La Banque centrale du Maroc élabore un cadre réglementaire des crypto-monnaies.

La Banque centrale du Maroc élabore un cadre réglementaire des crypto-monnaies.

La Banque centrale du Maroc travaille actuellement sur un projet de loi-cadre pour réglementer les crypto-monnaies, selon le président de la banque, Abdellatif Jouahri. Le projet de loi sera présenté prochainement. Il conduira également à une escalade de la réglementation marocaine en matière de blanchiment d’argent et de lutte contre le financement du terrorisme.

Maroc réglementera bientôt la cryptographie.

Un comité de la banque centrale marocaine travaille à la mise en place d’un cadre réglementaire approprié pour les crypto-monnaies. La nouvelle a été déclarée par le gouverneur de Bank Al Maghrib (BAM), Abdellatif Jouahri. En outre, il a également révélé que son institution avait engagé à la fois le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale. Cela concernant les critères de référence qui seront utilisés.

Avant les dernières remarques de Jouhari, la banque centrale marocaine était en pourparlers avec :

  • 2 institutions financières mondiales. 
  • les banques centrales de France, de Suède et de Suisse. 

À l’époque, les pourparlers étaient axés sur ce que seraient les meilleures pratiques de régulation de la cryptographie.

Jawhari a déclaré : « Actuellement, nous ne pouvons pas adopter les crypto-monnaies étant donné le manque de cadres réglementaires et législatifs tant au niveau national qu’international. Le G20 et de nombreux pays soulignent l’importance d’avoir un cadre réglementaire crypto ainsi qu’un cadre réglementaire pour les CBDC (Central Bank Digital Currencies) ». 

Le cadre pour concilier innovation et protection des consommateurs

En sus, un rapport de Mapnews a déclaré que le cadre devrait trouver un équilibre entre la promotion de l’innovation et le bien-être des consommateurs. Par ailleurs, Jouhari a laissé entendre que le cadre verra également une escalade de la réglementation d’autres préoccupations. Cela incluent le blanchiment d’argent et le financement par emprunt au Maroc pour lutter contre le terrorisme.

Auparavant, la banque centrale a reconnu dans le passé que les Marocains pourraient adopter des crypto-monnaies. Cependant, BAM, ainsi que le ministère des Finances et l’Autorité des marchés des capitaux du Maroc, ont mis en garde à plusieurs reprises. Ils ont cités les risques liés à l’utilisation de crypto-monnaies.

En effet, le pays a interdit le commerce de Bitcoin en 2017. Par contre, la popularité de l’actif a augmenté avec l’augmentation générale de la valeur ces dernières années. La popularité signifiait que le gouvernement ne pouvait plus ignorer l’importance croissante.

A lire aussi : Un député britannique appelle à une réglementation libérale des cryptos.

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles Similaires