À cause de la Chine et de l’Afghanistan, l’Europe finit dans le rouge.

Ce lundi 16 août, les bourses en Europe ont clôturé en baisse. À l’approche de la mi-journée, Wall Street entre en territoire négatif. Les indicateurs économiques chinois et les craintes concernant la prise de pouvoir des talibans ont accru la demande d’actifs refuges.

Les principaux marchés mondiaux.

Le Footsie au Royaume-Uni a chuté de 0,9 % et Dax en Allemagne a chuté de 0,32 %.
L’indice Europe Stoxx 50 a chuté de 0,64 %, l’indice FTSEurofirst 300 recule de 0,64 % et l’indice Stoxx 600 chutes de 0,5 % alors que l’indice avait augmenté pendant dix jours de bourse consécutifs et en établissant à chaque fois des records.

à lire aussi : États-Unis : une enquête est lancée sur le système Autopilot de Tesla.

En clôture en Europe, les principaux indices de Wall Street ont chuté de 0,2 % à 0,9 %.
En juillet, la croissance de la production industrielle et des ventes au détail de la Chine a fortement ralenti, plus que les estimations, car de nouveaux foyers de l’épidémie et des inondations ont perturbé les activités commerciales des entreprises, cela renforce les signes d’un affaiblissement de la reprise du deuxième économie mondiale.

Les points d’actualité à surveillée.

Après l’occupation de la capitale afghane (Kaboul) par les talibans, après une attaque éclair, les nouvelles géopolitiques ont été une autre source d’inquiétude, et le président Ashraf Ghani et des diplomates occidentaux ont quitté la région.

Selon Jim Vogel, chargé de stratégie chez FHN Financial, la situation en Afghanistan se traduit par :

« Le chaos pour 38 millions de personnes situées entre le Pakistan et l’Iran (et) déstabilise davantage un monde toujours en proie à la pandémie ».

Dans un autre domaine, les investisseurs suivent également le compte-rendu de la réunion de juillet de la Réserve fédérale (Fed) prévue ce mercredi, qui sera scrutée pour trouver de nouvelles informations sur le moment où la banque centrale débutera la réduction des achats d’actifs.

Différentes valeurs.

Les secteurs européens des ressources de base et de l’énergie ont chuté de 1,98 % et 1,4 %, respectivement, et les indicateurs chinois ont suscité des inquiétudes, car elle est l’une des principaux consommateurs de métaux et de pétrole.
TotalEnergies, ArcelorMittal (AS : MT), Rio Tinto (LON : RIO), Royal Dutch Shell (AS : RDSa) et TechnipFMC (PA : FTI) ont perdu entre 1,23 % et 0,18 %.
Groupes de l’industrie du luxe exposés à la Chine, tels que LVMH (PA : LVMH) (-2,10 %)Kering (PA : PRTP) (-4,68 %), Richemont (SIX : CFR) (-2,79 %) et Burberry (LON : BRBY) (-3,38 %) a également terminé en chute. Lufthansa (DE : LHAG) a chuté de 3,57 % après que le Fonds allemand de stabilité économique a annoncé son projet de vendre jusqu’à 5 % des actions de la compagnie aérienne au cours des prochaines semaines.

Parmi les gains, Faurecia (PA : EPED), après avoir accepté d’acquérir une participation majoritaire dans l’équipementier allemand Hella (-3,39 %), s’est distingué avec une hausse de 12,05 % et a signé l’un des plus gros contrats de l’industrie au cours des trois dernières années.

Matière première, taux, change.

Sur le marché des changes, le taux de change du yen par rapport au dollar américain s’est apprécié (+0,27 %), atteignant son plus haut niveau depuis le 4 août.
En raison de la détérioration inattendue de l’indice de confiance des consommateurs de l’Université du Michigan, le taux de change du dollar contre un panier de devises de référence était proche du plus bas d’une semaine atteint vendredi.

autre article : Biophytis a émis 4,95 millions d’action pour Negma.

L’euro a légèrement baissé à près de 1,178 $.
Le repli du marché boursier est propice à la baisse des rendements obligataires, notamment sur le marché américain.
Le bon du Trésor américain à 10 ans a perdu plus de cinq points de base à 1,248 %, le plus bas en dix jours.
En Europe, le rendement des obligations d’État allemandes à 10 ans a clôturé légèrement en dessous de -0,47 %.
Des statistiques chinoises inférieures aux attentes ont mis la pression sur le marché pétrolier, qui a chuté pour la troisième journée de bourse consécutive.
Le pétrole brut Brent a chuté de 1,06 % à 69,84 $ le baril, et le pétrole brut léger américain (WTI) a chuté de 1,18 %, soit 67,63 $ US le baril.

Indicateur important de la journée.

L’activité manufacturière dans la région de New York est tombée à 18,3 contre 43 en juillet, bien en deçà des 29,0 attendus.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des