Jon French quitte NEXT Canada pour assumer un rôle d’entrepreneur à l’Université de Toronto

0
114


Jon French, qui a longtemps occupé un poste de direction à NEXT Canada, a quitté son poste à l’accélérateur de Toronto. Il est désormais directeur de l’entrepreneuriat à l’université de Toronto.

« Ses contributions sont difficiles à quantifier et il nous manquera beaucoup ».

French quitte NEXT Canada après plus de neuf ans passés au sein de l’organisation, où il occupait dernièrement le poste de directeur principal du recrutement mondial, de la communauté et des anciens élèves. Au fil des ans, French a occupé divers postes au sein de l’accélérateur, notamment la direction du marketing et des communications de NEXT Canada.

M. BetaKit a récemment rencontré (virtuellement) M. French pour discuter de son passage à NEXT Canada, de son nouveau rôle à l’université de Toronto et de ses réflexions sur la façon dont COVID-19 affectera les startups canadiennes et les accélérateurs qui les soutiennent.

NEXT Canada a été fondé en 2010 sous le nom de The Next 36 par un groupe de chefs d’entreprise et d’universitaires. Les Français ont rejoint NEXT Canada à ses débuts et ont été l’un des premiers employés à temps plein de cette jeune organisation. Aujourd’hui, l’organisation nationale à but non lucratif offre trois volets d’accélération, NextAI, Next 36 et Next Founders.

La France a été fortement impliquée dans le recrutement de talents pour les programmes accélérateurs de NEXT Canada, a travaillé avec les anciens du programme et a aidé à étendre NextAI à Montréal.

RELATIVES : 11 start-ups vont se présenter au prochain salon virtuel de l’entreprise au Canada

Jenn Patterson, directrice du marketing chez NEXT Canada, a qualifié le français d' »instrumental » dans le recrutement et « le changement de trajectoire de certains des entrepreneurs les plus talentueux du Canada ».

« Ses contributions sont difficiles à quantifier et il nous manquera beaucoup », a-t-elle déclaré à BetaKit.

Pour sa part, le Français a déclaré à BetaKit :  » Nous sommes très heureux que le gouvernement français ait accepté de nous aider.[It] Je suis arrivé à un point, après les six derniers mois à un an, où j’ai l’impression que l’organisation est dans un endroit formidable. Il y a un bon groupe de direction. J’ai réalisé une grande partie de ce que je voulais réaliser et j’ai commencé à chercher de nouveaux défis ».

« Il ne fait aucun doute que les temps seront durs et que des décisions difficiles devront être prises pour un certain nombre d’accélérateurs et d’incubateurs à travers le pays ».
– Jon French

Lorsqu’il était à NEXT Canada, pour aider à recruter des jeunes pousses pour ses programmes, French était chargé de créer des relations avec les universités et les communautés de jeunes pousses à travers le Canada. Il a déclaré à BetaKit que son nouveau rôle au sein de l’université de Toronto était comme se trouver de l’autre côté de ce processus, qu’il qualifiait de « synergique ».

“[I’m] être le ciment, le défenseur, le champion des différents programmes d’accélérateur et d’incubateur de l’Université de Toronto, les défendre et les aider à obtenir des financements et à se faire connaître, non seulement au sein de l’université, mais aussi dans tout le pays et les soutenir à l’échelle internationale », a-t-il déclaré.

Le départ de French de NEXT Canada survient alors que les accélérateurs, les incubateurs, les start-ups et les entreprises en général, sont confrontés à une période difficile en raison des impacts économiques permanents de COVID-19.

Comme de nombreuses organisations de démarrage au Canada, NEXT Canada dépend fortement des événements et de la programmation en personne pour ses opérations. Lorsque COVID-19 a frappé, beaucoup de ces organisations ont dû trouver un moyen d’aller de l’avant. Alors que l’incubateur OneEleven, basé à Toronto, a été fermé, de nombreux autres accélérateurs et incubateurs ont travaillé pour offrir un modèle virtuel.

Le Canada suivant a dû prendre ses propres décisions difficiles. « Nous avons pris des mesures pour nous assurer que nous pouvons poursuivre notre mission », a déclaré M. Patterson. « Même si cela n’a pas été facile d’arriver ici, nos portes virtuelles sont ouvertes ».

M. Patterson a expliqué que lorsque les implications commerciales de COVID-19 sont devenues claires, NEXT Canada a « examiné très attentivement » ses dépenses et ses prévisions.

RELATIVES : L’université de Toronto reçoit 100 millions de dollars pour un centre d’innovation en IA

« Au début de cet exercice épuisant, nous avons veillé à maintenir notre équipe talentueuse en place afin de pouvoir continuer à remplir notre mission au plus haut degré. En fin de compte, nous avons pu stabiliser notre organisation (et notre équipe) grâce à plusieurs mesures de réduction des coûts ».

NEXT Canada a décidé d’offrir sa programmation d’accélérateurs virtuellement, et a récemment organisé une version virtuelle de sa journée NEXT Venture Reveal. French a déclaré que cette façon de procéder a permis à l’accélérateur de travailler avec des intervenants qui ne pourraient normalement pas se déplacer pour participer à la programmation en personne.

À la mi-mars, au moment où COVID-19 imposait le travail à distance, l’accélérateur a également fermé les applications de Next Founders, son programme en phase de croissance. Les Français ont fait remarquer qu’étant donné le calibre des startups qui se sont présentées cette année, NEXT Canada a décidé d’ouvrir une poignée de places supplémentaires, malgré COVID-19.

Afin d’assurer la continuité des opérations, NEXT Canada a éliminé les dépenses discrétionnaires dans tous les ministères (comme les voyages, les événements et les commandites discrétionnaires) et a demandé la subvention salariale d’urgence du Canada (CEWS), M. Patterson exprimant l’espoir que cela permettra à NEXT Canada de conserver ses employés.

M. Patterson a déclaré à BetaKit NEXT que le Canada a également pu obtenir le soutien de ses partenaires commerciaux et de ses donateurs. La RBC, la Banque Scotia, Magna, EY et Flybits ont tous apporté leur aide à NEXT Canada, en plus du soutien que l’accélérateur reçoit du gouvernement provincial et de la Banque de développement du Canada (BDC).

“[NEXT Canada has] a créé une source de revenus durable pour les 2 à 5 prochaines années ».

« Nos donateurs continuent à jouer un rôle important en apportant un soutien financier pour nous aider dans notre mission », a déclaré M. Patterson. « Notre modèle de revenus actuel est basé sur les promesses de dons, et nous avons donc créé un flux de revenus durable pour les 2 à 5 prochaines années ».

Ayant passé près d’une décennie dans l’espace des accélérateurs et des startups au Canada, French a déclaré à BetaKit, « il ne fait aucun doute qu’il y aura des temps difficiles et des décisions difficiles à prendre pour un certain nombre d’accélérateurs et d’incubateurs à travers le pays ».

« Nous savons qu’il y aura des start-ups, des entreprises bien établies et des organisations à but non lucratif qui feront faillite ou auront des problèmes de viabilité financière », a-t-il déclaré. « Je soupçonne qu’étant donné la prolifération des accélérateurs et des incubateurs au Canada, et dans le monde entier, ils ne seront pas différents ».

« Je pense qu’ils prennent des décisions en ce moment même », a-t-il ajouté. « Nous prenons tous des décisions en ce moment qui ne sont pas sans rappeler les conseils que nous donnons aux entrepreneurs que nous soutenons ».

RELATIVES : Le conseil d’administration a communiqué la décision de fermeture au directeur exécutif de OneEleven

Félicitant les gouvernements canadiens de tous niveaux pour les programmes qu’ils ont mis en place dans le cadre de COVID-19, les Français ont encouragé les accélérateurs et les incubateurs à tirer parti de ces mesures. « Lorsque c’est possible, les accélérateurs et les incubateurs doivent exploiter ces programmes … et trouver des moyens de réduire les coûts afin de pouvoir continuer à soutenir les entrepreneurs en ces temps difficiles », a-t-il déclaré.

« Des organisations qui soutiennent et nourrissent l’esprit d’entreprise – et qui les connectent au réseau et les aident à ne pas faire d’erreurs – qui aideront l’économie canadienne et nous aideront à dimensionner l’économie pour qu’elle passe de l’autre côté », a déclaré M. French.

NEXT Canada n’a pas de plans immédiats pour remplir le rôle maintenant vacant de French avec l’accélérateur, cependant, Patterson a appelé le poste « partie intégrante du succès et de la croissance continue de nos entrepreneurs NEXT ».

« Nous prévoyons de trouver quelqu’un d’exceptionnel pour diriger le recrutement, la communauté et les anciens élèves, lorsque le moment sera venu », a-t-elle déclaré.

Image reproduite avec l’aimable autorisation de Jon French



tout savoir sur la crypto

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here