L’UE propose une unité cybernétique commune pour lutter contre la vague de cyberattaques


L’unité coordonnée verrait les États membres et les organes de l’UE réagir ensemble aux attaques et partager leurs ressources.

La Commission européenne a proposé une unité cybernétique commune pour répondre aux préoccupations croissantes concernant les cyberattaques.

La proposition intervient des semaines après l’attaque paralysante du ransomware contre le HSE et plusieurs attaques très médiatisées aux États-Unis.

Dans le cadre de l’unité proposée, l’UE souhaite rassembler les ressources des États membres pour prévenir et répondre plus rapidement aux cyberattaques.

L’unité cybernétique commune fournira une plate-forme virtuelle et physique aux institutions et agences de l’UE pour collaborer avec les États membres et partager des ressources via des canaux sécurisés. Il fera partie du plan de réponse aux incidents et crises de cybersécurité de l’UE.

Si elle se concrétise, l’unité cybernétique commune permettrait de mettre en place des protocoles d’assistance mutuelle entre les États membres et les organes de l’UE ainsi que la surveillance et la détection nationales et transfrontalières. Ceci est destiné à créer un environnement dans lequel les États membres réagissent rapidement aux menaces et partagent des détails en temps réel avec leurs homologues en Europe.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive d’une Europe digne de l’ère numérique, a déclaré que « répondre aux menaces de manière coordonnée est primordial ».

Soutenir la Silicon Republic

La Commission européenne a déclaré qu’elle souhaitait établir l’unité progressivement en quatre étapes avec des plans pour être opérationnelle d’ici juin 2022 et pleinement établie d’ici juin 2023.

L’ENISA, l’agence de cybersécurité de l’UE, dirigera les efforts, qui seront financés par le programme Digital Europe. La Commission a indiqué que des fonds supplémentaires pourraient provenir du Fonds européen de la défense.

Ce n’est pas la première fois que la Commission européenne propose l’idée d’une cyberunité coordonnée à travers l’Europe. Il a lancé l’idée en 2019, mais des événements récents comme la propagation sauvage des ransomwares ont à nouveau alimenté la proposition.

« L’unité cybernétique commune est un élément constitutif pour nous protéger des cybermenaces croissantes et de plus en plus complexes », a déclaré Thierry Breton, commissaire chargé du marché intérieur.

« Nous avons fixé des jalons et des délais clairs qui nous permettront – avec les États membres – d’améliorer concrètement la coopération en matière de gestion des crises dans l’UE, de détecter les menaces et de réagir plus rapidement. C’est le bras opérationnel du cyberbouclier européen.

Par ailleurs, l’UE modifie la directive sur la sécurité des réseaux et de l’information (NIS), qui régit les protocoles de cybersécurité pour les services essentiels comme les transports publics et les soins de santé.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires