Rapport : Un quart des jeunes pousses canadiennes ont été licenciées dans le cadre de COVID-19

0
61


Près d’un quart des jeunes entreprises canadiennes ont été licenciées à la suite de la pandémie COVID-19, ce qui représente 5,5 % de la main-d’œuvre totale, selon un nouveau rapport de Prospect et BDC Capital.

Le rapport fait partie d’une nouvelle série trimestrielle qui examinera l’état de la demande de talents dans le secteur des jeunes pousses technologiques au Canada et « établira un point de référence » pour les progrès réalisés et la direction que prend le secteur.

Trente-neuf pour cent des startups ont reporté leur prochaine augmentation au milieu de la crise.

« Nous sommes fiers d’annoncer la publication de notre premier rapport public, l’état des talents en démarrage : Q1 à COVID-19 », a déclaré Marianne Bulger, PDG de Prospect. « Ce rapport, et ceux qui suivront, visent à accroître la profondeur et la fréquence des données publiées sur l’état de la demande de talents dans le secteur des jeunes pousses technologiques au Canada ».

Le premier rapport trimestriel a été élaboré à partir des offres d’emploi et des données d’enquête recueillies entre janvier et avril. Dans l’ensemble, la création d’emplois dans les jeunes pousses canadiennes a chuté de plus de 60 % en avril. Au 30 avril, les offres d’emploi en direct ont diminué de 33 % depuis le début de la crise COVID-19. Le rapport indique que les offres d’emploi comprennent toutes les annonces sur une page de carrière, quelle que soit la durée d’activité de l’annonce, et que ces annonces sont incluses dans les données collectées par Prospect.

Les données recueillies à partir de la liste COVID-19 d’aide aux talents de Prospect ont révélé que 23,9 % des jeunes entreprises canadiennes ont été licenciées à la suite de la pandémie. La liste COVID-19 suit les travailleurs de l’industrie technologique qui se sont déclarés comme tels et dont le statut d’emploi a changé à la suite de COVID-19. La liste a été créée par Prospect et un certain nombre d’autres organisations pour aider les talents sans emploi du secteur des jeunes pousses canadiennes à trouver un travail à distance pendant la crise mondiale COVID-19, à la suite de licenciements massifs dans tout le pays.

RELATIVES : Lancement d’une base de données de base pour aider les jeunes chômeurs canadiens dans le cadre de COVID-19

Selon le rapport, les catégories de travailleurs les plus touchées sont le marketing et les communications, le génie logiciel et les produits. Dans le sillage de la pandémie, 73 % des entreprises en démarrage réduisent leurs embauches, tandis que 36 % ont interrompu toutes leurs activités d’embauche dans un avenir prévisible. En outre, 17 % des entreprises ont réduit les avantages liés au travail et les programmes similaires.

Malgré la vague de licenciements de ces dernières semaines, certaines entreprises, même celles qui ont procédé à des licenciements, intensifient maintenant leurs efforts d’embauche. Par exemple, l’entreprise Top Hat d’EdTech a licencié environ trois pour cent de son équipe, mais a déclaré à BetaKit qu’elle recrutait toujours activement dans son département produit et ingénierie. CareGuide, qui a mis à pied environ un tiers de ses employés à temps plein et à temps partiel, s’efforce de réembaucher certains membres de l’équipe après que le démarrage ait vu un retour des ventes.

« L’impact de la crise COVID-19 sur le marché du travail est encore relativement incommensurable, car le nombre de chômeurs et de licenciements augmente chaque jour », note le rapport. « En combinant les données des multiples plateformes de Prospect, nous avons pu développer quelques inférences mesurables sur l’impact dévastateur que cette crise a eu à tous les niveaux de notre main-d’œuvre technologique nationale ».

RELATIVES : Les sociétés de capital-risque canadiennes lancent une initiative visant à fournir un soutien personnalisé aux entreprises en démarrage pendant la pandémie

Le rapport a révélé qu’environ 60 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles élevaient ou
qui prévoit de lever des fonds en 2020. Sur ce total, 69 % des start-ups ont indiqué que leur levée de fonds a été affectée par la crise COVID-19 et 39 % ont reporté leur levée de fonds à une date ultérieure. Vingt-quatre pour cent sont toujours en bonne voie pour lever des fonds comme prévu.

Bien que les jeunes pousses puissent avoir des inquiétudes quant à la levée de capitaux pendant la crise, certains investisseurs cherchent activement à assurer aux entreprises qu’elles sont toujours ouvertes. La société Hockeystick, basée à Toronto, a dressé une liste des bailleurs de fonds les plus actifs au Canada pour faciliter l’accès rapide des jeunes pousses aux ressources financières.

Le rapport de Prospect et BDC Capital a également constaté que le génie logiciel, outre les ventes et le développement commercial, reste le rôle le plus demandé des talents professionnels dans l’écosystème des start-ups. Ces rôles représentent 42 % de l’ensemble des offres d’emploi actives au cours du premier trimestre 2020. Malgré la forte demande pour ces postes, le génie logiciel, les ventes et le développement commercial figuraient également sur la liste de Prospect des travailleurs les plus touchés par les récents licenciements.

Source de l’image Unsplash. Photo de Yann Maignan.



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here