Accel ferme trois nouveaux fonds de capital-risque à 3 milliards de dollars


La société de capital-risque a fait le plein d’argent frais dans trois fonds distincts pour investir dans des sociétés américaines et européennes.

La société de capital-risque Accel a annoncé la clôture de trois fonds totalisant 3,05 milliards de dollars pour soutenir à la fois des entreprises en démarrage et en croissance.

Les trois fonds donneront à Accel plus de puissance de feu pour continuer à soutenir de nouvelles start-ups ainsi que des fonds pour fournir un capital de suivi.

Tout cela se présente sous la forme d’un fonds de 650 millions de dollars pour investir dans les start-up américaines en démarrage, d’un fonds de 650 millions de dollars pour soutenir les start-ups européennes et israéliennes et d’un fonds de croissance de 1,75 milliard de dollars qui investira dans des entreprises en pleine maturité. . La société n’a divulgué les noms d’aucun associé commanditaire.

L’entreprise de près de 40 ans a été un pilier de l’investissement technologique aux États-Unis au départ, mais a étendu ses ailes sur les marchés mondiaux.

Ces nouveaux fonds lui permettront de continuer à accompagner de jeunes start-up de part et d’autre de l’Atlantique et de continuer à accompagner des entreprises au travers de son fonds de croissance.

Soutenir la Silicon Republic

Chaque fonds devrait investir dans environ 20 ou 30 sociétés, le fonds de croissance coupant des chèques de l’ordre de 50 à 75 millions de dollars, mais également en réalisant des opérations d’amorçage plus petites, le cas échéant, dans les deux autres fonds.

« Bien que beaucoup de choses aient changé dans le monde avec l’expansion de l’entrepreneuriat à travers le monde à un rythme accéléré, beaucoup de choses sont restées les mêmes chez Accel », a déclaré la société dans un communiqué. « Nous nous sommes depuis longtemps conçus comme un partenariat mondial pour travailler avec les entreprises les plus innovantes, d’où qu’elles soient originaires.

Dernièrement, Accel a investi dans un certain nombre d’entreprises européennes, des jeunes pousses aux entreprises en phase de croissance.

Plus tôt ce mois-ci, il a mené un tour de table de 6,4 millions d’euros dans la start-up allemande de commerce électronique Charles, tandis qu’il a également mené il y a quelques mois un tour de 86 millions de dollars dans la société française de fintech Lydia.

La fintech a fréquemment attiré l’attention de l’entreprise. Aux États-Unis, il a soutenu la série B de l’unité de démarrage de la banque en tant que service et a rejoint la semaine dernière la deuxième augmentation de 100 millions de dollars de Chainalysis cette année.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires