La Corée du Sud prendra des mesures contre les échanges de cryptomonnaie non enregistrés.

Le 23 juillet, La Corée du Sud a annoncé que toutes les plateformes d’échanges de cryptomonnaies qui souhaitent opérer dans le pays doivent référencer leurs activités avant le 24 septembre, au risque de recevoir une peine d’amende ou d’emprisonnement. Actuellement, 27 échanges ont reçu des rappels concernant leurs obligations d’enregistrement.

La Corée du Sud commence à réguler les échanges.

Dans un communiqué officiel publié par la Commission des Services Financiers sud-coréenne, le gouvernement sud-coréen a annoncé aujourd’hui que les échanges de cryptomonnaie posséderont une obligation de référencer leurs activités auprès des autorités avant le 24 septembre de cette année.

à découvrir également : DeFi : 350 acteurs incitent le gendarme financier mondial à des règlements logique et rationnelle.

Ces nouvelles réglementations affecteront les plateformes situées en Corée du Sud, ainsi que les plateformes étrangères opérant sur les marchés coréens. Cela inclut tous les échanges qui prennent en charge la langue coréenne, ou le marketing est tourné vers les utilisateurs coréens et le paiement peuvent être réalisé en won.

À partir du 24 septembre, toutes les transactions avec des échanges non référencées seront considérées comme illégales. Par conséquent, les plateformes qui ne s’inscriront pas volontairement avant cette date de limite et continueront à exercer leurs activités seront passibles de sanctions.

Selon la nouvelle loi, les peines peuvent aller jusqu’à cinq ans de prison ou une amende pouvant atteindre jusqu’à 50 millions de won, ce qui représente environ 43 500 dollars. Selon certaines sources, il est même prévu de bloquer les sites Web des échanges « pour empêcher ses opérations commerciales illégales ».

Les réglementations avancent rapidement.

Cette annonce est la dernière d’une série de réglementations sur les cryptomonnaies dans le monde.
Début juillet, l’Union européenne a révélé qu’elle espère lutter contre le blanchiment d’argent en et en déployant une nouvelle agence de surveillance. Cela ciblera des cryptomonnaies spécifiques, qui sont souvent désignées par les régulateurs lorsque des activités criminelles ou terroristes sont impliquées.

Il y a quelques jours, la Commission européenne a annoncé son intention de renforcer la réglementation relative aux transactions de cryptomonnaie. De cette façon, son objectif est de suivre complètement les transferts de cryptomonnaie et d’interdire les wallets anonymes.

Plus tôt cette semaine, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a invité les principaux régulateurs du pays à discuter des cryptomonnaies, en particulier des stablecoins. Parmi les invités figuraient Jérôme Powell, président de la Réserve Fédérale des Etats-Unis(FED), et Gary Gensler, président de la Security and Exchange Commission (SEC).

Tous les résultats de ces mesures préliminaires devraient être annoncés dans les prochains mois. D’ici là, il est logique de s’attendre à ce que d’autres gouvernements fassent progresser leur réglementation dans le domaine des cryptomonnaies.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des