Les autorités américaines et britanniques uniront leurs forces pour réglementer les crypto-monnaies.

Le 29 juin, le Trésor britannique et le Trésor américain ont considéré le pilier réglementaire du partenariat américano-britannique pour l’innovation financière. Les deux parties reconnaissent l’importance de collaborer pour soutenir l’innovation en matière de sécurité et améliorer les résultats de la réglementation des actifs numériques dans toutes les juridictions.

Réglementer ensemble des stratégies transfrontalières pour les stablecoins

Selon une déclaration conjointe publiée, les principaux régulateurs nationaux ont tous participé à ces réunions. Ils incluent la SEC, la CFTC, le personnel de la Banque d’Angleterre et la Financial Conduct Authority (FCA). Cela en mettant l’accent sur le développement de stablecoins et de CBDC récents. Le document indique que le groupe prépare le terrain pour de telles conversations à l’avenir.

Depuis sa création, les crypto-monnaies ont été créées en réponse aux restrictions de tiers sur les transactions sans frontières. De plus, le marché est actuellement au milieu d’un krach boursier historique. Ainsi, les régulateurs ont constaté un besoin urgent de travaux transfrontaliers ciblant l’industrie.

De tous les problèmes réglementaires entourant l’espace, le « rôle critique actuel des stablecoins et des plateformes de négociation et de prêt de crypto-actifs » a suscité l’inquiétude des régulateurs mondiaux. Cela survient après le drame récent des chutes de Terra et Celsius

« Les participants britanniques et américains ont également envisagé de futures opportunités de discussions plus approfondies sur des initiatives et des considérations réglementaires plus larges. Cela en matière de crypto-actifs à mesure que leurs programmes politiques et réglementaires respectifs progressent.« 

A lire également : Nexo cherche à acquérir Vauld qui a annoncé une suspension des transactions sur sa plateforme.

Une mise à jour des approches vis-à-vis des CBDC pour les 2 autorités

En outre, ils échangent des points de vue sur la recherche sur les politiques et les plans d’exploration technologique. Ce n’est pas surprenant, car une enquête de la Banque des règlements internationaux (BRI) a révélé que 9 banques centrales sur 10 envisagent de lancer leur propre CBDC.

Cecilia Skingsley, première sous-gouverneure de la Riksbank, a déclaré que de nombreuses banques centrales voient la tendance croissante à adopter les CBDC dans les systèmes de monnaie fiduciaire comme une évolution de leurs rôles respectifs plutôt qu’une révolution.

D’un autre côté, elle a noté que l’interopérabilité est un grand défi pour les paiements CBDC transfrontaliers. En effet, ces monnaies numériques sont conçues et mises en œuvre par les gouvernements du monde entier. Par conséquent, avant l’introduction de ces monnaies, une communication coopérative entre les pays est essentielle pour assurer un succès potentiel. 

Bonus : CoinShares étend sa présence dans l’Union européenne avec l’acquisition de Napoleon Asset Management.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires