Étudier comment l’IA peut fournir des soins de santé adaptés à différents modes de vie


Le chercheur qatari Abdulaziz Al-Homaid utilise l’IA pour en savoir plus sur les facteurs de risque propres à la population pour des maladies telles que le diabète.

L’ingénieur logiciel Abdulaziz Al-Homaid recherche un apprentissage profond de pointe afin de trouver des applications pour cette technologie dans des domaines tels que la santé.

Titulaire d’une maîtrise en science et ingénierie des données de l’Université Hamad Bin Khalifa (HBKU) à Doha, au Qatar, il est maintenant basé au Qatar Computing Research Institute (QCRI) de l’université.

Auparavant, au cours d’une bourse d’études avec le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, Al-Homaid a travaillé à l’amélioration de l’accès aux données sur l’éducation dans les organisations d’intervention.

À présent, ses recherches explorent comment l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique pourraient s’intégrer aux soins de santé, en mettant l’accent sur les besoins spécifiques de la population. Par exemple, une application de ses recherches pourrait mieux soutenir la gestion du diabète lorsque les patients jeûnent pendant le Ramadan.

«  L’espoir est que cette recherche se traduira dans la région MENA en raison de caractéristiques et d’une lignée similaires  »
– ABDULAZIZ AL-HOMAID

Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir chercheur?

Alors que je travaillais en tant que développeur Web pour une entreprise locale, j’étais assez intéressé par la lecture sur les systèmes de reconnaissance de formes et l’écoute de podcasts sur le fonctionnement de l’IA. J’ai eu la chance de découvrir le programme de science des données et d’ingénierie à HBKU. Poursuivre le programme m’a amené à en savoir pratiquement plus sur les spécificités de l’apprentissage automatique et à voir d’innombrables opportunités de ses applications et de sa capacité à automatiser les processus à grande échelle.

Je suis particulièrement inspiré par la recherche sur l’IA qui a un impact positif sur le travail humain et la connectivité, ce qui, à son tour, nous aide à mieux nous comprendre.

Sur quelle recherche travaillez-vous actuellement?

En tant qu’ingénieur logiciel au QCRI, mon objectif est de permettre la recherche informatique en santé en combinant des données multimodales et en développant des solutions technologiques pour prendre en charge les aspects de la santé de précision. Cela comprend le traitement des données relatives au mode de vie et aux données comportementales extraites des appareils de l’Internet des objets (appareils portables pour suivre l’activité et les signes vitaux tels que la fréquence cardiaque et le sommeil, et les échelles de poids) ainsi que des facteurs environnementaux et culturels.

En équipe, nous menons notre travail avec les acteurs locaux de la santé au Qatar (système hospitalier, décideurs, santé publique) afin d’améliorer la santé globale et les résultats de la population. L’espoir est que cela se traduira dans la région MENA en raison de caractéristiques et de lignées similaires.

Nous essayons de répondre à des questions spécifiques telles que: Des études démographiques européennes et autres pourraient-elles être traduites à la population qatarie? Quels sont les facteurs de risque propres à la population locale pour une maladie particulière comme le diabète? Quel rôle le mode de vie qatari, y compris l’activité, les habitudes alimentaires, le comportement de sommeil jouent-ils sur le risque et la progression de la maladie? Pouvons-nous adapter les interventions pour la modification du comportement individuel (par exemple dans l’obésité infantile) à l’aide de techniques d’intelligence artificielle et d’appareils IoT, et quel impact cela a-t-il sur les résultats?

À votre avis, pourquoi votre recherche est-elle importante?

Soutenir Silicon Republic

Des modèles d’IA efficaces appliqués au domaine de la cybersanté complètent l’expertise du personnel dans le secteur de la santé. Par exemple, un médecin peut analyser le nombre de milliers de dossiers de santé à l’aide d’un modèle d’IA déployé pour fournir des corrélations statistiquement précises entre l’activité physique du mode de vie des patients. Grâce à ces informations obtenues, le médecin est en mesure de prendre des décisions cliniquement pertinentes adaptées à chaque individu spécifique.

De plus, le médecin pourrait utiliser la technologie développée pour surveiller le traitement de l’individu et fournir des recommandations par voie numérique sans prendre de rendez-vous physiques.

Quelles applications commerciales envisagez-vous pour vos recherches?

Une application pourrait être la technologie permettant de prédire les futurs épisodes d’hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang) pour les personnes atteintes de diabète, spécialement conçue pour le mode de vie de la région.

Recevoir des informations sur le taux de glucose soulage le stress lié à l’hypoglycémie et aide l’individu à mieux se préparer pendant la journée, en particulier pendant les saisons de jeûne comme le Ramadan.

Quels sont certains des plus grands défis auxquels vous êtes confronté en tant que chercheur en IA?

En tant que chercheur qui traite quotidiennement les données de santé des patients, je suis obligé d’utiliser des données anonymisées sans aucune restriction connue de partage ou d’utilisation. Ainsi, des soins appropriés sont nécessaires à tout moment lors de l’utilisation des données. Cela se traduit par l’exigence difficile de connaissances pour développer des technologies de protection de la vie privée à toutes les étapes d’un système. Cela devient plus difficile lorsque plusieurs développeurs travaillent sur le même projet car l’accès aux données est strictement limité.

Existe-t-il des idées fausses sur la recherche en IA?

Une idée fausse courante du public est que les applications d’IA peuvent retirer des emplois aux gens. L’intelligence artificielle est extrêmement éloignée de la réalisation de l’intelligence générale humaine. Alors que l’IA peut surpasser les humains dans des tâches extrêmement spécifiques telles que dans le jeu de stratégie Go, la même IA ne peut pas résoudre de simples casse-tête.

Chaque travail est composé d’un ensemble de tâches, dont beaucoup ne sont pas facilement automatisées. Au contraire, l’intelligence artificielle contribuera à compléter ces tâches et facilitera certaines tâches ennuyeuses et répétitives. Envisagez de faire correspondre les emplois pour les demandeurs d’emploi – une IA pourrait être utilisée pour trouver les postes vacants disponibles en fonction du CV de l’utilisateur.

Quels sont certains des domaines de recherche que vous aimeriez voir abordés dans les années à venir?

Pour comprendre pourquoi un modèle d’apprentissage automatique a prédit une sortie, il faudrait des connaissances informatiques et appliquer différentes stratégies d’interprétation. Bien qu’il existe des travaux sur l’interprétabilité de l’apprentissage automatique, le domaine de recherche n’a toujours pas la capacité d’expliquer les prédictions d’un modèle à des experts dans d’autres domaines ou au niveau d’une institution. Ce domaine de recherche nécessiterait une intervention multidisciplinaire comprenant, mais sans s’y limiter, des experts du domaine, des professionnels de l’interaction homme-ordinateur et des scientifiques des données.

Vous voulez des histoires comme celle-ci et plus directement dans votre boîte de réception? S’inscrire pour Tendances technologiques, Le résumé hebdomadaire de Silicon Republic sur les nouvelles technologiques indispensables.

Êtes-vous un chercheur avec un projet intéressant à partager? Faites-nous savoir par email Editorial@siliconrepublic.com avec la ligne d’objet «Science Uncovered».

Partager:

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur reddit
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles Similaires