BlockFi s’attire la colère des régulateurs financiers de nombreux états américains

Le 24 juillet, la société états-unienne BlockFi, basée au New Jersey, est la cible d’actions coordonnées des autorités financières de plusieurs états. En effet, l’Alabama, le New Jersey et le Texas ont publié divers communiqués ordonnant à la société d’arrêter certaines activités liées à la cryptomonnaie. Quant à BlockFi, il assouplit rapidement la situation en ouvrant le dialogue tout en défendant fermement sa position.

BlockFi a été mis en demeure en Alabama.

Le 21 juillet, la commission des valeurs mobilières de l’Alabama(ASC) a adressé une mise en demeure à BlockFi, demandant l’arrêt de la vente de cryptomonnaies dans l’État. BlockFi a rapidement confirmé la réception de l’ordonnance et clarifié sa position sur Twitter.

Dans un tweet, BlockFi  a répondu que :

« Nous sommes conscients de l’ordonnance de justification émise par la Commission des valeurs mobilières de l’Alabama. Nous entretenons des dialogues actifs avec les régulateurs […] de l’Alabama, afin de partager les détails de nos produits, que nous estimons légaux et appropriés »

Ici, Les produits mise en cause sont le compte de cryptomonnaie qui génère des bénéfices, appelé BlockFi Interest Accounts (BIA) fourni par BlockFi. Selon ASC, la société lèvera au moins 14,7 milliards de dollars américains grâce à la vente de ces BIA, ce qui peut être considéré comme une « vente de titres non enregistrés violant la loi sur les valeurs mobilières ».

à découvrir également : Uniswap(UNI) limite l’accès à certains tokens et invoque un paysage réglementaire en évolution.

En fait, BIA est le produit phare de BlockFi. Ils permettent aux utilisateurs de gagner des intérêts sur leurs dépôts en cryptomonnaie en les envoyant sur une plate-forme centralisée.

Dès lors, une mise en demeure a ordonné à BlockFi d’expliquer pourquoi ASC n’ordonnerait pas la suspension de la vente de ce service, jugé illégitime, car il ne l’a pas déclaré.

Selon le directeur de l’ASC, Joseph Borg, plusieurs entités ont été enregistrées auprès de l’ASC comme l’exige la loi pour vendre des titres aux résidents de l’État.

Ce faisant, les autorités ont accusé BlockFi de se faire passer pour une entité réglementée, alors qu’en fait elle n’a pas encore été enregistrée auprès de l’ASC ou de tout autre organisme de réglementation des valeurs mobilières.

Malgré ce point de vue, BlockFi insiste toujours sur sa position, affirmant que BIA n’est pas un service qui doit être déclaré en tant que valeur mobilière.

Le New Jersey veut protéger les investisseurs.

La situation est sensiblement la même dans le New Jersey, où la firme est confrontée à une procédure similaire, mais plus détaillée.

Dans un communiqué, le procureur général Andrew J. Bruck a annoncé que le Bureau des valeurs mobilières du New Jersey (NJSC) avait émis une ordonnance de suspension contre BlockFi au motif qu’il souhaitait protéger les investisseurs

Ainsi, le procureur général, Andrew J. Bruck, a déclaré que :

« Nos règles sont simples : si vous vendez des titres dans le New Jersey, vous devez vous conformer aux lois sur les valeurs mobilières du New Jersey. Personne n’obtient un laissez-passer gratuit simplement parce qu’il opère sur le marché des cryptomonnaies, qui évolue rapidement. Notre Bureau des valeurs mobilières suivra de près cette question, car nous nous efforçons de protéger les investisseurs.»

La méfiance du NJSC reflète ses inquiétudes vis-à-vis des plateformes telles que BlockFi, qui « cherchent à réinventer les systèmes financiers traditionnels tels que les banques et les courtiers pour les investisseurs en actifs numériques. »

à découvrir également : DeFi : 350 acteurs incitent le gendarme financier mondial à des règlements logique et rationnelle.

Le Bureau a noté que les pertes des investisseurs ne sont pas protégées par la Société fédérale d’assurance des dépots (FDIC) ou la Société de protection investisseurs en valeurs mobilières (SIPC).

Zac Prince, le PDG de BlockFi, a répondu à ces allégations de la même manière qu’auparavant, se disant ouvert au dialogue tout en restant ferme sur ce qu’il pense être la nature de son produit financiers.

L’audience a lieu au Texas.

Un procès similaire est également en cours au Texas, où le Commission des valeurs mobilières de l’Etat du Texas (TSSB) a demandé une audience dans l’État, avec la possibilité d’imposer une ordonnance de suspension et une ordonnance de renonciation à l’encontre de la société.

Le juge approuve l’ordonnance lors d’une audience virtuelle le 13 octobre, BlockFi et ses filiales BlockFi Lending et BlockFi Trading pourraient devoir cesser d’offrir BIA à moins qu’ils ne s’enregistrent auprès d’un régulateur local ou de la Commission des valeurs mobilières des États-Unis.

à découvrir : Ethereum doit s’étendre au-delà de la DeFi : les vraies ambitions de son fondateur révélé lors de l’EthCC.

Selon les archives, au 9 juin 2021, BlockFi gérait plus de 691 millions de dollars d’actifs d’environ 25 000 résidents du Texas.

La TSSB a précisé que :

« Le simple fait qu’un investissement soit lié à une cryptomonnaie, à la technologie blockchain ou à un certain type d’actif numérique ne le soustrait pas à la règlementation des valeurs mobilières s’il constitue un contrat d’investissement, un billet, un titre de créance ou un autre type de titre»

Face à cette méfiance, BlockFi devra agir avec prudence et bien communiquer pour assurer la pérennité de ses activités.

Mais malgré toutes les violations, BlockFi semble déterminé à continuer à fournir des conseils enthousiastes pour naviguer dans un échange. Coindesk a rapporté que BlockFi « avait l’intention de devenir public dans 12 à 18 mois », pour des fichiers qui, selon lui, ont été « distribués aux investisseurs ».

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des