La BCE estime que la CBDC reste la meilleure option que les cryptos pour les paiements transfrontaliers.

Selon un rapport récent de la BCE, les CBDC sont les meilleures options pour effectuer des paiements transfrontaliers. Le rapport souligne également qu’ils ont le potentiel de surpasser tout ce qui existe sur le marché, y compris le bitcoin et les stablecoins.

Zoom sur le rapport de la BCE

La Banque centrale européenne a récemment publié un rapport intitulé : « Towards the holy grail of cross-border payments« . Il a été co-rédigé par Ulrich Bindseil, le directeur général de la BCE pour les infrastructures de marché et les paiements.

« Le Saint Graal des paiements transfrontaliers est une solution permettant aux paiements transfrontaliers d’être immédiats, bon marché, universels et réglés dans un moyen de règlement sécurisé« 

En mars 2022, le coût moyen mondial de l’envoi d’argent à l’étranger était de 6,09 %. Pour certains transferts, le coût d’une seule transaction peut atteindre environ 20 %. Le rapport a donc évalué un certain nombre d’alternatives potentielles et a examiné celle qui offrirait la meilleure solution.

Bitcoin et les stablecoins sont les pires options

Selon l’étude, Bitcoin sera incapable de résoudre les défis des paiements transfrontaliers soulignant son mécanisme de consensus de preuve de travail inefficace et de sa forte volatilité. De plus, le rapport classe les crypto-monnaies comme une méthode de paiement mondiale illégale.

En fin de compte, elle a conclu qu’il est « peu probable que Bitcoin soit le Saint Graal des paiements transfrontaliers ». La banque a ajouté les stablecoins sont encore « plus problématiques » que Bitcoin en raison de son système en circuit fermée et de sa fragmentation. Ainsi, les stablecoins présentent des risques pour la souveraineté monétaire et la stabilité financière.

A lire également : Solana victime d’un piratage continu avec plusieurs millions de dollars prélevés sur des milliers de portefeuilles privés.

CBDC identifié comme meilleure option

Après avoir soigneusement examiné les mérites de chaque option, le rapport de 59 pages de la banque centrale conclut finalement qu’une CBDC est la voie la meilleure et la plus probable vers le « saint graal » des paiements efficaces. Pour rappel, une CBDC est une monnaie numérique sous le contrôle de banques centrales telles que la BCE.

Selon l’étude, ceux qui développent des CBDC, y compris vraisemblablement la Banque centrale européenne qui envisage un euro numérique, devraient « discuter des problèmes d’interopérabilité pertinents à un stade relativement précoce ». Cela pour s’assurer qu’ils peuvent travailler avec d’autres secteurs monétaires.

Il a ajouté qu’ils devraient également essayer de faire fonctionner les systèmes nationaux de paiement instantané existants les uns avec les autres. Cela malgré les questions sur la manière de contrôler l’argent sale et de traiter avec les contreparties susceptibles de faire défaut.

Bonus : Michael Saylor de MicroStrategy quitte son poste de PDG pour devenir président exécutif de la société axée sur le bitcoin.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires