Le ministre iranien propose l’île de Kish comme centre d’échange de crypto


Le ministre iranien des TIC a proposé que l’île de Kish, dans le golfe Persique, soit transformée en un centre d’échange de crypto.

Kish est une île au large de la côte du golfe Persique, dans le sud de l’Iran, et elle abrite l’une des zones de libre-échange du pays. Muhammad Javad Azari Jahromi, le ministre iranien de l’Information et des Communications, a fait cette proposition lors d’une visite sur l’île.

Kish dispose de l’infrastructure nécessaire pour devenir une plaque tournante des échanges cryptographiques internationaux dans la région. Les autorités doivent entamer des pourparlers avec les pays voisins.

L’île du golfe Persique est une destination touristique avec plus d’un million de visiteurs chaque année. Le gouvernement prévoit également d’en faire une zone d’échanges financiers, ce qui attirera davantage de personnes.

Comme l’énergie excédentaire de l’île ne peut pas être envoyée sur le continent, le gouvernement autorise son utilisation par les mineurs de crypto. Selon un rapport du Financial Tribune, plusieurs fermes minières sont déjà opérationnelles sur l’île.

Réglementation des échanges cryptographiques

Actuellement, le commerce de crypto est interdit dans le pays, même si l’exploitation minière est autorisée pour les entreprises autorisées.

Il existe cependant quelques exceptions. En avril, la banque centrale iranienne a autorisé que les actifs numériques extraits à l’intérieur du pays puissent être utilisés pour effectuer des paiements d’importations.

Les décideurs politiques en Iran sont déjà au travail pour mettre en place des réglementations pour les échanges cryptographiques, et la proposition du ministre des TIC en fait partie.

Lecture connexe | Perspectives d’avenir : à quoi devraient ressembler les réglementations de l’UE pour le secteur des crypto-monnaies ?

Cependant, réglementer les actifs numériques n’est pas une tâche simple. Et aucun organisme d’État ne veut en assumer l’entière responsabilité.

Le Conseil supérieur du cyberespace a évoqué certaines préoccupations liées à la crypto-monnaie extraite à l’extérieur du pays. Le sous-chef a dit,

On ne sait pas qui a développé les crypto-monnaies. Nous n’avons pas d’informations précises sur ceux qui ont investi dans les monnaies numériques. En tant que tel, nous n’encourageons pas les investisseurs à investir leur argent dans des actifs numériques.

Il a également déclaré: « Les cryptos pourraient aider le pays à contourner les sanctions dans un nombre limité de cas », et a souligné que les banques centrales devraient proposer une approche à cet effet.

La Banque centrale d’Iran a déclaré qu’elle n’était pas pressée d’annoncer les réglementations relatives à la cryptographie.

L’institution entend collaborer avec d’autres fondations gouvernementales, comme le Haut Conseil du Cyberespace, sur une feuille de route.

Lecture connexe | Comment CABEI soutiendra la mise en œuvre de la loi Bitcoin au Salvador

Bitcoin de retour à la hausse?

La BTC a enfin profité d’une semaine de tendance générale à la hausse, après l’énorme baisse du mois dernier.

Carte cryptographique BTC

BTC is 5% in the last 7 days | Source: BTCUSD on TradingView

Il semble que le marché soit à nouveau haussier, mais on ne sait pas encore si c’est vraiment le cas.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires