L’acquisition de Kustomer par Facebook attire l’attention de l’UE


La Commission européenne examine une demande d’enquête sur l’accord, qui a été signalée par d’autres organisations préoccupées par l’utilisation des données.

L’acquisition d’un milliard de dollars par Facebook de Kustomer, une start-up de logiciels de services clients, pourrait faire l’objet d’une enquête de l’UE.

La Commission européenne, le bras exécutif de l’UE, a reçu une demande de renvoi de l’Autriche qui a signalé des préoccupations au sujet de l’accord.

La Commission, a d’abord rapporté TechCrunch, examinera d’abord la demande et prendra une décision dans 10 jours ouvrables sur l’opportunité de la poursuivre.

Les fonctionnalités de gestion de la relation client et les chatbots de Kustomer devraient être intégrés d’une manière ou d’une autre dans les services Facebook tels que la messagerie pour les entreprises.

En février, le Conseil irlandais des libertés civiles a écrit à la Commission européenne pour lui faire part de ses préoccupations concernant les données que Kustomer a collectées et ce qui pourrait arriver à ces données sous la propriété de Facebook.

Soutenir Silicon Republic

L’ICCL a contesté le libellé de l’annonce de l’acquisition où Facebook a déclaré que Kustomer aiderait à «améliorer notre service», mais a fourni quelques détails spécifiques sur la façon dont cela fonctionnerait.

«De nombreuses entreprises que les gens reconnaîtront dans leur vie quotidienne utilisent les produits Kustomer, qui incluent un« chatbot ». Nous notons que Kustomer est utilisé par des organisations du secteur de la santé, du gouvernement, de l’éducation et de la vente au détail. En conséquence, Kustomer a peut-être rassemblé une grande quantité de données, y compris des données personnelles de catégorie spéciale, sur des personnes », indique la lettre, signée par Johnny Ryan de l’ICCL.

«Nous écrivons pour encourager la coopération entre les autorités de contrôle compétentes et un examen minutieux de cette acquisition et de ses conséquences sur le traitement des données», a déclaré Ryan.

Ce n’est pas seulement en Europe que les régulateurs prennent acte de l’achat. En mars, la Commission australienne de la concurrence et de la consommation a entamé un examen informel de l’acquisition.

Ce dernier examen ajoute à l’inquiétude croissante de Facebook à l’égard des régulateurs de la concurrence. La semaine dernière, l’Autorité britannique de la concurrence et des marchés a ouvert une enquête sur son acquisition de Giphy, tandis que la société fait face à un examen de plus en plus minutieux aux États-Unis sur ses accords conclus depuis longtemps pour acheter Instagram et WhatsApp et sur la façon dont ces accords ont pu étouffer la concurrence.

Par ailleurs, le géant de la technologie est confronté à un barrage de questions sur une fuite de données au cours des derniers jours que la Commission irlandaise de protection des données est maintenant en train de remettre en question.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires