Le nouveau hub de Facebook vise à aider à «protéger les femmes des abus en ligne»


Le centre de ressources de Facebook a été développé avec un panel d’experts, dont l’Irlandaise Caitriona Gleeson

Facebook a lancé un Women’s Safety Hub et travaillera avec un groupe externe de conseillers experts pour résoudre les problèmes des femmes ciblées en ligne.

L’objectif est de centraliser les ressources pour les femmes leaders, les journalistes et celles qui ont été victimes d’abus en ligne. Les ressources vont de la formation des politiciens utilisant Instagram pour l’engagement civique au blocage des mots-clés et au contrôle des commentaires pour ceux qui sont aux yeux du public.

Il comprendra également des ressources sur les normes des médias communautaires ainsi que des procédures de signalement et de suppression de contenu inapproprié.

Facebook a déclaré que tout en continuant à développer des règles d’utilisation pour ses plates-formes et à créer des outils d’ingénierie pour cibler le contenu dangereux, il vise également à donner aux utilisateurs le contrôle pour empêcher les actions ciblant spécifiquement les femmes dans la sphère en ligne.

« Nous reconnaissons que certains comportements en ligne et hors ligne ont un impact disproportionné sur les femmes », a déclaré Cindy Southworth, responsable de la sécurité des femmes chez Facebook.

« Bien que nous consultions régulièrement des experts externes pour mettre à jour nos politiques, nos outils et notre technologie afin de protéger les femmes contre les abus, l’exploitation et le harcèlement en ligne, nous pensons que nous pouvons faire plus. »

Soutenir la Silicon Republic

Le nouveau panel externe est composé de 12 dirigeants, universitaires et militants à but non lucratif qui apporteront leur contribution aux politiques, produits et programmes afin de mieux soutenir les femmes qui utilisent la gamme de services de Facebook.

Caitriona Gleeson, qui a passé deux décennies à lutter contre la violence sexiste avant de devenir PDG de Women for Election, est la représentante de l’Irlande au sein du groupe.

« Le risque d’abus en ligne et hors ligne est une considération croissante pour de nombreuses femmes qui se présentent à des fonctions publiques », a déclaré Gleeson. « Nous voulons aider à résoudre le problème des abus en ligne et réduire considérablement les obstacles auxquels les femmes sont confrontées dans le monde de la politique.

« Nous sommes ravis de travailler avec l’équipe de sécurité de Facebook et d’autres conseillers pour contribuer aux politiques, produits et programmes de transformation qui contribueront à changer l’expérience en ligne des femmes en politique. »

Parmi les autres membres du panel, citons la Mexicaine Margarita Guillé Tamayo, militante sociale, fondatrice et coordinatrice exécutive du Réseau interaméricain des refuges pour femmes. Elle est conseillère internationale sur la violence sexiste pour les gouvernements et les organisations à but non lucratif.

Il présente également Ji-Yeon Lee, professeur agrégé de psychologie de l’orientation à l’Université d’études étrangères de Hankuk en Corée du Sud. Elle est spécialisée dans les violences cyber-sexuelles.

Facebook a récemment pris des mesures pour lutter contre les abus sur ses plateformes. Il a introduit une nouvelle fonctionnalité plus tôt cette année pour permettre aux utilisateurs de contrôler qui peut commenter une publication Facebook, et a lancé une fonctionnalité sur Instagram pour filtrer les messages abusifs et indésirables.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires