Un avocat de Ripple demande de l’aide à Binance pour contester les poursuites judiciaires de la SEC US.

La fin de la poursuite de la SEC contre le jeton XRP de Ripple semble être interminable. Les avocats du PDG, Brad Garlinghouse, demandent des documents de Binance pour contester le procès.

Binance à la rescousse de Ripple

Ripple Labs s’est retrouvé perdu dans le système judiciaire américain après avoir été accusé d’avoir émis illégalement du XRP qui est considéré comme un titre par la SEC en fin décembre 2020.

Jusqu’aujourd’hui, Ripple ne s’est toujours pas débarrassé de cette affaire, qui semble vouée à être retardée, apportant une grande incertitude sur l’avenir du jeton XRP. Selon un nouveau document judiciaire déposé par l’avocat du défendeur dans le district sud de New York, Ripple demande l’aide de Binance Holdings, la société mère de l’échange de crypto-monnaie du même nom.

à lire aussi : Binance met fin ses services de dérivés cryptographiques à Hong Kong « avec effet immédiat ».

La demande concernait plus spécifiquement la transaction du PDG actuel de Ripple, Brad Garlinghouse, qui, avec le président exécutif Christian Larsen, a été accusé de ventes personnelles illégales de XRP totalisant 600 millions de dollars. Cela parce qu’ils n’avaient aucun dossier avec la SEC Securities and Exchange Commission des États-Unis.

« M. Garlinghouse adresse une demande de preuves à l’étranger, sur la base de sa croyance de bonne foi que [Binance] possède des documents et des informations uniques concernant cette affaire, et plus précisément concernant le processus par lequel les transactions en XRP prétendument effectuées par M. Garlinghouse sur des plateformes étrangères de trading d’actifs numériques ont été menées. »

Ripple sur la vente nationale contre la vente internationale de XRP

Selon l’avocat de la défense, la stratégie ici consiste à prendre en compte le fait que les 357 millions de jetons XRP vendus par Brad Garlinghouse via Binance ne sont pas vendus illégalement, car s’ils sont vendus sur une plate-forme étrangère, le XRP ne sera pas soumis aux ventes nationales et règles sur les valeurs mobilières aux États-Unis.

« (…) les ventes de XRP de M. Garlinghouse ont été réalisées en grande majorité sur des plateformes d’échange d’actifs numériques en dehors des États-Unis (…) les preuves que M. Garlinghouse demande seraient pertinentes pour démontrer que les émissions et ventes [de XRP] que la SEC conteste n’ont pas eu lieu dans ce pays et ne sont pas soumises à la loi que la SEC a invoquée dans cette affaire. »

la SEC a également demandé de l’aide auparavant, faisant appel aux juridictions étrangères pour prouver la culpabilité de Ripple.

à découvrir également :  Un pirate informatique a profité d’un bug de Popsicle Finance et draine 20 millions de dollars.

Cette véritable bataille de tranchées judiciaires se poursuivra jusqu’au 15 octobre 2021 au moins, date limite de divulgation des documents et des preuves, soit avant le prochain procès. Il est loin d’être terminé. Dans le même temps, l’ancien fondateur du projet XRP – Jed McCaleb, parti en 2014 et fondateur de Stellar (XLM) – a continué à abandonner ses jetons XRP rapidement.

 

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des