Les paiements cryptographiques seront interdits en Thaïlande d’ici début avril.

Plus tôt dans la journée, la Securities and Exchange Commission (SEC) de Thaïlande a publié une ordonnance interdisant l’utilisation d’actifs numériques pour payer des biens et des services. L’interdiction sera valable en début du mois d’avril.

L’interdiction pour préserver la stabilité financière

Comme annoncé aujourd’hui, le 23 mars, l’utilisation des crypto-monnaies pour les paiements sera interdite en Thaïlande. La Securities and Exchange Commission SEC affirme que les paiements cryptographiques pourraient nuire à la stabilité économique du pays. Cette position peut être motivée par la récente volatilité élevée du marché des crypto-monnaies, qui rend l’utilisation du support peu pratique. Certains des risques mis en évidence par la SEC comprennent également le cybercriminalité, le blanchiment d’argent et la perte de valeur due aux violations de données personnelles.

Les entreprises de la région ont été avisées de ne pas accepter les paiements cryptographiques à partir d’avril 2022, à la suite de discussions avec la Banque de Thaïlande (BOT) sur son impact, selon un avis publié par la Securities and Exchange Commission de Thaïlande.

Voir plus : L’OCDE émit un plan sur la déclaration fiscale sur les crypto-monnaies à l’échelle mondiale.

Une fois mis en œuvre, les entreprises thaïlandaises ne pourront plus annoncer l’acceptation des paiements cryptographiques et créer des systèmes, des outils et des portefeuilles pour faciliter les transactions cryptographiques.

Plus récemment, l’Indonésie, a également mis en garde les entreprises financières contre la facilitation des paiements cryptographiques. À ce jour, El Salvador est le seul pays à avoir adopté les crypto-monnaies comme monnaie légale.

La réglementation du secteur cryptographique en Thaïlande

Même si les crypto-monnaies sont interdites en tant que cours légal, le gouvernement thaïlandais a toujours des lois pour promouvoir l’utilisation des crypto-monnaies. Récemment, le gouvernement a abandonné son projet d’imposer une taxe de 15% sur les investissements cryptographiques, la remplaçant par une exonération de TVA sur les transactions sur certains échanges cryptographiques. Le gouvernement permet également aux commerçants de compenser les pertes annuelles par des gains fiscaux provenant d’investissements en crypto-monnaie. Ces mesures font suite à une augmentation de l’adoption de la crypto-monnaie dans la deuxième économie d’Asie du Sud-Est.

Selon Chainalysis, un agrégateur de données cryptographiques, la Thaïlande se place au troisième rang de son indice national d’adoption de DeFi en 2021. Il se classe également au 12e rang de l’indice mondial d’adoption de la cryptographie 2021 d’Aggregator.

Bref, cette décision est conforme à la position du gouvernement thaïlandais contre les paiements cryptographiques. La Banque de Thaïlande a insisté à plusieurs reprises sur le fait qu’elle ne soutenait pas le support comme monnaie légale. L’interdiction fait également suite aux récents commentaires de la SEC selon lesquels elle envisageait de réglementer l’utilisation de jetons dans l’achat de biens et de services.

Bonus : Le dirigeant de Stellar affirme toujours que le développement d’une CBDC en Ukraine se poursuit.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires

Iran cbdc

L’Iran a lancé un projet pilote pour sa CBDC.

La Banque centrale d’Iran a commencé à piloter l’utilisation de son CBDC « crypto rial », cette semaine, selon une annonce de la Chambre de commerce iranienne. Par ailleurs, la décision de