Rapport : la Corée du Nord est en tête de liste des pays avec le plus grand nombre de crimes cryptographiques.

La Corée du Nord, dirigée par le dictateur notoire Kim Jong Un, est l’épicentre de la criminalité cryptographique, selon un nouveau rapport de Coincuba.com. Ce dernier est une plateforme qui fournit aux investisseurs en cryptographie nouveaux et expérimentés des informations, des conseils et des analyses sur mesure sur le fonctionnement de la cryptographie économique. Les États-Unis, la Russie, la Chine et le Royaume-Uni, le Japon, Hong Kong, le Canada, les îles Vierges britanniques et Seychelles complètent le top 10.

Corée du Nord : une plaque tournante des criminalités cryptos

Depuis longtemps, les autorités imposent à une théorie concernant une source de revenus majeure pour la nation.  Selon eux, il provient des crimes liés aux crypto-monnaies et à d’autres activités connexes. Cela s’est avéré vrai et selon un communiqué de presse, environ 7 000 pirates ont collecté des fonds pour la RPDC République populaire démocratique de Corée. Cela grâce à une série de cyberattaques rentables.

Il y a plus de 15 cas documentés de crime cryptographique en Corée du Nord. La perte est estimée à environ 1,59 milliard de dollars. Fait intéressant, les États-Unis et la Russie sont classés 2e et 3e dans le classement. Le premier a 14 incidents de crimes cryptographiques documentés. Cela élevant à une perte totale de plus de 2 milliards de dollars. En outre, la « quantité de ransomware sortant de Russie » lui a donné le 3e place.

«La fraude à grande échelle, les hacks d’échange et les stratagèmes de Ponzi signifient que la Chine se classe au quatrième rang du classement des crimes cryptographiques de Coincub. Chine est également en tête des profits de fraude, avec une part de 18% du volume mondial de la criminalité cryptographique », ajoute le communiqué.

Voir aussi : Breitling s’associe à Bitpay pour activer les paiements cryptographiques pour ses montres de luxe.

Le Royaume-Uni à la 5e place

Alors que la Corée du Nord, les États-Unis, la Russie et la Chine ont acquis les 4 premières places. La cinquième position a été attribuée au Royaume-Uni. Le communiqué de presse affirme que le Royaume-Uni est une « plaque tournante mondiale de la fraude cryptographique. Des réglementations laxistes sur les entreprises permettent aux fraudeurs de masquer la source et la destination des fonds ».

En 2021, plus de 7 118 cas de fraude cryptographique ont été constatés dans le pays. D’ailleurs, il semble que les réglementations à venir puissent réduire ce nombre de manière significative.  

Bonus : 200 BTC viennent d’être transférés à une adresse inconnue après être inactif pendant 11 ans.

 

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires