Inovia Capital lève 450 millions de dollars Growth Fund II pour trouver un autre Lightspeed


Inovia Capital a levé 450 millions de dollars américains pour son fonds de deuxième étape de croissance alors que la société de capital-risque basée à Montréal vise à tirer parti de son succès avec Lightspeed et à créer davantage de licornes canadiennes.

Le nouveau fonds dépasse l’objectif de levée de fonds cible d’Inovia de 400 millions de dollars et porte le capital total sous gestion de l’entreprise à plus de 1,5 milliard de dollars.

Growth Fund II intervient deux ans à peine après qu’Inovia a levé son premier fonds de croissance de 400 millions de dollars américains. Ce fonds a réalisé des investissements importants dans plusieurs entreprises, dont Lightspeed, une entreprise montréalaise.

«Le fonds de croissance bénéficie à 100% de ce que nous avons construit au cours des dernières décennies.»
– Chris Arsenault, co-fondateur, Inovia

Environ 80% du capital du Fonds II provenait d’investisseurs récurrents d’Inovia; commanditaires qui ont participé au Fonds I ou à d’autres fonds Inovia. Les commanditaires du Fonds II comprenaient la Banque de Montréal (BMO), la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), Northleaf Capital, Investissement Québec, Alberta Enterprise Corp., le Fonds de solidarité FTQ et Kensington Capital Partners. Inovia ne nomme traditionnellement pas les investisseurs dans ses fonds et n’a pas divulgué tous les LP ayant investi dans le Fonds II.

Le fonds fonctionnera sur la même thèse que le Fonds I et continuera d’être géré par les associés commandités Chris Arsenault, Dennis Kavelman et Patrick Pichette, ce dernier ayant également été nommé président de Twitter l’année dernière.

Inovia est l’un des investisseurs en capital de risque les plus actifs au Canada. Avec cinq fonds actifs, Inovia effectue des investissements du stade précoce au stade de croissance tardif – une stratégie qui a été confirmée par Lightspeed.

Inovia a investi dans Lightspeed via plusieurs fonds, remontant à un investissement initial en 2014. Lightspeed est désormais évalué à plus de 10 milliards de dollars. La société a investi le plus récemment dans Lightspeed par le biais du Fonds de croissance I, en soutenant la société avec ses offres publiques de Lightspeed à la Bourse de Toronto (TSX) et à la Bourse de New York (NYSE).

Notant la liquidité que l’investissement dans Lightspeed a apporté à Inovia (la société reste un investisseur dans l’entreprise), Arsenault a déclaré que l’idée derrière le deuxième fonds de croissance est d’utiliser la même stratégie avec d’autres entreprises.

«Dans le même temps, nous sommes en mesure de générer d’excellents rendements pour les investisseurs du fonds de croissance ainsi que du fonds de démarrage, [and] cela aide parce que cela prend essentiellement une analyse de rentabilisation, un modèle et dit: «D’accord, alors combien de fois pouvons-nous faire cela». Eh bien, nous pouvons le faire plusieurs fois parce que le marché est maintenant mûr pour ce type de transaction », a déclaré Arsenault.

CONNEXES: Rapport: Les accords de capital-risque canadiens à un stade avancé augmentent en 2020, sous l’effet de l’afflux de capitaux américains

L’investissement de démarrage continuera d’être un élément important de la thèse de la société, Arsenault indiquant à BetaKit Inovia son intention de lever un autre fonds de démarrage l’année prochaine.

«Le fonds de croissance profite à 100% de ce que nous avons construit au cours des dernières décennies, des accords de capital-risque», a déclaré Arsenault. «Nous sommes l’un des rares fonds à pile complète qui peut réellement faire un chèque pré-amorçage de quelques 100 000 $, ou un chèque de démarrage de quelques millions de dollars, ou un chèque de stade de croissance de 25 ou 33 millions de dollars et toujours avoir deux fois plus de capital pour le suivi. »

«Ce modèle est actuellement très avantageux pour nous, nous prévoyons donc de continuer à bâtir sur cela», a-t-il ajouté.

Le portefeuille d’Inovia se compose d’un certain nombre de sociétés qui ont connu le succès ces derniers temps, notamment Top Hat, Clearbanc, Vidyard et Sonder. Les événements de liquidité récents pour la société incluent Rubikloud, qui a été acquis par Kinaxis, basé à Ottawa, ainsi que North, qui a été acquis par Google l’année dernière après des difficultés avec ses produits de lunettes intelligentes.

Inovia a été actif au milieu du COVID-19, réalisant de nouveaux investissements et doublant son portefeuille existant, tel que Symend et Snapcommerce. L’année dernière, Inovia Growth Fund I a dirigé des rondes pour AlayaCare et WorkJam et codirigé la série E de 170 millions de dollars de Sonder, notamment, Inovia a décidé d’investir dans seulement 10 sociétés contre 12 pour le fonds I, laissant un capital supplémentaire pour le secondaire et doublant.

Une grande partie de cette activité découle du fait que la société de capital-risque a tenu à s’asseoir avec les sociétés de son portefeuille lorsque la pandémie a frappé pour discuter de la façon non seulement de la surmonter, mais de réussir. Arsenault a déclaré que cela avait permis à environ 80% du portefeuille d’Inovia de connaître des résultats positifs au cours de la dernière année, avec de nombreux leviers de capitaux.

«Lorsque les étoiles s’alignent pour bâtir une entreprise massive dans notre propre arrière-cour, nous, Canadiens, devrions doubler, tripler et quadrupler.

«Maintenant que vous avez révisé votre feuille de route et tout, c’est une excellente opportunité d’acquérir essentiellement vos concurrents et / ou des produits que vous pourriez obtenir à une valorisation moins chère qu’il y a à peine trois mois», a déclaré Arsenault à propos de ce qu’Inovia a prêché à ses entreprises. «Ainsi, nos entreprises sont devenues agressives sur le marché.»

Le commandité a également affirmé que toutes les sociétés Inovia qui avaient levé des capitaux l’ont fait avec une valorisation accrue.

Avec plus de 20 ans d’investissement dans l’écosystème technologique canadien, Inovia a connu une augmentation lente mais régulière des investissements dans l’ensemble du secteur.

«Au cours des cinq dernières années, c’est un peu comme tout le monde a construit sa conviction parce que tout le monde commence à ressentir ou à vivre des modèles de réussite», a déclaré Arsenault.

«Donc, je pense que cela a beaucoup changé au cours des cinq dernières années. Bien sûr, la composante secondaire est ici un facteur clé de succès essentiel à tous les niveaux… et en croyant en votre capacité à aider à bâtir une entreprise », a-t-il ajouté, notant qu’une grande partie de la thèse d’investissement d’Inovia met l’accent sur le capital secondaire.

Bien qu’Arsenault n’ait pas fourni la ventilation du capital secondaire alloué pour le Fonds II, Arsenault a noté qu’il est de taille similaire au Fonds I. Le deuxième fonds de croissance fera entre 10 et 12 investissements, réduisant les chèques d’environ 25 millions de dollars à 30 millions de dollars.

Étant une entreprise internationale, Inovia ne se concentre pas uniquement sur les entreprises canadiennes. Son premier investissement pour Growth Fund II a notamment été Zwift, une plateforme de fitness en ligne basée aux États-Unis qui héberge des courses cyclistes virtuelles. Bien qu’Inovia n’ait pas l’intention de consacrer une certaine partie du Fonds de croissance II aux entreprises canadiennes, Arsenault a de fortes opinions sur la construction et l’investissement dans l’écosystème canadien.

«Lorsque les étoiles s’alignent pour bâtir une entreprise massive dans notre propre arrière-cour, nous, Canadiens, devrions doubler, tripler et quadrupler», a déclaré Arsenault.

Déplorant le montant du capital étranger par rapport au capital national investi dans les entreprises canadiennes, Arsenault a fait remarquer qu’une des façons dont Inovia tente de bâtir l’écosystème local est de «privilégier» les sociétés en commandite canadiennes dans ses fonds. Inovia a également proposé un véhicule de co-investissement dans le cadre de son Fonds I, permettant aux LP d’investir dans des sociétés parallèlement aux accords d’Inovia. Arsenault a affirmé que le véhicule avait contribué à plus de 100 millions de dollars par année en capital supplémentaire au-delà de son fonds.

«Nous devons présenter et montrer des modèles de réussite à ces investisseurs si vous voulez voir ces investisseurs investir dans plusieurs fonds», a-t-il déclaré. « Pas seulement le nôtre, mais dans l’industrie. »

Image courtoisie Inovia.

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires

Shipping Revolution Avis

Le dropshipping est un domaine qui prend de plus en plus d’ampleur. Ce dernier requiert des connaissances et des stratégies pour se développer. L’une des