Le journal des annonceurs: Adam Clisby


Bienvenue dans notre nouvelle rubrique «Les journaux des annonceurs». Nous publierons des éditions tous les quinze jours, en alternance avec la chronique sœur «The Publisher Diaries». Ces nouvelles chroniques sont une excellente occasion d’entendre ceux qui sont à l’avant-garde du marketing à la performance que nous n’entendons pas nécessairement autant que les autres.

Le journal des annonceurs se concentrera sur les détails des rôles des individus au sein de la sphère des annonceurs, ainsi que sur certains des défis auxquels les annonceurs sont confrontés et sur l’inspiration qui les a poussés à vouloir travailler dans l’industrie du marketing de performance.

Pour notre première édition, nous avons discuté avec le spécialiste du marketing d’affiliation et des partenariats chez Vodafone, Adam Clisby, qui a une solide expérience dans l’industrie et une passion pour la création de relations.

Adam avait initialement l’intention d’étudier à l’université mais a changé d’avis, car il n’était pas sûr de ce qu’il voulait étudier.

Après avoir décidé de différer, quelques jours seulement avant le début de son cursus, il a opté pour un apprentissage d’un an dans une agence digitale.

Suite à cela, Adam a travaillé pour Hopper, une marque de voyage. Pendant son séjour là-bas, il a travaillé avec Awin pendant environ six mois, avant qu’Awin ne demande à Adam de travailler pour eux à Londres. Cela a déclenché un effet domino, et il a fini par travailler chez Awin pendant deux ans et demi. Pendant cette période, Adam était le responsable de compte de Vodafone – cela l’a finalement conduit à décider de travailler directement en interne.

Adam a parlé à PerformanceIN des détails de son rôle, de ses principaux défis et de ses inspirations:

Quel est votre rôle et que faites-vous chez Vodafone?

Je travaille actuellement dans une équipe de trois personnes et je suis responsable des canaux d’affiliation AYM et Talkmobile. En ce moment, je travaille sur les canaux d’affiliation Pay Monthly et Talkmobile ici chez Vodafone.

Quelles stratégies d’éditeur émergentes voyez-vous actuellement?

Mis à part les affiliés traditionnels avec lesquels nous avons toujours travaillé, nous avons remarqué que de nombreux partenaires fintech rejoignent la chaîne. Je pense que ce sera un domaine intéressant à surveiller à long terme.

Des entreprises comme Klarna, qui ont accès à des millions de clients potentiels, manifestent leur intérêt à travailler en tant qu’éditeur. Avec une portée comme la leur, c’est certainement une opportunité que nous cherchons à saisir.

En dehors de cela, nous voyons de plus en plus de partenaires technologiques travailler avec nous, et avec Awin utilisant la fonctionnalité de balise principale, cela nous aide non seulement à augmenter les revenus, mais aussi à mieux comprendre comment les clients interagissent avec le canal.

Qu’est-ce que vous respectez le plus ou qu’est-ce qui vous impressionne chez vos principaux affiliés?

La transparence et l’analyse approfondie de l’activité de promotion m’impressionnent vraiment, tout en étant honnête lorsque les choses ne fonctionnent pas, ce qui signifie que nous pouvons commencer à chercher des moyens de nous améliorer à l’avenir.

Nous avons parfois des affiliés prenant des commissions et ne donnant aucun aperçu de la campagne, et il est particulièrement important pour nous d’être conscients de ce qui fonctionne et des moyens de le réparer si cela ne fonctionne pas. Donc, fondamentalement, travailler en collaboration, nous impliquer à chaque étape et former une relation positive.

Quels changements voyez-vous dans le marketing d’affiliation avec votre entreprise?

La capacité dont nous aurons à tester l’incrémentalité à l’avenir est toujours la question. Il y a un grand changement dans la façon dont nous examinons la façon dont les affiliés stimulent les ventes ou s’il s’agit d’autres canaux de marketing. Nous nous demandons si ces personnes achèteraient avec nous sinon pour d’autres canaux. Il est important de se concentrer sur la façon dont les clients sont évalués. Ce qui devient évident, c’est que ce n’est plus seulement le bas de l’entonnoir.

Qu’est-ce qui vous a impressionné jusqu’à présent cette année?

Pour le moment, nous travaillons avec RevLifter sur un essai, et depuis son lancement, j’ai été vraiment impressionné par leur façon de travailler et de quoi ils parlent.

Quel est votre meilleur conseil pour les éditeurs?

Une chose que j’insisterais certainement est de ne pas chasser les investissements; travaillez à être proactif et établissez des relations solides avec vos clients, et travaillez sur vos relations avec vos affiliés.

Ce que je dirais probablement, c’est que mon meilleur conseil est d’être réactif. Il n’y a rien de pire que de dépenser beaucoup d’argent avec quelqu’un et de ne plus jamais entendre parler d’eux.

Être amical et engageant signifiera plus de créativité, car vous serez plus à l’aise avec vos partenaires.

Adam Clisby, Vodafone

Que peuvent faire les affiliés pour se démarquer lorsqu’ils travaillent avec votre marque?

Il est facile pour les choses d’être banales. Nous voyons parfois la même chose jour après jour. Pour cette raison, nous recherchons de nouvelles idées passionnantes, une activité non traditionnelle et beaucoup de réflexion sur la situation dans son ensemble.

Il est important de se démarquer des concurrents, il est donc indispensable de proposer des idées innovantes.

Pensez au début de l’entonnoir et à la manière dont vous pouvez lier des campagnes.

Adam Clisby, Vodafone

Qu’est-ce que vous changeriez dans l’industrie?

Je voudrais voir plus en regardant la situation dans son ensemble en général. Ce serait bien d’accorder plus d’attention à la façon dont nous nous intégrons dans des canaux numériques plus larges pour nous permettre d’en tenir compte lors de la création de campagnes.

Je pense qu’une autre chose importante est de ne pas rester coincé dans les chiffres; être ouvert d’esprit est vraiment important.

Dans quels autres domaines de l’industrie seriez-vous intéressé à vous impliquer à l’avenir?

J’ai passé six ans à travailler au sein de l’affiliation. J’aime les partenariats et les relations, c’est ce dans quoi je suis doué, mais je suis peut-être intéressé à entrer dans un rôle numérique plus large, spécialisé dans les affiliés. Je veux continuer à en apprendre davantage sur les réseaux sociaux! Mais finalement, l’affiliation est mon pain et mon beurre, donc je suis heureux ici pour le moment!

Nous espérons que vous avez apprécié cet épisode de notre nouvelle chronique. Si vous souhaitez vous impliquer, veuillez entrer en contact via notre Typeform.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires