La popularité des cryptomonnaies en Irak et au Kurdistan continue de croître.

Bien qu’ils soient confrontés chaque jour à de nombreux obstacles, les populations Irakienne et Kurde sont très intéressés par la révolution des cryptomonnaies, qui représente une ouverture sur le monde extérieur. Kurdcoin, une plateforme d’échange, leur est même spécialement dédié. L’Irak, deviendra-t-il le nouvel eldorado de la cryptomonnaie ?

Les cryptomonnaies en Irak et au Kurdistan, un véritable boom plein de pièges.

Au cours des deux dernières décennies, l’Irak et le Kurdistan ont été des territoires partagés par quatre pays (Irak, Iran, Turquie et Syrie), et ont été pendant longtemps dans un état de sécurité et d’instabilité économique.

Cependant, un homme nommé Abdurrahman Bapir croyait au pouvoir de la cryptomonnaie dans sa ville natale. Bapil est un Kurde irakien diplômé du King’s College de Londres. Il est connu pour avoir créé KurdiCoin en 2017, qui est la première et actuellement la seule plateforme d’échange sur les marchés irakien et kurde.

Lire aussi : 3 entreprises suisses offriront aux institutions un nouvel tokenisation construit sur Tezos (XTZ).

La situation globale dans la région est de peu d’aide, et l’utilisation des cryptomonnaies en Irak et au Kurdistan est également soumise d’une régulation des plus stricte.

En 2017, année de la naissance de kurdcoin, la Banque centrale d’Irak, soutenue par le gouvernement, a interdit l’utilisation des actifs numériques. Cette année, c’est au tour du gouvernement régional du Kurdistan d’interdire aux plateformes d’échange d’exercer sur son territoire.

Malgré l’instabilité générale de la région et l’interdiction de fait, les cryptomonnaies sont toujours présentes dans un territoire qui leur est hostile. Kurdcoin, basé au Royaume-Uni, est le moteur de ce succès et qui revendique des milliers de clients.

Bien que ce dernier chiffre puisse sembler faible, il est important pour la région, la connaissance de la région sur les enjeux liés aux actifs numériques est presque nulle.

Séparer le bon grain de l’ivraie, une autre difficulté à considérer.

Du cadre juridique, l’incohérent n’est pas aidé les cryptomonnaies à prendre pied en Irak et au Kurdistan. D’une part une interdiction d’utilisation par la seule banque centrale, et d’autre part, l’interdiction d’exercice pour les seules plateformes d’échange dans le seul Kurdistan. Il est difficile de distinguer ce qui est légal de l’interdit.

La situation économique a favorisé longuement pour cryptomonnaie qui est considérée comme un eldorado. Cependant, pour faire de l’exercice, certaines personnes jouent la carte du marché noir et font tout ce qu’il faut.

Autre article : Gary Gensler vient d’annoncer que les plateformes DeFi sont hautement centralisées et devront s’enregistrer

L’Irak et le Kurdistan n’ont pas réussi à échapper à l’arnaque tragique qui a pollué le domaine des crypto-actifs. Pyramides de Ponzi, disparitions d’actifs, fraudes diverses : des milliers de locaux ont été victimes d’arnaques depuis l’étranger, causant des pertes de plusieurs dizaines de millions de dollars.

On pourrait dire que le régulateur est l’arroseur de l’histoire : en voulant interdire les cryptomonnaies et les plateformes d’échange parce qu’elles sont censées favoriser la fraude, les vrais fraudeurs qui ont remporté la première partie. Car non, le gouvernement ne peut pas arrêter l’engouement de la population pour les actifs numériques.

En Irak et au Kurdistan, un bon avenir potentiel pour les cryptomonnaies.

Aujourd’hui, Kurdcoin propose une offre légale à côté des faussaires et lutte aussi bien contre eux que contre les autorités.

La plupart des Kurdes et des Irakiens manquent de connaissances financières, bien plus que l’Occident. Pour la cryptomonnaie, l’ignorance est multipliée par dix, ce qui est lié au gouvernement et à la société civile.

Selon Abdurrahman Bapir, le nombre d’utilisateurs de kurdcoin et de transactions dans la région augmente chaque jour. Les bénéfices sont réels, et les différents niveaux d’insécurité présentés en amont ne feront que favoriser l’émergence d’une crypto-économie.

Sur les 40 millions d’Irakiens, 60 % ont moins de 25 ans. Cependant, tous les exemples d’Amérique latine, d’Afrique, et même d’Occident montrent que ce sont principalement les jeunes qui s’intéressent à la cryptomonnaie.

Il y a 37 millions d’utilisateurs de téléphones portables et 75 % de la population à accès à Internet. Bien que le secteur du paiement numérique soit sous-développé, de nombreux jeunes Irakiens savent acheter en ligne, et même payer des abonnements en cryptomonnaies.

Il est important de noter que moins d’un adulte irakien sur dix possède un compte bancaire. Sur les 90 % de personnes qui n’ont pas de compte bancaire, combien se sont maintenant tournées vers les actifs numériques ? Jusqu’à présent, la réponse exacte à cette question est impossible.

Lire également : Kucoin lance un pool de Proof of Work pour encourager l’extraction de crypto-monnaie plus écologique.

Toutes les classes sociales sont concernées : les riches ajoutent des actifs numériques à leur portefeuille, et les pauvres peuvent entrer sur des marchés où les banques les rejettent. En d’autres termes, l’utilisation de la cryptomonnaie se répand de plus en plus vite en Irak et au Kurdistan.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des