Raven ferme un fonds de capital-risque de 25 millions de dollars pour les entrepreneurs autochtones


Raven Indigenous Capital Partners (Raven) a clôturé un nouveau fonds de 25 millions de dollars canadiens qui vise à investir dans des startups autochtones innovantes en phase de démarrage et d’amorçage.

La société de capital de risque de Vancouver a levé le Raven Indigenous Impact Capital Fund I auprès de 38 investisseurs du Canada et des États-Unis, y compris le TELUS Pollinator Fund for Good et d’autres investisseurs non divulgués. Le fonds a clôturé le 31 janvier.

Raven, qui se qualifie lui-même de «premier intermédiaire de financement social dirigé et détenu par des Autochtones au Canada», a lancé le fonds pour aider à combler le déficit de ressources auquel font face les entrepreneurs autochtones.

Raven a lancé le fonds pour aider à combler le déficit de ressources auquel font face les entrepreneurs autochtones.

«Malgré les idées fortes et l’offre de produits des entrepreneurs autochtones, le racisme systémique et la colonisation ont bloqué leur accès au capital et aux opportunités cruciales de renforcement des capacités qui stimulent la croissance des entreprises non autochtones», a déclaré la société.

Créée en 2018, Raven fournit aux entreprises autochtones un accès à des capitaux et une assistance technique personnalisée dans un cadre culturel autochtone. Par l’entremise de ce fonds, Raven vise à fournir des capitaux propres et des capitaux «assimilables à des capitaux propres» aux entreprises autochtones en démarrage qui sont innovantes, évolutives et axées sur des objectifs.

«Les investisseurs ne reconnaissent pas seulement leur responsabilité d’investir dans les entreprises autochtones, ils veulent faire partie de ce parcours de décolonisation par le biais de la finance», a déclaré Paul Lacerte, associé directeur de Raven. «Dans ce contexte économique, la réconciliation est considérée comme un incontournable, pas comme un bon à avoir.»

Le nouveau fonds a une forte thèse d’impact social et environnemental. Il prévoit de se concentrer sur les entreprises autochtones habilitées et axées sur la technologie, en ciblant un taux de rendement annualisé net de six à huit pour cent sur sa durée de vie de 10 ans. Selon Raven, le fonds offre une approche durable et axée sur les valeurs de la réduction de la pauvreté et de la résilience des communautés.

Raven a l’intention de filtrer les entreprises à travers une lentille d’impact autochtone et d’investir entre 250 000 $ et 2 millions de dollars dans des organisations admissibles. En fin de compte, la firme espère que le fonds aura «un impact positif et durable sur les économies autochtones et canadiennes».

Jeffrey Cyr, associé directeur de Raven, a déclaré que la société souhaitait transformer activement «la relation que beaucoup d’entre nous entretiennent avec l’argent».

CONNEXES: Une pandémie et l’expansion de l’espace au sol retardent l’ouverture du Centre autochtone pour l’innovation et l’entrepreneuriat de Toronto jusqu’en 2022

«Nous sommes reconnaissants à nos partenaires et investisseurs d’avoir vu le potentiel et de croire en nos façons autochtones de savoir et de faire», a-t-il ajouté.

Pour le moment, Raven prévoit de créer un portefeuille «d’entreprises autochtones dynamiques axées sur la technologie et habilitées». L’entreprise envisage également de lever un fonds successeur «dans un proche avenir».

Le portefeuille de Raven comprend déjà PLATO Testing, une organisation basée à Fredericton qui forme et emploie des testeurs de logiciels autochtones, et Animikii, une agence numérique et une entreprise sociale basée à Victoria. En février dernier, Raven a investi dans Virtual Gurus, une start-up d’assistants virtuels basée à Calgary fondée et dirigée par Bobbie Racette, une femme crie et métisse. Virtual Gurus a récemment lancé une nouvelle application pour Slack.

«Lorsque Virtual Gurus a officiellement conclu avec Raven, cela a vraiment frappé à la maison. Quelqu’un du même milieu que moi, quelqu’un qui m’a entendu, quelqu’un qui m’a écouté et m’a compris – ils ont investi en moi et ils sont mon peuple », a déclaré Racette.

Racette a expliqué Raven comme une organisation «bâtissant une communauté en train de faire des investissements».

«Vous vous sentez soulagé par la suite et vous savez que vous faites partie de quelque chose – en apportant votre soutien à un peuple qui a toujours été laissé pour compte», a-t-elle ajouté.

Image de Paul Lacerte, associé directeur de Raven, avec l’aimable autorisation de Raven

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires