Rangle licencie temporairement 78 employés alors que la pression financière de la pandémie frappe #CDNtech

0
66


L’agence de développement Rangle.io, basée à Toronto, a pris la décision d’initier des licenciements temporaires pour 78 employés, alors que la pression financière sur les entreprises canadiennes augmente avec la crise mondiale actuelle.

« Pour Rangle, cela a eu un impact dévastateur sur nos projections pour 2020. »

La décision de Rangle intervient moins de deux mois après que l’entreprise ait licencié une quarantaine de salariés, qui représentaient à l’époque environ 14 % de l’ensemble de l’entreprise. Selon le compte LinkedIn de l’entreprise, celle-ci compte actuellement 246 employés. Les licenciements temporaires représentent environ 30 % de l’entreprise.

Rangle est la dernière entreprise canadienne à avoir pris la décision de licencier des employés dans le cadre de la pandémie COVID-19. Mercredi, l’entreprise technologique #MoveTheDial a annoncé qu’elle avait mis ses activités en pause, licenciant également temporairement son équipe de 21 personnes. Un licenciement temporaire au sens de la loi ontarienne est généralement le cas lorsqu’un employeur réduit ou arrête le travail d’un employé sans mettre fin à son emploi.

Dans un article publié sur LinkedIn, Nick Van Weerdenburg, fondateur et PDG de Rangle, a déclaré que Rangle avait décidé de licencier 78 employés afin de protéger ses équipes, ses clients et l’ensemble de ses activités « d’une manière qui nous permettra de traverser au mieux cette période d’incertitude et de passer de l’autre côté ».

Dans une déclaration à BetaKit, le PDG a cité un ralentissement ou un arrêt des achats et des nouveaux efforts des entreprises, causé par les mesures économiques prises pendant la propagation de COVID-19. Il a noté que de nombreuses entreprises prennent des travaux que Rangle aurait traditionnellement effectués en interne, tandis que d’autres ont cessé toute relation avec des fournisseurs externes.

RELATIVES : #MoveTheDial interrompt ses activités dans un avenir prévisible en raison de la pandémie de COVID-19

« Pour Rangle, cela a eu un impact dévastateur sur nos projections pour 2020 », a déclaré M. Van Weerdenburg. « Et on ne sait toujours pas quelles seront les ramifications financières à long terme de cette pandémie sur l’économie mondiale ».

« Lorsque vous dirigez une entreprise, il y a beaucoup de jours difficiles, mais rien ne vous prépare aux problèmes mondiaux auxquels nous sommes confrontés en ce moment. Cela nous a obligés à agir rapidement et de manière décisive – et la dure vérité est qu’un licenciement temporaire est une mesure nécessaire », a écrit M. Van Weerdenburg en ligne.

Bien que ces derniers licenciements aient été causés par le climat financier actuel auquel sont confrontées de nombreuses entreprises, il s’agit au moins de la troisième série de licenciements pour Rangle au cours des deux dernières années. Les licenciements de janvier ont eu lieu moins d’un an après que Rangle ait licencié 14 employés, peu après que le directeur technique Yuri Takhteyev ait quitté l’entreprise. À l’époque, un porte-parole de Rangle a qualifié les licenciements de 2018 de restructuration destinée à l’aider à devenir plus légère et plus souple, ainsi qu’à lui permettre de s’étendre et de se développer au niveau mondial. En janvier, d’anciens employés de Rangle qui se sont adressés à BetaKit (sous le couvert de l’anonymat) ont exprimé des inquiétudes quant à la proposition d’évaluation de l’entreprise et au marché cible.

Outre le licenciement du personnel, Rangle reconfigure le fonctionnement de l’entreprise. Van Weerdenburg a écrit dans sa déclaration en ligne que Rangle « renforce [its] capacité à fournir des solutions transformatrices aux clients à un moment où ils en auront le plus besoin ». Il a ajouté que l’objectif de l’entreprise est d’être en mesure de réembaucher ses employés temporairement licenciés.

RELATIVES : Ce que font les provinces canadiennes pour soutenir les entreprises dans le cadre de la COVID-19

« Je suis sûr que nous ne serons pas la première entreprise dont vous entendrez parler, mais cela ne me facilite pas la tâche », a déclaré M. Van Weerdenburg. « J’aimerais seulement que nous soyons dans la même position que des entreprises mondiales comme Microsoft et Google. Malheureusement, ce n’est pas le cas ».

Le PDG a noté que Rangle s’efforce de soutenir les employés touchés et prolonge les « avantages clés » pendant la période de licenciement. Il a ajouté que l’équipe des ressources humaines de l’entreprise « fait tout ce qui est en son pouvoir pour aider les gens à traverser cette période de licenciement temporaire et agira également comme recruteur pour le compte de toute personne qui souhaite trouver un autre rôle ».

Camas Winsor, directeur de l’exploitation de Rangle, a indiqué sur LinkedIn qu’elle s’efforçait de soutenir ces employés et a demandé aux entreprises de la communauté technologique canadienne qui embauchent de prendre en considération les employés de Rangle à la recherche d’un emploi.

Les effets de la pandémie COVID-19 sur l’économie canadienne ont été rapides, la majorité des petites entreprises, qui représentent environ 96 % des entreprises canadiennes, voyant leurs revenus diminuer considérablement. Une base de données sur les jeunes entreprises canadiennes sans emploi, lancée la semaine dernière, a permis de recenser plus de 1 000 personnes à la recherche d’un emploi, à la date de mercredi après-midi.

Source de l’image Glassdoor



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here