Float sécurise un tour de table de 5 millions de dollars pour rendre les cartes de crédit d’entreprise moins pénibles


La start-up torontoise de FinTech Float a obtenu 5 millions de dollars pour introduire une offre Brex-life sur le marché canadien.

Anciennement nommé Journal, Float cherche à résoudre un problème majeur pour les entreprises canadiennes grâce à une combinaison de cartes d’entreprise sans garantie personnelle et d’une plateforme de gestion des dépenses.

« Float apporte les cartes d’entreprise à puce aux PME. »
– Michael Hyatt

Le tour de table consistait en un capital de 4 millions de dollars co-dirigé par Susa Ventures et l’investisseur existant Golden Ventures. Il a également vu la participation de Tiny Capital d’Andrew Wilkinson, de Garage Capital dirigé par Michael Litt et de Global Founders Capital. La Silicon Valley Bank a fourni une dette de 1 million de dollars dans le cadre du financement.

Le financement porte le total de Float à ce jour à environ 6,5 millions de dollars. La startup a également recueilli des investissements de Michael Hyatt et d’un groupe d’investisseurs providentiels non divulgués originaires d’Uber, Shopify, Xero, Wave et H&R Block.

Float cherche à utiliser son nouveau capital pour « investir de manière agressive dans le développement de produits, l’embauche et la croissance ».

Déplacer une offre obsolète

Float a été lancé par Griffin Keglevich et Ruslan Nikolaev, deux diplômés des programmes d’informatique et de commerce de Waterloo, en 2019. Après des stages chez Uber et Shopify, Keglevich et Nikolaev ont réalisé très tôt les frustrations liées à la soumission de rapports de dépenses, de remboursements d’entreprise et de cartes de visite. . Keglevich a personnellement fait l’expérience d’avoir déboursé des milliers de dollars pour un événement qu’il a aidé une entreprise à planifier en tant que stagiaire, et a fini par payer avec trois cartes personnelles différentes et attendre d’être remboursé.

« En général, nous avons tendance à ne rien remplacer, ou une carte personnelle, ou, je dirais, une offre de carte d’entreprise assez obsolète. »

Compte tenu de cette expérience, Float a été créée en tant qu’entreprise axée sur le remboursement pour les petites et moyennes entreprises (PME) canadiennes. Avec l’arrivée de l’ancien directeur général d’Uber Canada, Rob Khazzam, au poste de PDG, plus tôt cette année, Float a tourné son attention vers son offre de cartes d’entreprise.

« La plupart des entreprises, si elles ont quelque chose, utilisent une carte personnelle dans des circonstances vraiment médiocres … ou elles ont une carte d’entreprise de l’une des banques qu’elles ont personnellement garanties et ont des dépenses très faibles », a déclaré Khazzam, dans une interview.

Les cartes émises par Float Visa ne sont pas des cartes de crédit classiques : elles s’intègrent directement à un compte bancaire d’entreprise et maintiennent automatiquement le solde souhaité sur les cartes. Cela permet à Float d’éviter le besoin de garanties personnelles, qui sont souvent requises pour d’autres cartes d’entreprise.

L’offre de la startup permet aux entreprises de donner aux employés l’accès à des cartes d’entreprise virtuelles et physiques et de fixer des limites spécifiques par employé. L’idée est d’éliminer le besoin de dépenses personnelles des employés, mais cette fonctionnalité peut aider les entreprises qui doivent souvent partager une carte d’entreprise, ce qui peut entraîner des problèmes de responsabilité si la carte est compromise. Float propose également une plate-forme de gestion des dépenses, qui peut faire des choses comme informer automatiquement les dépensiers des reçus manquants, dans le but d’aider les entreprises à fermer les livres plus rapidement.

« Il n’est pas rare qu’un client nous dise : « nous avons dépensé 40 000 $ par mois mais nous avons une limite de 5 000 $ [on our credit card] donc je dois payer cette chose », ce qui est vraiment, vraiment gênant », a déclaré Khazzam. « En général, nous avons tendance à ne rien remplacer, ou une carte personnelle, ou, je dirais, une offre de carte d’entreprise assez obsolète. »

CONNEXES : Brim Financial, partenaire de la Canadian Western Bank pour lancer une plateforme FinTech, des cartes de crédit à la consommation

L’accès aux cartes d’entreprise et la gestion globale des dépenses d’entreprise ont longtemps été un problème pour les PME canadiennes, qui constituent la majorité des entreprises canadiennes. Les banques exigent souvent des garanties personnelles des fondateurs ou dirigeants d’entreprises, ce qui peut mettre ces personnes dans des situations financières difficiles.

« Gérer nos cartes de crédit a été un véritable casse-tête », a déclaré Dan Park, PDG de Clutch, un client de Float. Park a affirmé que Float avait économisé plus de 20 heures par mois à Clutch en matière de gestion des dépenses de l’entreprise, notant que « nous gagnons tellement de temps car nous n’avons pas à retrouver les employés et le rapprochement comptable a été incroyable ».

Maintenant disponible au Canada

L’idée derrière Float n’est pas nécessairement nouvelle. Les géants de la FinTech des États-Unis (États-Unis) comme Brex et Ramp ont exploité des offres similaires au sud de la frontière au cours des dernières années, obtenant le soutien de Peter Thiel et Max Levchin.

Plus tôt cette année, Brex a levé 425 millions de dollars pour une valorisation de 7,4 milliards de dollars, peu de temps après que son concurrent Ramp a atteint une valorisation de 1,6 milliard de dollars, ce qui montre l’opportunité de marché pour des entreprises comme Float.

Bien que ces entreprises américaines se soient développées, elles se sont principalement concentrées sur les États-Unis, laissant les PME canadiennes sans une alternative similaire aux cartes d’entreprise existantes. Float essaie de combler cette lacune.

Mais Float n’est pas la seule startup canadienne axée sur les cartes d’entreprise et les paiements pour obtenir récemment un capital d’amorçage. Caary a annoncé un financement de 4,1 millions de dollars plus tôt ce mois-ci dans le cadre d’un financement participatif qui comprenait 150 investisseurs.

Hyatt, l’un des premiers investisseurs de Float, a souligné que la start-up est « au centre d’un marché FinTech brûlant ».

CONNEXES: Wave se développe dans le secteur bancaire avec un nouveau compte de petite entreprise et une nouvelle carte de débit

« Float apporte des cartes d’entreprise à puce aux PME », a-t-il déclaré. « Nous constatons une traction incroyable et un fort appétit pour ces entreprises à coordonner une gestion coûteuse avec le logiciel de Float. »

« Cette FinTech [company] est conçu pour la façon dont le travail est maintenant, et comment le travail sera aussi », a-t-il ajouté.

La demande pour ces produits de dépenses d’entreprise est claire et Float affirme avoir vu la demande se multiplier depuis fin avril. Khazzam a noté que Float avait également une longue liste d’attente de clients souhaitant utiliser son produit.

Avec ce nouveau financement, Float cherche à porter son équipe d’environ 10 employés à 35 au cours des 18 prochains mois, alors que l’entreprise poursuit sa stratégie de croissance.

Alors que Khazzam a déclaré que la société envisageait une expansion sur les marchés internationaux à l’avenir, l’accent est actuellement mis sur le Canada.

«Nous avons une opportunité générationnelle, nous croyons vraiment, aujourd’hui, au Canada, de créer le meilleur logiciel de gestion des cartes d’entreprise et des dépenses pour les PME à forte croissance et c’est vraiment, vraiment important», a déclaré Khazzam.

Image reproduite avec l’aimable autorisation de Float

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires