice des femmes au travail de cette année, passant de 18 à 14. Cela s’explique principalement par la réduction de l’écart de rémunération entre les sexes et la diminution du taux de chômage des femmes, selon PwC. Cependant, il a été battu dans le top 10 par l’Islande, la Suède, la Nouvelle-Zélande, la Slovénie, le Luxembourg, la Norvège, le Danemark, la Finlande, le Portugal et la Belgique.

«Bien que ce soit une bonne nouvelle que l’Irlande ait grimpé dans le classement du dernier indice des femmes au travail, il est décevant que les dernières preuves montrent que la hausse du taux de chômage des femmes est plus importante que celle des hommes pendant le Covid-19», PwC dit.

«Par exemple, les données sur le chômage publiées par l’OCDE pour 2020 montrent que si les taux de chômage des hommes et des femmes ont augmenté entre 2019 et 2020, l’augmentation en points de pourcentage pour les femmes est plus élevée.

«Le taux de chômage des femmes est passé de 4,7% en 2019 à 6,1% en 2020 (soit une augmentation de 1,4 point de pourcentage), tandis que le taux de chômage des hommes est passé de 5,2% en 2019 à 5,9% en 2020 (une augmentation de 0,7 point de pourcentage). « 

‘Une histoire inquiétante’

Emma Scott, responsable des ressources humaines chez PwC Irlande, a déclaré: «Les revers que nous connaissons avec Covid-19 en termes d’effectifs racontent une histoire inquiétante. Alors que les impacts sont ressentis par tout le monde à travers le monde, nous voyons des femmes quitter le marché du travail à un rythme plus rapide que les hommes.

«Les femmes portent un fardeau plus lourd que les hommes en termes de soins et de travaux domestiques non rémunérés. Cela a augmenté pendant la pandémie et limite le temps et les options des femmes pour contribuer à l’économie.

Et même si certaines femmes retourneront probablement sur le marché du travail après la pandémie, Ger McDonough, partenaire personnel et organisationnel de l’entreprise, affirme que les interruptions de carrière ont des répercussions à long terme sur les perspectives d’emploi des femmes.

«Pour les employeurs, l’impact de l’attrition est susceptible d’exacerber les pénuries de compétences, de menacer la croissance des entreprises et d’aggraver les défis pour atteindre les objectifs de diversité et d’inclusion», a déclaré M. McDonough.

«Les organisations peuvent éviter cette perte évitable en engageant tous leurs employés, en particulier les femmes, à comprendre le soutien dont ils ont besoin pour rester au travail. Les étapes pratiques comprennent l’introduction ou la mise à jour des modalités de travail flexibles, le renforcement de l’inclusivité de leur culture organisationnelle et la prise en compte des impacts sur la diversité et l’inclusion des décisions clés, telles que la restructuration.

«Les organisations qui adoptent une vision à plus long terme veilleront à avoir accès aux meilleurs talents pour un monde post-Covid.»

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires