Paris : une prise de bénéfice en prévision.

Après avoir atteint ce vendredi 13 août à midi un nouveau record annuel de 6 913 points, la Bourse de Paris a reculé sur fond de mauvaises statistiques américaines, clôturant en hausse de 0,2 % soit 6 896 points.

L’indice Michigan.

L’indice des prix à l’importation des États-Unis a augmenté de 0,3 % alors que le marché attendait 0,6 % et l’indice du Michigan a chuté à 70,2 alors qu’auparavant, elle était à 81,2. L’indice de confiance du Michigan est à son plus bas niveau depuis 2011.

autre article : Reprise décevante pour la Chine, repli en prévision pour l’Europe.

Soutenus par la baisse des rendements obligataires, les indices américains ont cependant clôturé dans le vert. L’indice Dow Jones a progressé de 0,04 % à 35 515 points, l’indice S&P 500 de 0,16 % à 4 468 points et l’indice Nasdaq 100 de 0,32 %.

Le CAC 40.

Bouygues a réalisé le plus haut gain du CAC 40 à la clôture de vendredi. Grâce au rapport d’analyse de JPMorgan Chase, le groupe domine l’indice phare parisien.
La banque américaine a noté qu’en termes de ratio EV/Ebitda, l’action est toujours inférieure de 20 % à son prix d’avant l’épidémie et est « toujours l’une des actions les moins chères d’Europe ». Par ailleurs, JPMorgan Chase estime qu’on ne peut exclure la possibilité que Martin Bouygues rachète le groupe pour le retirer de la cote, tout comme Patrick Drahi et Altice, et Xavier Niel, et Iliad.

Néanmoins, après le marché asiatique, en raison de l’état de santé inquiétant du Japon et des statistiques plus faibles qu’attendues en Chine, le CAC40 de lundi devrait être affecté.
La production industrielle n’a augmenté que de 6,4 % contre 8,3 % le mois dernier, les ventes au détail ont augmenté de 8,5 % contre 12,1 % auparavant et le taux de chômage a légèrement augmenté à 5,1 %.
Il y a très peu de données sur le calendrier d’aujourd’hui, seul l’Empire State Manufacturing Index à 14 h 30, le consensus est de 28,9.

Techniquement parlant, les données du graphique horaire sont supérieures à 6 855 points, correspondant au niveau du moyenne mobile sur 50 heures, et la tendance est toujours haussière. En dessous de ce niveau, on devrait s’attendre à plus de prises de bénéfices à près de 6 800 points.

Matière première, taux, change.

La baisse inattendue de l’indice de confiance du Michigan a mis la pression sur le dollar américain. Le dollar américain a chuté de 0,52 % par rapport à un panier de devises de référence à son plus bas niveau depuis vendredi.

à lire aussi : Adidas cède Reebok à Authentic Brands Groups pour environ 2,1 milliards d’euros.

L’euro en a profité pour s’apprécier à 1,1794 dollars, après être tombé à un niveau proche du plus bas de l’année (1,1704) mercredi, la performance hebdomadaire a été positive.
L’enquête du Michigan a été décevante et a déclenché une forte baisse des rendements du Trésor américain, les rendements à 10 ans tombant à 1,3018 %, contre plus de 1,36 % avant l’annonce de l’indice.
Les rendements de référence de la zone euro ont suivi de près, et les rendements des obligations d’État allemandes à 10 ans ont clôturé à -0,465 % après avoir atteint un pic de -0,44 % à la mi-journée.

Elle a longtemps été hésitante, et le marché pétrolier n’est pas à l’abri des doutes sur la confiance des ménages américains, ce qui renforce les doutes sur l’évolution de la demande dans les prochains mois.
Le pétrole brut Brent a chuté de 0,6 % à 70,88 $ le baril, tandis que le pétrole brut léger américain (WTI) a chuté de 0,49 % à 68,75 $ le baril.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des