Les régulateurs indonésiens affirment que les sociétés financières ne sont pas autorisées à faciliter les ventes de crypto-monnaie.

Dans un communiqué publié sur le réseau social Instagram, le régulateur indonésien OJK a annoncé l’interdiction des allégations sur les investissements cryptographiques.

Les sociétés financières indonésiennes sous les pattes des régulateurs.

L’Autorité indonésienne des services financiers, OJK,  a averti mardi que les sociétés financières ne devaient pas proposer ni faciliter la vente d’actifs cryptographiques dans un contexte d’essor du commerce des crypto-monnaies dans la plus grande économie d’Asie du Sud-Est.

Il a averti que la valeur des actifs cryptographiques fluctuait fréquemment et que ceux qui achetaient des actifs numériques devraient être pleinement conscients des risques encourus.

« OJK a strictement interdit aux institutions de services financiers d’utiliser, de commercialiser et/ou de faciliter le commerce d’actifs cryptographiques … S’il vous plaît, méfiez-vous des allégations d’escroqueries à la Ponzi dans les investissements cryptographiques ».

Des préoccupations similaires avaient déjà été soulevées par les banques centrales de Thaïlande et de Singapour.

A lire également : La plateforme fintech brésilienne Dock prévoit d’utiliser des crypto-monnaies pour les transferts d’argent internationaux.

Un aperçu sur les repressions cryptographiques en Indonésie

Le commerce des crypto-actifs en Indonésie est en plein essor, avec une valeur de transaction totale de 859 000 milliards de roupies (59,83 milliards de dollars) en 2021, contre seulement 60 000 milliards de roupies en 2020, selon les médias citant des données du ministère du Commerce.

L’Indonésie autorise la vente d’actifs cryptographiques sur les bourses de matières premières, les transactions étant supervisées par le ministère du Commerce et l’organisme de réglementation des contrats à terme sur matières premières, et non par l’OJK.

Le ministère fait actuellement pression pour la création d’une bourse d’actifs numériques distincte, appelée Digital Futures Exchange, qui, selon les responsables, sera lancée au premier trimestre. Cependant, les crypto-monnaies ne peuvent pas être légalement utilisées pour les paiements dans le pays.

Pour aller plus loin : Les dirigeants technologiques et politiques russes s’opposent à l’interdiction générale des crypto-monnaies.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires