La start-up de la FinTech de Toronto, Payfare, annonce son entrée en bourse


La start-up torontoise Payfare, qui offre des logiciels FinTech aux travailleurs et aux employeurs de l’économie de la petite entreprise, a déposé une demande d’inscription à la Bourse de Toronto (TSX) par le biais d’un premier appel public à l’épargne (PAPE).

Payfare a déposé son prospectus provisoire lundi, comme l’a rapporté pour la première fois The Logic. Selon le prospectus, revu par BetaKit, le prix d’offre de la transaction reste à déterminer.

Le logiciel de la startup est utilisé par plusieurs entreprises considérées comme des titans de l’économie des petits boulots, notamment Uber, Lyft et DoorDash.

La startup a indiqué dans le prospectus qu’elle cherchait à entrer en bourse afin de renforcer ses ressources en capital disponibles et de créer un marché public pour aider Payfare à réaliser sa croissance. Plus précisément, la start-up a déclaré qu’elle avait l’intention d’utiliser environ 21 millions de dollars du produit pour rembourser ses obligations de dette à court terme. Le reste sera consacré à la croissance de Payfare.

Payfare a été fondée en 2015 et propose des solutions de services bancaires mobiles, de paiement instantané et de fidélisation pour les travailleurs de l’économie des petits boulots en Amérique du Nord. Le logiciel de la startup est utilisé par plusieurs entreprises considérées comme des titans de l’économie des petits boulots, notamment Uber, Lyft, DoorDash et DiDi.

Les données de Statistique Canada indiquent qu’en 2016, il y avait environ 1,7 million de travailleurs dans l’économie des petits boulots au Canada. Statistique Canada a constaté que le revenu annuel estimé d’un travailleur à un poste type était généralement faible, le revenu net médian en 2016 ne totalisant que 4300 $.

CONNEXES: Moves accélère le lancement pour fournir des prêts aux travailleurs de l’économie de petits boulots pendant la pandémie

Payfare a déclaré dans le prospectus qu’il s’attend à une croissance de l’économie des petits boulots, notant que la pandémie de COVID-19 a démontré sa «nature essentielle». Une étude de 2019 de Mastercard a indiqué que la taille des transactions liées à l’économie des petits boulots devrait augmenter à un taux de croissance annuel composé de 17,4% d’ici 2023.

Le prospectus note également que le démarrage a subi une perte nette de 20,6 millions de dollars pour la période allant de janvier à septembre 2020. En 2019, la perte nette de Payfare a totalisé 24 millions de dollars. Selon Pitchbook, les investisseurs de la société comprennent Bluesky Digital Assets et Rocket One Capital, qui sont tous deux des actionnaires minoritaires.

Le prospectus souligne les projets de Payfare d’étendre son offre à de nouveaux segments. La société a exprimé son intérêt pour des secteurs tels que le camionnage, le commerce électronique pour les petites et moyennes entreprises et les influenceurs des médias sociaux.

Source de l’image Unsplash. Photo de Kai Pilger.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des