Un hacker qui a mis hors ligne 30 % du web noir vend des données volées

0
173

[ad_1]

Un hacker qui a volé des milliers d’e-mails et de mots de passe à un fournisseur d’hébergement – qui était à la base du web noir – en les mettant hors ligne, a commencé à divulguer les données.

En mars, un hacker, sous le nom de « KingNull », a infiltré la base de données de Daniel’s Hosting, l’un des plus grands fournisseurs d’hébergement sur le web noir – une partie cachée de l’internet. KingNull s’est approprié 3 671 e-mails et 7 205 mots de passe, nettoyant les serveurs par la suite. Suite à l’attaque, Daniel’s Hosting a été contraint de fermer ses portes. Les serveurs hébergeaient environ 7 600 sites web, soit environ un tiers de tous les sites web obscurs.

Ce dimanche, KingNull a jeté une copie des données volées sur un site de partage de fichiers.

« La base de données qui a fait l’objet d’une fuite contient des informations sensibles sur les propriétaires et les utilisateurs de plusieurs milliers de domaines de darknet », a déclaré la société de cybersécurité Sous la brèche a déclaré ZDNet. « Ces informations pourraient considérablement aider les services de police à traquer les personnes qui dirigent ou participent à des activités illégales sur ces sites darknet.

Tous ceux qui utilisent la toile noire ne le font pas de manière infâme. Au fil des ans, à côté des sites web assassins et des vendeurs de commerce électronique vendant de la drogue et des armes, la toile noire sert également d’asile aux dissidents politiques. En fait, il existe une litanie de raisons légitimes pour utiliser la toile noire, y compris des activités inoffensives comme l’accès à Facebook ou au courrier électronique dans les pays où ces derniers sont interdits.

Même la BBC dispose de son propre site web sur la toile noire, en miroir de son principal site d’information. Il est ainsi accessible à ceux qui se trouvent dans des pays où l’information est censurée.

Mais si tous les vendeurs ne sont pas malfaisants, certains sont opportunistes. Les vendeurs du web obscur profitent du coronavirus pour vendre des masques faciaux, des tests de diagnostic et même de la chloroquine, selon une étude par la société d’analyse de chaînes de magasins Elliptic. Et le paiement de leur choix ? Ce serait Bitcoin, bien sûr.

Malheureusement, surtout pour ceux qui tentent d’échapper à un régime tyrannique, ce piratage représente une menace énorme.

S’il y a jamais eu un argument en faveur de la décentralisation, c’est bien celui-ci.

[ad_2]

tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here