Le fondateur de Benevity, Bryan de Lottinville, devient président exécutif, tandis qu’Andrew Huddart prend le rôle de PDG

0
92


Bryan de Lottinville, le fondateur de la start-up de logiciels de responsabilité sociale des entreprises Benevity, quitte son rôle de PDG de l’entreprise, avait appris BetaKit.

L’annonce a été faite en interne aux employés de Benevity mercredi, la société basée à Calgary confirmant le passage à BetaKit. À compter du 1er juin, M. de Lottinville quittera son rôle de PDG pour occuper un nouveau poste de président exécutif. Dans une déclaration à BetaKit, M. de Lottinville a indiqué que la transition était en cours depuis « de nombreux mois ».

Au début de ce mois, Benevity a annoncé que Steven Woods, co-fondateur de Nudge.AI, avait rejoint l’équipe en tant que directeur technique.

Citant des plans pour passer plus de temps avec sa famille, le PDG sortant a déclaré qu’il prévoyait également de continuer à s’impliquer directement dans Benevity, notamment en passant du temps avec de nombreux clients de la société, et en créant « la catégorie de l’objet social ».

Andrew Huddart, ancien PDG du groupe de formation professionnelle TwentyEight, doit remplacer de Lottinville en tant que PDG de Benevity. Dans sa déclaration, M. de Lottinville a indiqué que Benevity avait effectué une « recherche exhaustive » pour trouver son remplaçant.

« Andrew arrive à Benevity avec une expérience approfondie dans le domaine de la gestion du capital humain, ayant dirigé des entreprises spécialisées dans l’apprentissage et le développement, la formation au leadership, le conseil en engagement des employés et le contenu, en plus d’un certain temps passé dans le domaine des technologies de pointe – tous des domaines qui sont pertinents pour les défis et les aspirations des initiatives menées par les responsables de la RSE et de l’impact social », a déclaré de Lottinville.

Au fil des ans, M. Huddart a occupé plusieurs postes de direction dans des entreprises mondiales de technologie et de contenu, notamment en tant que président du groupe des produits mondiaux de Korn Ferry, de Moody’s KMV et de PDG du conseiller en investissement mPower.

RELATIVES : Benevity met sa plateforme de responsabilité sociale des entreprises sur le mobile

« Il n’est pas facile de trouver cette combinaison unique d’expérience et quelqu’un qui montre les valeurs fondamentales de Benevity et la passion pour notre mission sociale, et de notre quête des deux côtés de la frontière, nous avons déterminé qu’Andrew est cette personne », a-t-il ajouté.

Il s’agit du deuxième changement de direction au cours des dernières semaines pour Benevity. Au début de ce mois, la société a annoncé que Steven Woods, co-fondateur d’Eloqua et de Nudge.AI, avait rejoint la direction technique. M. Woods a succédé à Jason Becker, cofondateur de Benevity, qui a assuré l’intérim pendant sept mois pendant la recherche d’un remplaçant permanent. Becker reste avec Benevity en tant que vice-président de l’architecture.

Le changement de PDG et de directeur technique fait suite à plusieurs embauches récentes de cadres supérieurs dans le domaine de la technologie chez Benevity, notamment le vice-président de l’ingénierie, John Mortimer, qui a rejoint l’équipe en septembre, et le vice-président des produits, Grant Bryce, qui a débuté en novembre.

Benevity a été fondée en 2008 en tant que plateforme permettant aux entreprises d’engager leurs employés et leurs clients dans la responsabilité sociale et l’investissement communautaire, dans l’espoir de créer de meilleurs impacts commerciaux et sociaux. La startup, qui est l’une des plus importantes des Prairies, a levé une série C de 40 millions de dollars en octobre. Benevity compte aujourd’hui plus de 600 employés et s’est constitué une clientèle de plus de 600 clients, parmi lesquels de grandes entreprises mondiales comme Microsoft, Coca-Cola, Google et Honda.

« Il y a douze ans, lorsque Benevity a entrepris de faire du bien une partie de la vie quotidienne des gens, nous n’étions pas gênés par une connaissance approfondie des complexités de la RSE et de l’espace des logiciels d’entreprise », a déclaré M. de Lottinville. « Nous voulions construire une plateforme qui permettrait de mieux tisser un sens, un but et un impact dans le tissu social, et d’utiliser le pouvoir des entreprises pour le faire ».

RELATIVES : Black Swan #9 – Calgary et Toronto cherchent à stopper l’hémorragie

Heureusement, à nos débuts, nous avons découvert un petit créneau dans le monde des entreprises, rempli de personnes passionnées qui essayaient également de faire en sorte que « faire le bien en faisant le bien » soit plus qu’un simple slogan accrocheur », a-t-il ajouté. « Nike a mené à Google a mené à Apple a mené à de nombreuses autres grandes entreprises qui ont adopté le pouvoir de l’impact social par le biais de la bienfaisance pour améliorer l’attraction, la rétention et la productivité de leurs employés ».

Dans sa déclaration, M. de Lottinville a souligné que sa décision était liée au fait de passer plus de temps avec sa femme et ses enfants et a exprimé l’espoir de pouvoir soutenir la carrière de sa femme. « Je veux aussi joindre le geste à la parole en étant un peu plus féministe », a-t-il écrit. « J’ai une épouse qui a subordonné sa carrière à la mienne, bien qu’elle soit probablement plus talentueuse et ambitieuse que moi. J’espère soutenir sa carrière dans les prochaines années, comme elle l’a fait pour moi ».

Le PDG sortant a également exprimé son intention de soutenir les initiatives communautaires locales à Calgary, y compris le Comité de gestion de la santé mentale et de la toxicomanie, et d’utiliser Benevity comme « un modèle pour le succès d’une entreprise technologique canadienne autrefois en démarrage et aujourd’hui adulte ».

« Avec la piste devant moi, toutes ces choses me donnent un sentiment d’énergie renouvelée quant à l’impact et à l’héritage que j’ai toujours espéré laisser derrière moi », a-t-il déclaré.



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here