Vous voulez connaître quelques-unes des différentes voies de l’ingénierie?


Quatre ingénieurs travaillant chez Intel discutent de leur propre parcours professionnel et de ce qui les a conduits au monde de l’ingénierie.

Lisez plus d'histoires de la Semaine des ingénieurs.

Alors qu’une autre Semaine des ingénieurs tire à sa fin, nous avons examiné certaines des nombreuses facettes de ce que signifie être ingénieur, de leur rôle important dans la création d’un avenir durable aux compétences dont vous pourriez avoir besoin pour travailler dans l’industrie.

Nous avons également dressé le profil de nombreux professionnels travaillant dans différents rôles, mettant en évidence la diversité des antécédents que les ingénieurs peuvent avoir. Ici, nous entendons quatre ingénieurs travaillant chez le fabricant mondial de puces Intel parler de leurs propres parcours de carrière variés et de ce qui les a conduits aux rôles d’ingénierie qu’ils occupent maintenant.

‘Peu de connaissances en informatique ou en ingénierie’

Gordon Kelly est un architecte de solutions dans le groupe de traitement réseau d’Intel. Il a rejoint l’entreprise en 2014.

«À la fin de mon certificat de départ en 2000, j’ai commencé un apprentissage électrique de quatre ans», a-t-il déclaré. «J’ai travaillé sur des installations électriques industrielles et commerciales en Irlande pendant 10 ans, y compris de nombreuses centrales électriques et pharmaceutiques, jusqu’à ce que je sois licencié en 2010 en raison de la récession mondiale.»

Kelly a alors décidé de se perfectionner avec un cours universitaire. Son premier choix était l’ingénierie énergétique, mais ce cours était complet et l’ingénierie électronique et informatique a été suggérée à la place.

«Dire que j’étais sceptique au début serait un peu le dire car j’avais peu d’expérience en informatique ou en ingénierie, mais j’ai découvert que j’aimais en apprendre davantage sur les technologies qui sous-tendent l’industrie des TIC et que j’ai obtenu un diplôme de niveau huit en 2014. de GMIT. J’ai commencé à travailler chez Intel Shannon deux semaines plus tard. »

Cliquez ici pour découvrir les meilleurs employeurs de science-technologie qui embauchent actuellement.

De la psychologie à l’ingénierie

Bridget Masterson est ingénieure en ergonomie en santé et sécurité environnementales. «Je risque d’évaluer toutes sortes de tâches – du levage, au frottement, en passant par certaines postures délicates très difficiles dans des espaces restreints», a-t-elle déclaré. «Les progrès technologiques, tels que la réalité augmentée et les logiciels intelligents, me permettent de faire mon travail beaucoup plus efficacement.»

Fait intéressant, la formation de troisième niveau de Masterson a commencé par un diplôme en psychologie. «J’ai toujours été intéressée par les raisons pour lesquelles les gens font ce qu’ils font, et c’était une excellente base dans le comportement humain», a-t-elle déclaré.

«J’ai ensuite poursuivi une maîtrise en ergonomie et ingénierie de la sécurité à l’Université de Limerick, ce qui m’a donné une forte orientation en ingénierie. L’ergonomie et les facteurs humains sont une synthèse des comportements et de l’ingénierie – une explication courante est que nous «adaptons la tâche à la personne». »

Au début de sa carrière, Masterson a travaillé comme témoin expert en génie médico-légal. «Notre cabinet a préparé des rapports de témoins experts pour les réclamations en responsabilité des employeurs et les accidents de la route. Les compétences en matière de documentation, les données et les preuves requises pour les affaires judiciaires ont été une excellente préparation pour travailler chez Intel. »

‘Un voyage très atypique’

Michael Nolan travaille en tant que responsable de la modélisation logicielle au sein du groupe IoT. Il travaille chez Intel depuis plus de 20 ans, après avoir débuté en tant que stagiaire en 1998.

«J’ai travaillé dans un centre d’appels sur site fournissant un soutien informatique au personnel», a-t-il déclaré. «C’était un travail effrayant car il était si différent de mon expérience de vie à l’époque, mais aussi très excitant d’avoir un premier avant-goût de travailler dans le secteur de la technologie.»

Nolan est diplômé de l’Université de Limerick avec des honneurs de premier ordre en informatique et télécommunications. Il a ensuite fait une maîtrise en informatique à l’University College Dublin en 2014 pour en apprendre davantage sur l’IA, les systèmes de recommandation et l’apprentissage automatique.

«J’ai vécu un parcours très atypique pendant mon séjour chez Intel. J’ai passé mes 10 premières années dans les opérations de centre de données à l’appui des usines de Leixlip », a-t-il déclaré.

«Dans ce rôle, j’ai pu concevoir et aménager de nouveaux centres de données en Irlande et en Arizona. J’ai beaucoup voyagé aux États-Unis pour en savoir plus sur le déploiement d’une nouvelle infrastructure d’usine à grande échelle et j’avais l’habitude de procéder à des arrêts sur le site irlandais, où nous avons arrêté l’usine pendant de longues périodes pour effectuer des mises à niveau des applications et de l’infrastructure dans le centre de données.

De là, Nolan a emménagé dans le centre d’innovation d’Intel, où il a travaillé sur de nombreux projets financés par l’UE. Au fil du temps, ses intérêts sont passés du cloud à l’informatique de pointe. «J’ai terminé cette transition en assumant le rôle de développeur de modélisation de logiciels chez Movidius il y a environ deux ans, devenant un gestionnaire de personnel il y a quelques mois», a-t-il déclaré.

«  L’ingénierie n’a jamais semblé être une option  »

Patricia Cahill est ingénieur logiciel au sein du groupe de traitement de réseau, spécialisé dans les technologies cloud natives. Cependant, ce n’est pas un rôle dans lequel elle se voyait à l’origine.

«Je suis allée dans un lycée conventuel réservé aux filles, où la seule matière technique était la menuiserie. J’ai fait ce sujet pour le cycle junior, mais il n’y avait pas d’option pour le continuer dans le cycle senior. Donc, à l’époque, faire de l’ingénierie ne semblait jamais être une option », a-t-elle déclaré.

«En 2000, après mon Leaving Cert, je me suis inscrit au DKIT pour étudier des études commerciales. Après un an, j’ai réalisé que ce n’était pas le cours pour moi, alors je suis parti. Puis en 2013, j’ai décidé de suivre un cours Springboard en génie informatique et électronique au GMIT.

Après quelques semaines, Cahill était accro et savait qu’elle voulait poursuivre ses études en génie informatique et électronique.

«L’un des obstacles les plus difficiles auxquels j’ai dû faire face en retournant à l’université était que j’avais deux jeunes enfants», a-t-elle déclaré. «Le collège m’a beaucoup aidé, si je devais changer de groupe ou si je ne pouvais pas assister à une conférence ou à un laboratoire pour une vraie raison, ils comprenaient et ne m’en ont jamais voulu.»

Cependant, Cahill a déclaré que pour quiconque envisage de changer de voie, il devrait y aller. «C’est bien d’essayer différents chemins et s’ils ne fonctionnent pas, c’est bien de changer. Ce n’est pas parce qu’un travail a échoué que cela fait de vous un échec, cela vous rend plus fort et un peu plus sage », a-t-elle déclaré.

«Mon chemin vers l’ingénierie a été long, sinueux, parfois difficile, mais j’y suis arrivé à la fin.»

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires