Qui ouvre la voie et où va-t-il ?


L’Irlande est peut-être le grand adoptant de l’IA dans l’UE, mais un nouveau rapport de Forrester suggère que l’Europe est encore légèrement en retard par rapport aux autres régions.

L’intelligence artificielle est souvent présentée comme la technologie qui transformera notre façon de vivre et de faire des affaires. Mais certains l’ont adopté plus que d’autres.

Parmi les pays de l’UE, l’Irlande a la plus forte proportion d’entreprises utilisant des applications d’IA.

C’est selon les données de la Commission européenne de 2020, qui ont révélé que 23 % des entreprises en Irlande utilisaient l’une de ces quatre applications d’IA : analyser le Big Data en interne à l’aide de l’apprentissage automatique ; analyser les mégadonnées à l’aide du traitement du langage naturel, de la génération ou de la reconnaissance vocale ; utiliser un chatbot ou un agent virtuel ; ou en utilisant des robots de service.

Dans l’ensemble, 7 % des entreprises de l’UE employant au moins 10 personnes ont utilisé au moins une de ces applications d’IA en 2020.

Derrière l’Irlande, les pays qui ont le plus adopté la technologie de l’IA étaient Malte (19pc), la Finlande (12pc) et le Danemark (11pc). À l’autre extrémité de l’échelle se trouvaient Chypre (3pc), la Hongrie (3pc), la Slovénie (3pc) et la Lettonie (2pc).

Un graphique à barres montrant les pourcentages d'entreprises dans chaque pays de l'UE qui ont adopté des applications d'IA.  L'Irlande est en haut et la Lettonie en bas.

Image : Commission européenne/Eurostat

Un rapport récent de la société de recherche et de conseil Forrester a déclaré qu’il existe une perception répandue selon laquelle les réglementations en matière de confidentialité des données, les préoccupations éthiques et la réticence à adopter des technologies de pointe ont conduit les entreprises européennes à être moins avancées en termes d’adoption de l’IA que les entreprises d’autres régions.

Une enquête de 2020 qu’elle a menée avec les réponses des décideurs en matière de données en France, en Allemagne et au Royaume-Uni a confirmé qu’il y a un décalage, mais l’écart n’est peut-être pas aussi large que beaucoup le pensent.

Cependant, par rapport aux personnes d’autres parties du monde, les répondants européens étaient dans l’ensemble moins optimistes quant aux avantages de l’IA, selon Forrester.

Soutenir la Silicon Republic

Alors que 31 % des décideurs nord-américains interrogés ont déclaré que les avantages de l’IA étaient une automatisation accrue et une efficacité opérationnelle améliorée, seuls 28 % des répondants européens ont dit la même chose.

Un tiers des personnes en Amérique du Nord ont déclaré que cela pourrait également augmenter la croissance des revenus et améliorer l’expérience client, mais seulement 27 % des personnes en Europe sont d’accord.

Forrester a ajouté que si l’Europe produit l’excellence en matière d’IA, elle a du mal à faire évoluer les start-up.

De grandes entreprises européennes telles qu’Airbus, Bosch, Rolls-Royce et Siemens ont innové avec l’IA, et l’Europe a été le berceau de start-ups telles que DeepMind et Featurespace.

Cependant, de nombreuses start-ups ont été acquises par des entreprises situées en dehors de la région (avec Google s’emparant de DeepMind basé au Royaume-Uni, par exemple) ou ont migré leur siège social aux États-Unis.

Un graphique montrant les différentes applications de l'IA dans l'UE.

Image : Commission européenne/Eurostat

Mais l’UE tient à donner un coup de pouce à l’IA. La Commission européenne vise à atteindre un investissement annuel de 20 milliards d’euros au cours de cette décennie pour aider l’Europe à devenir un leader mondial dans ce domaine technologique. Dans le même temps, il s’attache à rendre l’IA éthique et centrée sur l’humain.

Tout comme elle a pris le relais des lois sur la protection des données, la Commission européenne espère définir de nouvelles normes de surveillance dans le but de créer une «IA digne de confiance».

Plus tôt cette année, il a présenté un nouvel ensemble de propositions qui classeraient différentes applications d’IA en fonction de leurs risques et mettraient en œuvre divers degrés de restrictions.

Ainsi, alors que d’autres régions peuvent être légèrement en avance sur l’Europe en ce qui concerne l’adoption de l’IA, le rapport de Forrester indique que les entreprises européennes ne sont pas loin derrière et que le bloc ouvre certainement la voie en termes d’accent mis sur l’éthique et l’IA digne de confiance.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires